Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Aïdonia

 

 

De nouveaux trésors et une cure de rajeunissement sur la colline de Aïdonia

D’importantes antiquités sont enfouies dans le sous-sol de Aïdonia, près de Néméa, parmi lesquelles le fameux trésor de Aïdonia que la Grèce a réclamé aux Etats-Unis dans les années ’90 et dont elle a obtenu la restitution.

Des fouilleurs clandestins avaient enlevé une partie des offrandes, principalement des bijoux en or pour les vendre illégalement. Lors de fouilles, l’autre partie a été mis au jour c’est ainsi que la réclamation avait été couronnée de succès.

L’éphorie des antiquités de Corinthe a pris l’année dernière la décision de reprendre les fouilles sur le site du cimetière antique de Aïdonia, comme l’a précisé à Ethnos l’éphore Konstantinos Kissas, il s’agit de l’un des plus importants cimetières mycéniens, qui faisait partie d’une très importante agglomération, comparable aux centres connus d’Argolide de l’époque, qui n’a cependant pas été encore identifiée.

L’objectif était de protéger efficacement l’important patrimoine culturel de la région, étant donné que le cimetière avait été pillé par des trafiquants d’antiquités dans les décennies 70 et 80. Une fouille préliminaire a permis de mettre en évidence l’étendue du problème des fouilles illégales et a conduit à la reconnaissance de trois groupes de tombes en forme de chambres sur la colline de Aïdonia.

Cette année une fouille superficielle, sous la direction de M. Kissas, professeur assistant à l’université de Graz, avec une équipe du Nemea Center for Classical Archaeology of the University of California, Berkeley, sous la direction du professeur d’Archéologie classique Mme Kim Shelton, a été entreprise.

Dans le groupe du milieu et supérieur du cimetière, ont été effectuées des opérations de nettoyage de végétation et de terre qui avait été éparpillée lors de précédentes fouilles et d’activités illégales, afin que la colline retrouve son état naturel et puisse fonctionner comme un site archéologique organisé.

M. Kissas a ajouté que la ville de Néméa, avec laquelle existe une excellente coopération, prend en charge les coûts d’étude et d’expropriations ou d’acquisitions directes.

Dans le groupe du milieu qui se trouve au centre de la colline, la tombe 19 profanée lors de fouilles illégales a été étudiée. Sur le chemin y conduisant, une ouverture sur une fosse rectangulaire avec un plan ogival a été découverte, creusée dans la roche avant la construction de la tombe, il semblerait qu’elle ait eu un usage funéraire.

Toujours dans le groupe du milieu, la tombe 100 a longuement été étudiée, ainsi que les remblais dérangés lors de fouilles illégales, dont les murs et le plafond se sont effondrés.

Lors du nettoyage de la chambre, des vestiges de 8 tombes ayant fait l’objet d’une seconde utilisation ont été découverts dans deux fosses.

Angeliki Kotti - Journal Ethnos

 

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 05/10/2015