Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Lefteris Kretsos - Eleftheria

 

 

Extra its de l’interview du Secrétaire Général à l’Information et la Communication M. Lefteris Kretsos au journal Eleftheria

21 janvier 2018

M. Kretsos a souligné la rapidité du développement des médias audiovisuels, un marché en plein essor et l’augmentation du temps moyen passé par les citoyens devant le petit ou le grand écran. Il s’agit d’une industrie très dynamique et à la croissance rapide où des changements structurels dans le mode de consommation de contenus sont enregistrés.

En ce qui concerne les licences de télévision, il s’est déclaré satisfait des développements dans le paysage télévisuel, attendant avec impatience le premier jour de diffusion de programmes en toute légalité et où les droits des salariés seront garantis. Nous avons accepté le nombre de licences (7) proposé par le Conseil National de la Radiotélévision qui a aussi fixé le prix de départ (35 millions d’euros) en se référant à la première procédure d’appel d’offres en 2017. M. Kretsos a souligné que les données de 2017 ne sont pas les mêmes qu’en 2015 ou 2016, la Grèce se trouve dans une meilleure situation économique ce qui a une incidence positive sur le marché publicitaire comme le reconnaissent les annonceurs et les grands dirigeants de chaînes de télévision. Malgré cela seulement 7 offres ont été déposées pour les 7 licences proposées par le Conseil.

Nous allons poursuivre avec le passage à la radio numérique, un instrument qui nous accompagne tout au long de la journée et de nos activités. Cette semaine, la carte des fréquences a été publiée et l’appel d’offres pour le fournisseur de réseau qui transmettra le signal radio numérique a été publié.  

Le marché des médias audiovisuels  

La Grèce n’a pas encore intégré la carte mondiale des pays qui accueillent de grandes productions télévisuelles et cinématographiques et les cinéastes nationaux sont des héros qui doivent surmonter le manque de ressources, la bureaucratie et l’ambiguïté du règlement pour les autorisations de tournages cinématographiques.

La nouvelle loi 4487/2017 était indispensable pour attirer des investisseurs étrangers dans les productions audiovisuelles mais aussi renforcer l’industrie audiovisuelle nationale, elle portera très prochainement ses fruits. Aujourd’hui, nous sommes prêts à procéder à la mise en œuvre du mécanisme et de la décision interministérielle qui sont nécessaires pour appliquer la mesure de soutien financier à la production audiovisuelle.

Ce soutien d’un montant total de 450 millions d’euros est garanti par le Programme d’Investissements Publics jusqu’en 2021. La première phase du projet apporte 75 millions d’euros sur le marché en 2018 et selon le taux d’absorption nous passerons à la deuxième phase.

Le Centre National des Médias Audiovisuels et de Communication qui est l’organe en charge de la mise en œuvre de la nouvelle législation est prêt et, vers la fin du mois de janvier, le Conseil d’administration tiendra sa première réunion pour approuver, entre autres, le business plan.

La Grèce devient dorénavant un lieu film-friendly. Cela ne sera pas très difficile parce qu’elle réunit déjà tous les éléments nécessaires à une production audiovisuelle : lumière, paysages variés, monuments, courtes distances, la luminosité grecque tout au long de l’année, etc. Cependant, « se faire un nom » à l’étranger n’est pas chose aisée et malheureusement nous nous présentons en dernier, tous les autres pays européens l’ont déjà fait. Nous devons fournir de gros efforts mais nous avons déjà des retours et la communauté des producteurs nationaux et internationaux a montré un grand intérêt, ce qui est très positif et encourageant.  

La télévision hybride  

Un marché différent se développe dans le monde de la télévision : plateformes, applications, télévision hybride, services de streaming et de vidéos à la demande. Nous ne devons cependant pas penser à la technologie en termes seulement de contenus. Elle foisonne dans d’autres domaines, comme la distribution de la publicité, où un produit adapté à de nombreuses plateformes ou à une combinaison de technologies peut attirer beaucoup plus de publicité. Et bien entendu, éliminer toute technophobie et peur d’investir dans du contenu primaire et compétitif reste une condition sine qua none. La concurrence ne concerne pas seulement la programmation comme nous le constatons ces dernières années dans notre pays : « j’ai ceci, quels sont le meilleur jour et la meilleure heure pour le programmer en fonction de ce qui est proposé par les concurrents ? » Mais elle concerne principalement l’innovation et la qualité du contenu.

La chaîne de télévision publique ERT a déjà lancé la télévision hybride, ciblant un public national et international avec des produits de fiction qui peuvent et doivent voyager autour du globe.  

La presse écrite  

En ce qui concerne le journalisme écrit, l’équation est plus difficile en raison des problèmes structurels au niveau international et de la concurrence exercée par d’autres médias sur la Presse. Nous avons, cependant, déjà entamé un cycle de concertations avec les éditeurs et les journalistes et nous présenterons une série de propositions pour sortir de la crise dans le domaine du journalisme écrit. J’attache une importance nationale à l’objectif de la mise en place d’un fonds d’aide à la presse similaire à ce qui existe dans d’autres pays, comme la France, pour soutenir la liberté de la presse et renforcer la pensée critique des citoyens.

La lecture des journaux qui respectent des éléments de fonctionnement de qualité, tel le code de déontologie de l’Union des Rédacteurs de la Presse Quotidienne d’Athènes peut contribuer à ce que nos concitoyens soient mieux informés et exigeants et cela dans l’intérêt de la démocratie et du pays.  

Les médias régionaux  

J’insiste sur le fait que nous livrons bataille pour l’application du 70-30 pour la Presse régionale. Quand cela deviendra réalité, la région sera considérablement renforcée car le gros écueil est l’exclusion des médias régionaux de la publicité centrale. Un autre grand problème est le référencement de la Presse régionale qui sera rendu possible grâce au Registre que nous préparons. En ce qui concerne la radio, avec la technologie numérique les radios pourront accéder pour la première fois à une couverture nationale sous réserve de leur mise au niveau technologique nécessaire. Enfin, à l’avenir le Conseil National de la Radiotélévision accordera aussi les licences pour les chaînes régionales ce qui contribuera à leur fonctionnement régulier et ordonné. Je pense que le train de mesures est suffisamment complet et que la presse régionale sera considérablement améliorée.  

Le monde d’Internet  

Nous avons déjà accompli de réels progrès en ce qui concerne les médias en ligne avec la création du Registre des médias en ligne qui a déjà clairement laissé son empreinte. Discrètement, de nombreuses banques et de grandes entreprises demandent aux médias en ligne s’ils sont inscrits au Registre avant de leur confier leur publicité. Cependant, une personne pour s’inscrire au Registre doit employer des salariés et surtout des journalistes salariés et respecter une totale transparence dans la composition de ses partenaires actionnaires qui est soumise à un contrôle par l’Autorité Indépendante des Revenus Publics. Par conséquent, la mesure a eu un impact, en particulier après l’attribution de codes de suivi de plagiat, afin de lutter contre la concurrence déloyale et l’enrichissement. Ceci, bien sûr, ne supprime pas la législation en vigueur en matière d’emploi et d’assurances ou le fonctionnement de mécanismes de contrôle d’application de la législation, comme l’Unité de Contrôle du Travail. Il est également encourageant de constater que la Commission Européenne agit pour lutter contre les fausses nouvelles et leurs modes de propagation.  

La chaîne de télévision publique ERT  

ERT se trouve toujours à la pointe de la technologie, sa dernière avancée est la télévision hybride et ses applications comme la vidéo à la demande. Elle est accessible gratuitement à tous les citoyens, on prendra conscience de l’importance de ce projet lorsque les usagers en connaîtront mieux le fonctionnement et au fur et à mesure de l’enrichissement et de la diversification du programme et des applications de la chaîne hybride de ERT. Le programme est actuellement en cours de développement et petit à petit diffusé. Nous verrons des choses qui n’ont jamais été vues auparavant sur la chaîne grecque et surtout lorsque nous le souhaitons et avec de nombreuses fonctionnalités interactives. La web Tv, aussi, diffuse maintenant des contenus différents du programme des chaînes, principalement des événements sportifs qui ne trouvent pas leur place sur les chaînes et devient une nouvelle chaîne à la pointe des dernières technologies. De plus, des essais d’émission sur un signal radiophonique numérique sont en cours. ERT propose à l’heure actuelle une grille de programmes de qualité avec des séries étrangères excellentes, le plus riche programme sportif en comparaison avec les autres chaînes gratuites, des documentaires remarquables et couvre presque toujours en premier les grands événements politiques. Elle a également enrichi son offre de films étrangers, bien entendu la fiction grecque nous manque mais très prochainement cette lacune sera comblée.

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : vendredi 26 janvier 2018