Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Diplômes authentifiées

 

 

 

Des diplômes authentifiés avec la technologie blockchain  

 

Le Secrétaire Général pour la Politique Numérique, M. Stelios Rallis a présenté, dans une interview au journaliste Chronis Diamantopoulos pour le journal Nea Selida, le 26 août 2018, la technologie blockchain et son application aussi dans l'enseignement supérieur, un projet doté d’un budget de 1,5 million d'euros.  

Pouvez-vous définir en termes simples, la blockchain ?  

On pourrait traduire ce terme par "technologies d'enregistrement réparti" ou "chaîne de notifications" ou "chaîne de blocs", une terminologie difficile que nous allons retrouver très prochainement dans les documents publics, il est donc bon de la découvrir. En simplifiant, il s’agit d’un catalogue numérique dans lequel tous les types de transactions peuvent être enregistrés chronologiquement. Cette technologie a été intégrée avec succès dans les transactions financières, sans l’intermédiation des banques, mais elle est également appliquée dans de nombreux autres cas d’échanges de fichiers et de données.  

La blockchain pourrait-elle répondre à des problèmes dans le domaine de l'éducation et du travail, tel le phénomène des faux diplômes?  

Aussi étrange que cela puisse paraître, la réponse est oui. Dans ce cas, les diplômes sont représentés comme des entrées dans un catalogue numérique basé sur la technologie de la blockchain. Le but étant de garantir l’authenticité des diplômes et de pouvoir en réimprimer des copies en toute sécurité sans l’intermédiaire de l’institution qui les a délivrés. La mise en œuvre de cette technologie révolutionnaire dans le but de garantir la validité des diplômes délivrés par les universités grecques ainsi que la simplification des procédures pour une réimpression d’une copie de ceux-ci résument la philosophie du ministère de la Politique Numérique, des Télécommunications et de l'Information pour le fonctionnement d'un Système National d’Enregistrement des Titres Académiques.  

Peut-on parler d’une sorte de dépôt des diplômes ? Préparez-vous en tant que Secrétaire Général un projet spécifique?  

Il s’agit d’une nouvelle infrastructure de données, dans le langage des experts, appelée «référentiel distribué», dans laquelle seront enregistrés tous les diplômes délivrés par les universités grecques. Et oui, nous préparons un projet doté d’un budget de 1,5 million d'euros qui sera mis en œuvre immédiatement et sera achevé d'ici deux ans, ainsi pour les futurs diplômés, ce processus sera progressivement mis en place. L'intérêt de ce projet est qu’il prévoit également la numérisation des diplômes délivrés par le passé, sur simple demande du diplômé auprès de son université.  

Quelles sont les caractéristiques du système?  

Le système fonctionnera de sorte à préserver l'autonomie des Institutions dans leur fonctionnement et garantir la protection des données personnelles de tous les utilisateurs.  Cette infrastructure sera exploitée par un service qui sera interconnecté avec les systèmes informatiques des institutions et procédera à l'identification des utilisateurs et des institutions, tout en coordonnant les fonctions de gestion individuelles contrôlées par les institutions. 

Avec cette procédure, à chaque diplôme sera attaché un code d’identification unique sous forme alphanumérique ou graphique (QR code). Toute personne aura le droit de contrôler la validité d'un titre après avoir saisi le code d'identification, s’il est valide, le système restituera les informations correspondant au titre (établissement, date de délivrance, etc.) en grec et en anglais. Grâce à ce processus unique, tous les titres délivrés par les établissements d'enseignement supérieur publics grecs seront enregistrés électroniquement et certifiés, en mettant l'accent sur la protection des données personnelles enregistrées afin qu’elles ne soient ni consultées ni utilisées sans consentement. Le projet, basé sur les technologies d'enregistrement réparti - et annoncé un mois après la signature de la déclaration sur la coopération européenne en matière de blockchain par le Ministre de la Politique Numérique, des Télécommunications et de l'Information - simplifie les procédures de délivrance des copies de diplômes et supprimera la possibilité de présenter un faux diplôme.  

Qu'est-ce que cela signifie pour l'utilisateur final, pouvez-vous nous donner des exemples?  

Le titulaire d'un diplôme de l'enseignement supérieur sera en mesure de prouver et de produire des copies de ses titres sous forme électronique, sécurisée et confidentielle, sans l'intervention de l’Université et sans avoir besoin d’imprimer les titres d'études. Par exemple, une personne à la recherche d’emploi pourra envoyer son diplôme à son futur employeur, ce dernier y aura accès avec un code à usage unique. L'information sera communiquée au destinataire spécifique à l'initiative du diplômé. En outre, en utilisant le service, il sera possible d’assurer la validité de toutes les opérations de certification des titres pour l’émetteur, le détenteur et le destinataire du titre certifié. Dans le cadre du fonctionnement du service, les autorités de surveillance compétentes pourront plus facilement procéder à une vérification complète et efficace de la validité des titres enregistrés, en réduisant considérablement les procédures bureaucratiques et les délais.

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : lundi 03 septembre 2018