Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Nikos Pappas - 23/04/2018

 

 

 

Le ministre Nikos Pappas encourage les investissements en Grèce via la nouvelle économie numérique

 

"Avec des objectifs fixés à la Grèce pour sortir de l'ère des mémorandums cet été et des discussions sur les mesures d'allégement de la dette entamées, la Grèce est arrivée au stade d'avoir «une situation financière saine»", M. Nikos Pappas, ministre de la Politique Numérique, des Télécommunications et de l’Information déclare dans une interview avec le Sommet du Sud de l'UE.

Dans son interview, le ministre Nikos Pappas a expliqué que l'économie grecque a pris un virage, comme en témoigne son retour sur le marché obligataire international et une croissance positive de 2,5% prévue pour 2018.

 Il a également souligné que la Grèce travaille activement pour attirer des investissements du secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC). Le ministre Nikos Pappas a ajouté que la Grèce, avec ses sociétés internationales et sa politique étrangère a montré qu'elle peut créer des triangles de stabilité, avec Israël, l'Egypte et d'autres. Enfin, le ministre grec a fait part de son optimisme dans son interview sur le fait que, grâce à une combinaison de réformes, à la fin de son premier mandat en septembre 2019, le gouvernement aura créé près de 500.000 emplois.  

Voici les points essentiels de l'interview de Nikos Pappas :  

Après une période de repli économique durant la dernière décennie, des mots comme «stabilité» et «excédent» sont les nouvelles expressions à la mode utilisées pour décrire l'économie grecque actuelle. Le marché obligataire international assiste au retour en force de la Grèce, et une croissance positive de 2,5% prévue pour 2018 est le signe que l'économie du pays a tourné la page. "Avec des objectifs fixés à la Grèce pour sortir de l'ère des mémorandums cet été et des discussions sur les mesures d'allégement de la dette entamées, la Grèce est arrivée au stade d'avoir «une situation financière saine»". "Non seulement le pays a atteint ses objectifs d’excédent, mais nous avons dépassé les excédents", souligne-t-il.  

M. Pappas connaît une ou deux choses sur l'économie grecque et le fonctionnement interne du gouvernement, ayant été ministre d'État en 2015 dans le gouvernement du Premier ministre Alexis Tsipras, avant d'être nommé à la tête du nouveau ministère de la Politique Numérique, des Télécommunications et de l’Information. Sa création en 2016 est considérée comme l'exemple parfait d'une nouvelle ère en Grèce, où le pays laisse derrière lui les séquelles de l'instabilité économique et se tourne vers une efficacité et une transparence accrues grâce au processus de numérisation du haut vers le bas.  

L'ouverture du ministère marque un changement tangible que le gouvernement génère, faisant passer le PIB du pays à une économie fondée sur la valeur ajoutée, conformément au plan de développement du gouvernement, connu sous le nom de «Grèce 2021». Ce plan est basé sur la promotion de l'augmentation des exportations et dans le développement de secteurs à forte valeur ajoutée tels que l'immobilier, les technologies de l'information et de la Communication (TIC), l'énergie, l'alimentation, l'agriculture, la logistique et les sciences de la vie.  

Nikos Pappas, l'un des ministres les plus francs de Grèce, représente le visage de ce grand changement, et est convaincu que la numérisation sera un élément crucial pour le pays dans la réalisation de ses ambitieux objectifs. La Grèce travaille activement pour attirer des investissements dans le secteur des TIC, a expliqué M. Pappas, qui "je crois, est le secteur de tous les secteurs." Mais ce n'est pas seulement fait dans le but de rester au niveau d’une partie de ses voisins au savoir-faire numérique, Nikos Pappas veille à ce que ce soit un pas concret vers des investissements accrus et la croissance économique.  

"C'est un secteur qui peut rendre chaque secteur de l'économie plus productif et faciliter notre vie, notre travail plus créatif et plus productif, et notre interaction avec le secteur public plus efficace." Il a souligné l'importance d'éduquer aussi bien les Grecs que les investisseurs sur le fait que les choses changent «radicalement» dans le secteur numérique du pays.  

Au niveau international, M. Pappas affirme que la Grèce a reçu «des marques d’intérêt de  toute part dans le monde pour des investissements dans le secteur des télécommunications.  En plus de cela, nous avons décidé de consacrer chaque euro disponible à l'investissement dans des technologies à l'épreuve du futur », autrement dit des produits et services qui n'auront pas besoin d'être significativement mis à jour au fur et à mesure des avancées technologiques.  

Au niveau national, ce changement sera réalisé dans les améliorations de la vie quotidienne des Grecs, comme « l'accès sécurisé à la connectivité Internet à très haut débit. Cela va radicalement changer nos vies». En plus de cela, Nikos Pappas a souligné que le gouvernement grec consacre autant de fonds européens que possible «pour créer [une] équipe de personnes capables d'éduquer les gens, alors nous construisons des éducateurs ... pas seulement en développant une infrastructure mais en familiarisant les gens avec les applications qui contrôlent cette infrastructure ». Il a admis que ce serait un gros investissement, mais a souligné que l'augmentation des compétences numériques des Grecs «est notre priorité, nous allons dépenser beaucoup d'argent pour cela et je pense que c'est de l'argent qui sera remboursé avec la productivité de l'économie».  

Ce changement va également pénétrer le secteur public, M. Pappas a de plus ajouté que le gouvernement travaille à sa numérisation rapide. En fait, un projet pilote a été mis en œuvre avec succès au ministère de la Politique Numérique, des Télécommunications et de l’Information. «Ce ministère est entièrement numérisé et tous les échanges de documents se font non pas sur papier, mais numériquement. En arrivant à mon bureau le matin, je peux avoir une vision d’ensemble de ce qui se passe, de ce qui reste à faire, et cela va être étendu à l'ensemble du secteur public en 2018».  

Bien sur, cette mise à niveau apportera certainement simplification et efficacité mais elle aura aussi une influence sur les volumes financiers. Une fois que l'ensemble du processus sera étendu à l’ensemble du secteur public, M. Pappas estime que le tout numérique «nous permettra d'économiser 400 millions d'euros de coûts par an.  C'est une estimation timide, je dirais, parce que vous ne pouvez pas mettre un chiffre sur les heures de travail que vous économisez quand tout est là devant vous».  

En plus d'offrir une modernisation technologique aux citoyens grecs et aux organismes gouvernementaux, le pays se tourne également vers l'un des marchés les plus innovants de l'histoire: l'espace extra-atmosphérique. Le récent lancement de l'Agence Spatiale Hellénique souligne la poursuite de l'excellence scientifique du pays et ses efforts pour inverser la «fuite des cerveaux» qui a fait partir les Grecs brillants hors de leur pays pour participer à l'industrie spatiale dans des pays ayant des programmes plus développés. Ces nouvelles avancées, conjuguées à l'engagement du gouvernement de stimuler la numérisation de l'économie et d’améliorer l'infrastructure des TIC, stimuleront sans aucun doute l'investissement étranger et rapporteront des dividendes, littéralement.  

Nikos Pappas a déclaré avec confiance que la Grèce est maintenant dans une situation stable économiquement, sinon géographiquement. «Tout le monde peut voir que nous sommes dans une région qui a beaucoup de foyers d'instabilité, mais la Grèce, avec ses sociétés internationales et sa politique étrangère a montré qu'elle peut créer des triangles de stabilité, avec Israël, l'Egypte et d'autres». L'un des principaux facteurs contribuant à la diffusion de la stabilité régionale est le grand nombre de projets transfrontaliers en Grèce. «Nous donnons la priorité aux projets qui relient les pays à long terme et les projets dans des infrastructures telles que l'énergie et les télécommunications sont très importants». Nikos Pappas a déclaré que le gouvernement grec est «très, très heureux» du fait que des acteurs extérieurs ont décidé de participer à l'objectif du pays de financer des projets d'infrastructure à grande échelle dans le cadre de partenariats public-privé et de coentreprises, en particulier dans le secteur de la logistique, pour un montant de 25 milliards d'euros. "Nous sommes très optimistes sur le fait que cela va devenir (...) stratégiquement important et bien sûr profitable pour les investisseurs.  

Les choses sont certainement entrain de s’améliorer pour l'économie grecque, et M. Pappas s’assure que cela se poursuive alors que le pays passe à la prochaine phase de l'indépendance économique et quitte les programmes de sauvetage cet été. Interrogé sur les risques d'un retour en arrière sur les réformes, M. Pappas a répondu avec assurance: «Il n'y a aucun risque car le gouvernement a montré qu'il pouvait tout en respectant les accords trouver des solutions pour faire des choses supplémentaires pour les gens qui sont dans le besoin, faire plus de choses pour améliorer le climat de l'investissement."  

Il a noté qu'en plus de respecter ses engagements de renflouement, le gouvernement a également travaillé à la «création d'un tampon» afin d'assurer «une sortie en douceur des marchés une fois le programme conclu». Avant la fin des programmes, le gouvernement prévoit de mettre en place son propre ensemble de réformes qui «amènera le pays à la page suivante».  

M. Pappas est optimiste que cette combinaison de réformes «améliorera considérablement le climat global en termes d'investissement, d'emploi et de création d'emplois et le retour à une croissance stable qui a commencé (...) va continuer». Il prévoit que d'ici la fin de son premier mandat en septembre 2019, le gouvernement aura créé près de 500.000 emplois, ce qui constitue un grand exploit pour un pays de 11 millions d'habitants seulement. "Ce serait une très bonne raison à présenter aux gens pour être réélu."

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : jeudi 26 avril 2018