Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Vassilis Tsitsanis

 

 

En mémoire du légendaire musicien Vassilis Tsitsanis

35 ans après sa mort

Le 18 janvier 2019 marque le 104e anniversaire de la naissance du brillant musicien grec Vassilis Tsitsanis, ainsi que le 35e anniversaire de sa mort.  

Né en 1915 à Trikala, en Thessalie, Vassilis Tsitsanis devait devenir l’une des légendes musicales les plus populaires et les plus créatives de Grèce.

Envoûté par la musique depuis sa plus tendre enfance, Vassilis Tsitsanis a appris à jouer du violon, de la mandola et de la mandoline. Son frère Christos jouait déjà de l'instrument le plus emblématique de la Grèce, le bouzouki. Rapidement, les deux frères joueront de la musique ensemble dans le café de leur père, qui portait le nom de la famille, à Trikala.

Choisissant un chemin plus pratique au début de la vingtaine, Tsitsanis s’installe à Athènes au début des années 1930 pour étudier le droit à l'université. Pour subvenir à ses besoins, il joue de la musique dans plusieurs tavernes, dont la «Bizelia», dans le quartier pauvre de Kolonos, devenant ainsi son premier «foyer» dans la ville. Il y fait la connaissance du célèbre chanteur Dimitris Perdikopoulos, qui le présente par hasard à des représentants de la plus grande maison de disques de Grèce, Columbia Records. Tsitsanis enregistre son premier disque pour Columbia en 1937, avec la chanson «Arhontissa», qui devient un énorme succès national. Il a également écrit de nombreuses autres chansons interprétées par Stratos Pagioumtzis, Stellakis Perpiniadis et Markos Vamvakaris, qui étaient tous des légendes musicales.

En 1938, Vassilis Tsitsanis est appelé sous les drapeaux. Mais presque toutes les nuits, il fait le mur pour aller jouer de son cher bouzouki dans les tavernes qu'il fréquentait. Il profite de ses permissions pour enregistrer pour Columbia, montrant son dévouement et sa passion pour sa musique grecque bien-aimée.

Quelques années plus tard, il déménage et se marie dans la deuxième plus grande ville de Grèce, Thessalonique. Là, pendant l'occupation du pays par les puissances de l'Axe lors de la Seconde Guerre Mondiale, il recommence à jouer de la musique dans de petites tavernes. Son nouveau public dès les premières notes, a reconnu son don et son immense talent, Vassilis Tsitsanis est rapidement devenu célèbre dans toute la ville, à tel point qu'il a pu ouvrir sa propre "ouzeri". Il écrit une multitude de chansons qui deviendront populaires dans tout le pays après la fin de l'occupation, lorsqu'il pourra enfin les enregistrer.

Peut-être plus important encore, en intégrant progressivement les rythmes orientaux dans sa musique, Tsitsanis a créé à lui seul une musique de «Rebetiko» populaire dans tout le pays.  Le rebetiko était le genre musical "underground" qui est arrivé sur le continent avec l'afflux de Grecs d'Asie mineure, à la suite du grand incendie de Smyrne en 1922.

En introduisant progressivement ces nouvelles mélodies et rythmes, Tsitsanis a réussi à faire du "Laiko" (musique du peuple) et du «Rebetiko» des musiques largement appréciées et aimées, non seulement parmi les couches sociales inférieures, mais par presque tout le monde en Grèce.

à découvrir, écouter et réécouter sans modération 

La croissance économique rapide de la Grèce dans les années 1950 et 1960 a vu l’émergence d’une classe moyenne qui a manifesté un penchant et un intérêt accrus pour les styles musicaux "laiko" et "rebetiko" à mesure qu'ils deviendront plus doux et plus polis.

Au fil des ans, les chansons de Tsitsanis combinent ensemble plus d'éléments musicaux orientaux et occidentaux, incorporant des traditions uniques de l'ensemble de la nation, créant un genre musical distinctif et uniquement grec. Vassilis Tsitsanis va connaître des décennies d'adulation et de célébrité.

Mais tragiquement, en 1984, à l’âge de 69 ans, le grand musicien décède à l’hôpital Brompton de Londres, des suites d’une opération au poumon qu’il avait subie quelques jours plus tôt.  

Trois semaines avant, il se produisait encore au club "Harama", là où il a joué pendant les 14 dernières années de sa carrière, de 1970 à 1984.

La mort de Vassilis Tsitsanis a marqué la fin d'une époque unique dans la musique grecque, mais son héritage au sein du panthéon grec de la musique est incontesté. Il était non seulement un virtuose, mais aussi un homme qui, presque à lui seul, a créé un nouveau style de musique grecque, faisant revivre des rythmes et des mélodies anciennes à ne jamais oublier.

sources : https://greece.greekreporter.com

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : vendredi 18 janvier 2019