Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Kammenos 11/02/2016

 

 

Kammenos: La décision de l'OTAN ferme le chapitre de la migration illégale

L'accord de l'OTAN "change complètement les choses en ce qui concerne la question migratoire", a déclaré le ministre de la Défense nationale, Panos Kammenos, à l'issue du Sommet des ministres de la Défense de l'OTAN jeudi à Bruxelles.

M. Kammenos a souligné que la Grèce , en coopération avec l'Allemagne ainsi qu'avec d'autres Etats membres de l'OTAN, a réussi, au moyen de rudes négociations ces derniers jours, à obtenir l'avis conforme de tous les Etats membres de l'OTAN sur "un accord qui règlera définitivement la question migratoire".

La décision de l'OTAN, a expliqué M. Kammenos, garantit que les forces de l'Alliance qui seront déployées en mer Egée, le long des côtes de la Turquie , feront en sorte que les migrants qui seront arrêtés seront renvoyés immédiatement en Turquie. 

M. Kammenos a précisé en outre que la déclaration commune des ministres de la Défense de l'OTAN indique clairement que l'objectif des forces de l'OTAN en mer Egée est de contrer les bandes criminelles et les actions de ceux qui se livrent au trafic d'êtres humains. "Nous avons payé le prix par la perte de dix mille enfants, par les milliers de morts", a dit le ministre.   

Le deuxième point très important, a souligné M. Kammenos, est que tous les partenaires respectent entièrement la souveraineté nationale et les frontières. "Il est absolument clair que parmi les forces qui participeront à cette force de l'OTAN, la Turquie sera opérationnelle uniquement dans les eaux territoriales turques et l'espace aérien turc, et la Grèce dans les eaux territoriales grecques et l'espace aérien grec", a-t-il précisé.

M. Kammenos a souligné en outre que "dans un deuxième temps, les Etats membres de l'OTAN qui sont également membres de l'UE commenceront, par cette décision, à activer également la Frontex afin que celle-ci, au lieu de mener des opérations dans les îles grecques, soit opérationnelle dans la région frontalière de la Turquie , après la transformation de la Frontex en garde-côtes européens, ce qui exige une décision politique". 

M. Kammenos a remercié le représentant permanent de la Grèce à l'OTAN ainsi que le personnel militaire et diplomatique pour cette rude négociation qui a eu un aboutissement positif. "Je suis fermement convaincu que la décision d'aujourd'hui ferme un chapitre que la Grèce a payé très cher. Le chapitre de la migration illégale se ferme", a déclaré M. Kammenos.

Au cours du Sommet, les ministres de la Défense de l'OTAN ont ratifié l'implication de l'OTAN dans la gestion de la crise des réfugiés dans le but d'endiguer le trafic d'êtres humains et la migration illégale dans la région maritime de l'Egée, répondant à une demande de l'Allemagne, de la Grèce et de la Turquie.

"Nous sommes convenus que l'OTAN fournira un soutien pour assister dans le cadre de la crise des réfugiés et des migrants. L'accord se base sur une demande conjointe de l'Allemagne, de la Grèce et de la Turquie ", a déclaré le SG de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

"L'objectif est de participer aux efforts internationaux pour endiguer le trafic illégal (d'êtres humains) et la migration illégale en mer Egée", a-t-il poursuivi. Il a souligné en outre que sur la base de l'accord, les forces grecques et turques ne prendront pas part à des opérations dans les eaux territoriales ou dans l'espace aérien de l'autre pays.

(Sources : ANA)


page précédente

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 12/02/2016