Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Ethnos 08/08/2014

 

 

Nouveaux travaux sur l’Acropole

Le Rocher Sacré se transforme jusqu’en 2020

 

Des chantiers ouvrent, des chantiers ferment, des programmes sont élaborés et d’autres se poursuivent. L’équipe sur l’Acropole d’Athènes travaille dur, malgré la chaleur estivale, courant août des études importantes pour la restauration et l’entretien de ces monuments uniques s’achèvent.`

Un premier chantier s’attaquera aux murs d’enceinte à l’automne, les échafaudages vont être retirés petit à petit des Propylées, la façade ouest du Parthénon sera achevée d’ici à 2015. L’Erechthéion est le dernier monument sur lequel des interventions sont programmées. A l’intérieur, des travaux seront entrepris afin de protéger les anciens planchers et de mettre en évidence les fondations de la basilique paléochrétienne consacrée à la Vierge Marie qui avait été construite sur cet emplacement durant les premiers temps paléochrétiens.

La Secrétaire générale à la Culture Mme Lina Mendoni, qui collabore aux chantiers sur l’Acropole et les supervise, a présenté au journal Ethnos les projets qui seront réalisés jusqu’en 2020. Le plan financier en cours, le CRSN et le suivant couvrent l’ensemble du plan de la Commission de Conservation des Monuments de l’Acropole, du Service de Conservation des Monuments de l’Acropole et de la 1ere éphorie des Antiquités Préhistoriques et Classiques de l’Acropole. Elle a déclaré être satisfaite de la grande qualité avec laquelle les chantiers sont réalisés toutes ces années et la façon dont chaque problème, petit ou grand, est résolu avec sérieux.

Au cours de la période 2014-2020, des études sur les monuments du Rocher Sacré seront menées et des rapports seront rédigés et présentés. En 2020, cependant l’Etat et les scientifiques devront débattre des avancées futures dans leur globalité, ils devront déterminer les nouveaux programmes de restauration et quels fronts seront ouverts.

Dix métopes antiques resteront sur le Parthénon, après l’achèvement des travaux sur la façade ouest, déclare Mme Vassiliki Eleftheriou. Huit ont été descendues et seront exposées dans le musée avec trois autres. A leur place, des copies seront installées. Cependant, les dix métopes à l’ouest demeureront en place et seront restaurées sur place puisqu’il n’existait aucune raison de retirer des éléments architecturaux et le fronton. Dans les angles de la façade ouest, la remise en place des architraves sera effectuée. Le Conseil Central Archéologique abordera fin septembre la question de la réinstallation des poutres du toit et des caissons restaurés. Les poutres seront réinstallées jusqu’à la fin de l’année tandis que sera discutée la question de la réinstallation des caissons du toit pour des raisons statiques. Sur la façade ouest sera également réinstallé le mur du tympan qui se trouve derrière le fronton.

Dans le pronaos, on poursuivra la cannelure des colonnes aux endroits où ont été effectués des rajouts de marbre, donnant de la luminosité au monument.

Selon Mme Eleftheriou, le programme qui va maintenant être discuté dans le détail concerne la restauration du mur ouest. Deux poutres antiques en bois, restées pendant des siècles sur le temple, vont être retirées ainsi que le linteau en béton de Balanos. On estime très importante l’acquisition d’une nouvelle grue, de dernière technologie, pour l’intérieur du Parthénon (pour rappel, quand les travaux ont commencé sur l’Acropole en 1975, il y avait seulement un treuil en bois).

Sur les Propylées, une grue a été installée qui permettra de retirer le chapiteau d’une colonne qui présente des défauts depuis l’Antiquité. Ensuite, comme le déclare Mme Eleftheriou, le travail sur les Propylées s’achevant, cela permettra aux scientifiques de s’occuper d’autres parties comme les murs.

Le 20 août a débuté la phase d’installation du chantier sur le premier point d’inspection des murs, au-dessus du Théâtre de Dionysos. Les interventions sur les murs constituent le prochain grand projet sur l’Acropole et vont faire l’objet de longues discussions. Mme Eleftheriou souligne que les travaux ont occupé jusqu’à présent deux générations de scientifiques, mais ceux qui sont partis, collaborent encore étroitement en parfaite harmonie avec ceux qui ont reçu le témoin.

L’ancien musée

L’histoire de l’ancien musée de l’Acropole a débuté en 1848, du temps de M. Pittakis, au moment même où M. Kalkos a conçu les plans, précise l’Ephore de l’Acropole M. Constantinos Kissas. La première exposition a été présentée en 1886 sur les 750 m2 du musée. En 1964, a eu lieu le vernissage de l’extension de 450 m2 qui a été ajoutée. La Secrétaire générale Mme Lina Mendoni a demandé lors d’une récente réunion de la Commission de Conservation des Monuments de l’Acropole qu’une décision soit prise au sujet de l’utilisation de l’ancien musée désormais vide.

D’une première réunion, une proposition a été faite afin qu’une partie de l’ancien musée soit utilisée comme entrepôts, bureaux et atelier pour l’entretien des marbres effectué par le Service de Conservation des Monuments de l’Acropole. Derrière un panneau de verre, les visiteurs pourront observer le travail des artisans-tailleurs de marbre. L’avancée des fouilles et des travaux de restauration sera également présentée sous forme audiovisuelle au public.

Angeliki Kotti

Sources : Journal Ethnos 

08 août 2014

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 24/09/2014