Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Salamine

 

 

Reconnaissance sous-marine à Salamine

Au cours des mois de novembre et décembre 2016, une recherche exploratoire sous-marine a été menée, dans le cadre d’un programme de trois ans, sur la côte orientale de Salamine, plus précisément dans la région de Ambelaki-Kynosoura.

Il s’agit de la première reconnaissance systématique sous-marine lancée par des institutions grecques (avec une équipe scientifique de 20 personnes), dans un environnement marin saturé mais un lieu d’une grande importance historique.

La recherche en 2016 s’est concentrée sur la partie ouest de la baie de Ambelaki. Il s’agit du port commercial et vraisemblablement militaire de la ville de Salamine à l’époque Classique et Hellénistique, le plus important et le plus proche de la cité d’Athènes, après les trois ports du Pirée (Kantharo, Zéa et Mounihia). Il s’agit, de plus, du lieu de rassemblement d’une partie de la flotte Hellénique à la veille de la grande bataille navale de 480 avant J.C., qui se trouve à côté des monuments les plus importants de la Victoire : le tombeau des Combattants de Salamine et le Tropaion (Trophée) à Kynosoura. Des références au port antique de Salamine trouvent un écho dans les œuvres du géographe Skylakos (4e siècle avant J.C.), du géographe Stravonos (1er siècle ap. J.C.) et du voyageur Pausanias (2e siècle ap. J.C.).

La reconnaissance a confirmé la présence sur les trois côtés de la baie de Ormos à Ambelaki (nord, ouest et sud) d’antiquités submergées, qui progressivement sombrent et émergent en fonction de la fluctuation du niveau de la mer, dont l’abaissement en février atteint le demi-mètre.

Des vestiges antiques identifiés sur le rivage et dans les eaux peu profondes, on dénombre des infrastructures portuaires, des fortifications et différents bâtiments. Des prises de vue aériennes, du traitement photogrammétrique et de la documentation topographique et architecturale des éléments visibles, est née la première carte marine archéologique de la région, qui servira de base aux recherches au cours des prochaines années.

Dans le même temps, l’enquête géophysique et géo-archéologique menée par une équipe de  l’université de Patra a été poursuivie, avec l’utilisation, dans un premier temps, d’un sonar, d’un magnétomètre marin et d’un système tracté de caméra sous-marine, visant à identifier des éléments d’intérêt archéologique dans les fonds marins et la détermination de la baie à l’Époque Classique. La haute qualité des données numériques récoltées contribuera de manière significative à la reconstitution du littoral paléogéographique de la région.

Une étendue maritime au nord-est de la baie suscite un grand intérêt, elle semble être une zone protégée. Au sud, elle est délimitée par une paroi d’une longueur impressionnante de 160m, à une extrémité se situe une tour ronde de 7m de diamètre (de type déjà rencontré dans d’autres ports fortifiés) et à l’est un quai plus récent a été installé d’une longueur de 48m, construit avec des matériaux de constructions antiques, vraisemblablement sur un socle ancien.

A l’ouest du quai plus récent, après un nettoyage superficiel, une série de grandes assises bien taillées a été découverte, située sur un axe nord-sud et sur une longueur de 12m environ, qui semble appartenir à un bâtiment solide et complexe ou à une autre structure, certainement à caractère public. Un peu plus loin à l’ouest, une autre grande structure allongée a été repérée, de 21m sur 9,20m environ.

Dans les résidus détectés du côté sud de la baie, se détachent, de l’ouest vers l’est, des digues, un quai d’une longueur de 40m et un mur long de 30m environ parallèle à la côte, une sorte de tour carrée de 6m le terminant.

Enfin, dans le cadre de la première reconnaissance, des trouvailles caractéristiques ont été faites à la surface, au nord et à l’ouest de la baie. Il s’agit d’une multitude de fragments d’amphores utilisées dans le commerce et autres vases de différentes périodes, une pièce de monnaie en cuivre de Corinthe datant du 4ème siècle avant J.C. et des petits objets. La majeure partie de la poterie est datée des périodes Classique et Hellénistique et est liée de toute façon au fonctionnement des principales installations du port de Salamine durant les phases les plus puissantes qui ont marqué l’histoire d’Athènes.

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 27/03/2017