Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

L. Kretsos - Parathyro

 

 

Lefteris Kretsos: Médias, cinéma, publicité  

Lefteris Kretsos est un homme doté d'une vision et d'une volonté d'offrir, un scientifique et un politicien qui a été récemment nommé Secrétaire d’État au ministère de la Politique Numérique, des Télécommunications et de l'Information de Grèce. Il est titulaire d'un doctorat en Relations de travail et a enseigné les Relations de Travail et la Gestion des Ressources Humaines à l'Université de Greenwich. Il a travaillé à la Fondation Européenne pour l'Amélioration des Conditions de Vie et de Travail comme envoyé national de la Grèce. Auparavant, il avait participé à divers programmes universitaires et de recherche européens, ainsi qu'à des activités de conseil en matière de politique dans les domaines des relations de travail et de droits sociaux. Le nouveau Secrétaire d’État a partagé sa vision de la Grèce numérique de demain ainsi que les perspectives de développement de l'industrie audiovisuelle à la fois en Grèce et à Chypre.  

Qu’a accompli le ministère de la Politique Numérique, des Télécommunications et de l’Information jusqu'à présent et quels sont les domaines prioritaires du ministère?  

Les médias et les industries créatives sont interdépendantes et jouent un rôle tout aussi important pour la prospérité et le développement économique d'un pays. L’objectif du ministère de la Politique Numérique, des Télécommunications et de l’Information est de créer un écosystème médiatique équitable et sain en Grèce, associé au soutien des investissements dans la télévision, le cinéma et l’industrie audiovisuelle au sens large dans notre pays. Dans le secteur audiovisuel, l’institution de l’incitatif national à l'investissement destiné à soutenir l'ensemble de la production audiovisuelle nationale et à attirer les investissements étrangers - l'un des plus compétitifs au monde - et la création du Centre National de l'Audiovisuel et de la Communication (EKOME) constituent les deux réglementations réalisées par le ministère.

Au-delà du rôle central déjà joué par l’EKOME en tant qu’organisme responsable de la mise en œuvre et de la réalisation du cash-rebate, le soutien aux productions et la promotion des lieux de tournage exceptionnels dans tout le pays seront renforcés avec la création du réseau national des bureaux du film dans les régions et les grandes municipalités de Grèce, initiée par  notre ministère en coopération avec les autorités locales. En outre, nous coordonnons activement la mobilisation de toutes les institutions nationales compétentes et du système bancaire afin que, outre la mise en place de structures de soutien appropriées pour les créateurs, un ensemble intégré d'instruments financiers (lignes de garantie et fonds d'investissement) soit mis en place prochainement pour garantir les liquidités nécessaires qu’exigent la réalisation d’investissements. L’intégration récente du secteur de la production audiovisuelle dans la Loi Grecque sur le Développement s’inscrit précisément dans ce contexte.  

Compte tenu de la manière dont les médias traditionnels fonctionnent aujourd'hui, quel est votre degré de satisfaction? Quels sont les défis concrets à relever pour les médias traditionnels mais aussi modernes?  

Le mode de fonctionnement des médias traditionnels est jugé principalement par les citoyens.  Nous voyons que les ventes de journaux, les taux d’audience, le nombre de visites sur les sites sont les indicateurs qui donnent un premier aperçu de la situation des médias aujourd'hui.  Nous pouvons maintenant dire certaines choses en toute sécurité. La première est que nous avons remis de l’ordre dans le domaine de la télévision. Un appel d’offres a été organisé et a pu être mené à son terme malgré toutes les tentatives pour empêcher son bon déroulé. Il y a des licences, il y a des règles dans un domaine où sa pénétration dans la société est encore non seulement élevée mais maximale. En ce qui concerne les nouveaux défis et les nouvelles données, nous pouvons affirmer que la Grèce ne les subit pas, mais elle les devance et les dirige.  

Des interventions telles que:  

* Création d’un Registre des Entreprises de Médias Électroniques servant de base pour les interventions sur la réglementation du "monde" anarchique des médias électroniques.  

 * Le passage à la radiodiffusion numérique par l'adoption de la loi "Octroi de licences à des stations de radio privées et gratuites pour la radiodiffusion numérique terrestre".  

* La réglementation des dispositions relatives à la publicité d’État visant à renforcer la transparence et le respect du quota de 30% (minimum) en faveur des médias régionaux, qui n’a jamais été appliqué par le passé.  

* Les règles relatives à l'achat de temps de télévision et à la taxation des fournisseurs de contenu, qui ont été complètement changées pour être plus fonctionnelles, etc.  

Sont certaines des actions qui prouvent que la Grèce a déjà préparé le terrain pour la nouvelle ère des médias tant traditionnels que modernes.  

Selon vous, quel rôle devrait jouer l'État dans cette révolution numérique par rapport aux industries créatives telles que la communication visuelle, la publicité, le cinéma et l'animation?  

Les changements et les évolutions technologiques exigent l’adaptation et le renouvellement du cadre législatif d’un pays, en fonction de l’évolution des besoins du secteur culturel, ainsi que des initiatives institutionnelles permettant le développement durable et à long terme des industries culturelles et créatives. Les industries culturelles et créatives en Grèce ont été confrontées à l'austérité en raison de leur manque total de préparation et ont bien sûr été touchées de plein fouet. Par conséquent, la nécessité de mettre en œuvre immédiatement un plan stratégique coordonné visant à renforcer les forces créatives du secteur s'est intensifiée.  Aujourd'hui, et pour la première fois de son histoire, la Grèce dispose d'un cadre réglementaire complet pour la production audiovisuelle, qui comprend des mesures stratégiques pour attirer les investissements internationaux dans le secteur de l’audiovisuel, le soutien à la création et à la production culturelles, le renforcement de la culture numérique et la promotion des synergies entre les secteurs public et privé en Grèce.  

Depuis l'été 2017, vous vous êtes engagé, en collaboration avec le Centre National de l'Audiovisuel et de la Communication (EKOME), pour l’information sur le soutien de l'Industrie Audiovisuelle et sa mise en œuvre pratique. Les deux pôles, investissements et culture, rappellent le vieux débat sur la commercialité et la qualité dans les industries de la création. Pensez-vous qu’une situation aux multiples avantages pour la création, le marché mais aussi les finances publiques puisse se développer?  

Ici, vous me permettrez d'être en désaccord. Aborder la commercialité et la qualité en tant que deux propriétés à la fois contraires et inversement opposées -voire incompatibles-, d'un "produit" créatif semble aujourd’hui pour le moins anachronique. Par ailleurs, je pense qu’il est communément admis que l’économie de la Grèce tirera de nombreux bénéfices en attirant dans le pays des investissements étrangers directs dans les productions audiovisuelles et en renforçant l’industrie audiovisuelle nationale, en ayant un impact direct sur l’emploi et plus généralement sur l’activité économique.  

Récemment, les premières mesures ont également été prises à Chypre pour mettre en œuvre un plan de promotion et de développement de l'industrie audiovisuelle. Comment envisageriez-vous la perspective d'une coopération transnationale et quels seraient les avantages pour l’ensemble de l'industrie audiovisuelle grecque, dans ce cas?  

L'adoption réussie d'incitations à l'investissement dans le secteur audiovisuel à Chypre est en effet cruciale pour le développement de l'industrie nationale et l'attraction d’investissements étrangers. Et je ne dis rien de nouveau si je souligne que Chypre et la Grèce ont de nombreuses caractéristiques communes ainsi qu’au niveau de la beauté naturelle. Je pense que la conclusion d'un accord transnational n'est pas une nécessité urgente et/ou une condition préalable à notre coopération en matière de création audiovisuelle, comme c'est le cas par exemple entre des pays lointains dotés d'une culture totalement différente. Déjà, et avec une grande satisfaction, je vois de nombreuses collaborations. Un exemple caractéristique est la récente production exceptionnelle "Smuggling Hendrix", dirigée par Marios Piperidis (en coproduction avec ERT SA). Chypre et la Grèce ont un avenir prometteur dans l’industrie audiovisuelle.  

Fort de votre longue et fructueuse expérience dans la vie politique du pays, mais aussi ces dernières années, d’une présence significative dans le pouvoir exécutif, comment résumeriez-vous votre expérience jusqu'à présent dans ces domaines? Qu'est-ce que les jeunes comme vous doivent insuffler dans la politique?  

Nous luttons pour la collégialité, pour le bien commun! Le bien de tous et pas de quelques uns. Avec cette phrase, je pourrais résumer les raisons pour lesquelles les gens de ma génération ont décidé de se lancer dans la politique. En vous battant pour le bien de beaucoup, vous servez l’espoir et la perspective, deux concepts que nous avions perdus au cours des années précédentes.  

Décrivez-nous, si possible en quelques mots, votre vision de la Grèce au niveau politique, économique, social et de la communication dans 10-15 ans.  

Ma vision est que, d’ici 10-15 ans, les jeunes seront libres, sans restrictions, de créer leur propre vision. Après la fin des mémoranda, regagner le temps perdu et créer les conditions pour que les prochaines générations construisent sur ce que nous leur aurons légué. Au niveau politique, social et économique.  

Sources : parathyro.politics.com.cy

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : mercredi 09 janvier 2019