Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Palais de Zominthos

 

 

Zominthos : 

Le palais minoen de la montagne

De nouvelles entrées impressionnantes du palais minoen de Zominthos à Psiloriti ont été découvertes lors de la dernière campagne de fouilles qui a duré six semaines, en juillet et août derniers, et dirigée par la Directrice honoraire des Antiquités le professeur Efi Sapouna Sakellaraki.

Les fouilles menées à l’intérieur du complexe et dans différentes pièces ont permis d’en apprendre davantage sur la disposition intérieure et son architecture (riche décoration, escaliers), les recherches ont abouti à de nombreuses découvertes dont une pièce de monnaie très rare de Marc Aurèle (161-180 avant J.-C.). Tous ces éléments montrent l’importance de cet immense bâtiment labyrinthique construit à 1.200 mètres d’altitude, renforçant les avis sur ses spécificités.

Les nouvelles entrées sont au nombre de deux, la première située à l’angle nord-est du palais est particulièrement étoffée comprenant un vestibule meublé de bancs de chaque côté. Cette entrée est prolongée par un long couloir qui conduit à un important temple dans l’aile est où ont déjà été découverts un autel gradué et une fosse.

Au cours des fouilles, la deuxième entrée située à l’angle sud-est a été identifiée, elle n’est malheureusement pas dans un très bon état de conservation car elle a subi de nombreuses modifications à des époques ultérieures (Mycénienne et Romaine) mais aussi des dégradations après des actes de pillage dans les années ’60. Il semble, toutefois, qu’elle était majestueuse, conduisant par des escaliers dont la base se trouvait au plus bas niveau du palais, à la cour Centrale. Les deux entrées sont de types différents de l’entrée principale située au nord dont l’architecture est moins complexe.

Un autre escalier intérieur a été découvert ainsi que des murs qui, à certains endroits, existent toujours et atteignent jusqu’à trois mètres de haut, montrant que le bâtiment comprenait plusieurs étages. Ses grandes salles soutenaient les étages supérieurs grâce à des colonnes ou des piliers centraux. Les sols, qui ont été dégagés également cette année, en calcaire brillant et en différentes pierres ainsi que les fresques qui ornaient les chambres, un exemple de la sophistication de l’époque et de ses habitants, montrent le luxe qui prévalait à l’intérieur.

Dans un espace luxueux, situé au dessus de l’atelier de métallurgie, ont été découverts des sceaux dont un, portant la représentation d’un nœud sacré, était tombé de l’étage supérieur, des pendentifs, en forme de coquillage par exemple, un rython en forme de spirale et un fragment de récipient orné d’un décor en relief représentant un petit cochon. Un rython en forme de cochon a été trouvé dans un temple, datant de l’époque du bronze comme Phaïstos et lié à l’adoration ultérieure de Zeus le Crétois comme l’une de ses nourritures. D’ailleurs, un vase sacré en forme de cochon a déjà été trouvé.   

Dans une pièce voisine, des sortes de boites en pierre ont également été découvertes, elles devaient certainement contenir des objets précieux que les occupants emportaient avec eux laissant derrière eux de menus objets tel un petit scarabée en bronze, réplique locale de ce que faisaient les égyptiens, un sceau et des coquillages non comestibles qui montrent que dans la région on adorait une divinité dans sa version marine, comme à Knossos. De nombreux vases ont également été trouvés dans cette même pièce.

Des objets en bronze comme des poignards, des vases en pierre, des sceaux, une plaque en os qui ressemble à celles ornant le corridor des Echecs de Knossos, des morceaux de jarres et de vases en pierre, des roues en céramique ainsi que des vestiges de ruches ont aussi été découverts. Ces dernières montrent que les habitants exerçaient aussi une activité d’apiculture en plus de l’exploitation de la riche faune et flore de la région de Psiloriti. Démontrant ainsi la diversité et la nature des activités exercées par les occupants du palais sur la montagne, qui étaient bien sûr économiques, politiques et religieuses. Sa connexion tant avec Knossos – la première installation à Zominthos en 1900 avant J.-C. correspond chronologiquement avec celle de Knossos – qu’avec Ideo Andro où existait le plus important et peut-être le plus ancien temple de Crète, montre sa grande importance. Raison principale pour laquelle, bien sûr, les conquérants de l’île, les Mycéniens en premier puis les Romains par la suite l’ont exploité au maximum.

Enfin, de nombreux morceaux de quartz qui proviennent de l’atelier du complexe ont été trouvés dans tous ses locaux. Certains sont travaillés pour être insérés dans des ustensiles en bois. Cette année, les travaux se sont aussi poursuivis à l’endroit où se situait le four métallurgique, mettant au jour de nouvelles constructions. En outre, dans différents coins du bâtiment ont été trouvées des roches ferreuses qui sont étudiées par des spécialistes de la Fondation de Recherche Technologique.

Une partie du palais de Zominthos a été excavée et fouillée par Yannis Sakellarakis dans les années ’80. La dernière période de fouilles systématiques a commencé en 2004 et se poursuit.

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : jeudi 21 septembre 2017