Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Conférence Anticythère

 

 

Admirez les découvertes impressionnantes provenant de l’épave d’Anticythère

 

Un ou deux bateaux ont fait naufrage dans la région d’Anticythère ? S’agissait-il d’un immense navire transportant des céréales pour nourrir les habitants de Rome ? Trouverons-nous encore d’autres merveilles artistiques ou des objets de technologie avancée tel le Mécanisme d’Anticythère, enfouis dans les fonds marins ?

L’exceptionnelle présentation scientifique des découvertes et des conclusions tirées de la récente campagne de fouilles sous-marines dans la région d’Anticythère, qui a eu lieu jeudi 11 décembre devant une assistance nombreuse à la Bibliothèque de la «Fondation Aikaterini Laskaridi» à Pasalimani, n’a pas répondu à ces interrogations. Elle a néanmoins donné d’excellentes informations sur les objets découverts, comme la lance en bronze munie de sa pointe, d’une longueur de 2,02 m, vu sa grande densité il ne peut s’agir d’une arme d’un passager soldat mais d’un attribut d’une statue, ainsi qu’une cruche quasiment intacte, qui faisait partie de la cargaison du navire, présentés pour la première fois au public. Un morceau de madrier du pontage de l’épave, découvert lors de fouilles ultérieures, a également été présenté.

Sont intervenus au cours de la manifestation Mme Angeliki Simosi, responsable de l’éphore des Antiquités Sous-marines, qui a surtout abordé l’histoire des fouilles au début du 20ème siècle, M. Theotokis Theodoulou, responsable scientifique des fouilles, qui a présenté les objets un par un, avançant des hypothèses sérieuses à des questions pointues, ainsi que M. Brendan Foley, archéologue, directeur des fouilles et chercheur à l’Institut Océanographique Woods Hole (USA), qui a qualifié l’épave de «Titanic de l’Antiquité», à cause non seulement de sa taille mais aussi de l’intérêt qu’elle suscite à travers le monde.

Le ministre de la Culture et des Sports M. Tassoulas, dans son discours d’ouverture, a décrit cette nouvelle campagne de fouilles comme «l’une des opérations les plus réussies du ministère, et nous avons pour objectif de continuer à l’aider au moins au cours des cinq prochaines années».

Mme Simosi a parlé entre autre de la période de recherches 1900-1901 «qui recèle de moments émouvants dans les efforts inlassables menés par l’Etat grec pour remonter le trésor contenu dans l’épave, localisé et remonté par des pêcheurs d’éponges Symiotes, mais aussi des premières vraies fouilles menées dans la région avec les conseils du Commandant Cousteau et les équipements de la Calypso. Elle a également fait mention des découvertes surprenantes dans la zone de l’épave : Le Mécanisme d’Anticythère, l’Ephèbe d’Anticythère, la statue du Philosophe avec des morceaux de ses pieds, de ses mains et de son vêtement en bronze, deux petites statues en bronze, dont l’une était fixée sur une base double qui cachait un mécanisme et un remontoir pour faire tourner la statue, les 36 statues en marbre dont une grande partie était des copies d’œuvres antiques célèbres (comme Hercule Farnèse) et de nombreux originaux qui reflètent l’art de la première moitié du 1er siècle avant J.C., d’uniques objets en verre, de magnifiques boucles d’oreille en or, le trésor en pièces d’argent, des amphores et de nombreux autres encore.

M. Theodoulou a, quant à lui, abordé le travail de cartographie précise de la zone du naufrage effectué, il s’agit d’une maquette tridimensionnelle sur laquelle ont été placées les découvertes faites jusqu’à ce jour. Il a également parlé de l’épave, un bateau de charge romain dont le pontage atteint 10-11 cm, sans doute l’une des plus solides coques de l’Antiquité qui a été sauvée. Il a soulevé la question suivante : «S’agit-il d’un bateau immense pour transporter du grain ou un bateau avec un système renforcé pour le transport de pierres ?» .

La question reste entière, ainsi que celle concernant la lance en bronze, avec ses deux extrémités, ornait-elle une statue en bronze ou en pierre, en sachant que les statues en pierre étaient ornées avec des éléments décoratifs en bronze. «Jusqu’à présent aucune marque de contact avec un autre métal n’a été trouvée sur la lance. Cela veut-il dire qu’il s’agissait d’une statue en pierre ?» s’est interrogé M.Theodolou, il a par ailleurs mentionné, un autre objet, apparemment insignifiant, mais qui fournit des informations précieuses sur la construction navale à cette époque. Il s’agit d’un morceau de plomb plié qui provient certainement du plombage des œuvres vives du navire, qui assurait la stabilité du bateau. «L’archéologie ne tire pas de conclusions des découvertes spectaculaires mais de celles plus infimes » a-t-il souligné. Enfin, il a abordé la question de la cargaison d’objets de luxe embarquée, comme le montrent les deux montants d’un lit de repos trouvés lors des fouilles récentes, des découvertes importantes pour une autre raison : « Selon Pline, ces lits étaient fabriqués dans des ateliers de Délos. Un des points de départ d’où est probablement parti le bateau était Délos, une île qui rassemblait sans les taxer matériaux et marchandises de toute part et d’où partaient des missions commerciales vers toute la Méditerranée», a-t-il dit.

Où se trouvait le quatrième cheval appartenant au quadrige qui a été repéré sur le lieu du naufrage et dont trois ont été ramenés à la surface ? « Il a été perdu durant la remontée. Nous devons plonger à 160 m pour le trouver. Heureusement nous avons le « exosuit »,  a déclaré de son côté M. Foley, parlant de la découverte extraite des cordages au début du 20e siècle, mais aussi du sous-marin robot qui n’a pas été beaucoup utilisé en raison de mauvaises conditions climatiques mais avec la campagne de recherches en 2015, qui débuteront en mai, il semble qu’il aura de nombreuses occasions de plonger. Les intervenants pensent dans l’ensemble que de nombreux autres objets et œuvres d’art vont être trouvés. « Qui sait combien d’autres trésors existent ? » s’est interrogé M. Foley.

(Sources : Journal Imerisia 12/12/2014)


page précédente

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 17/12/2014