Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Vryokastraki

 

 

Très riches trouvailles à Vryokastro et Vryokastraki de Kythnos  

Les résultats des fouilles systématiques dans la ville antique de Kythnos (aujourd’hui "Vryokastro"), qui se sont déroulées du 26 juin au 4 août 2018, ont été particulièrement importants. Parmi ceux-ci figurent les résultats des recherches des fouilles systématiques dans la zone de l'ancien port, sur l'île rocheuse de "Vryokastraki" (îlot autrefois relié à l’île par un isthme étroit).

Il s’agit de la découverte d'une basilique à trois nefs avec un narthex et un arc en plein cintre, ayant connu au moins deux phases de construction, une au paléochrétien et une au 7e-8e siècle, un bâtiment long d'environ 80 mètres qui comporte au moins 15 chambres rectangulaires alignées et des murs extérieurs solides qui servaient probablement à des fins défensives, ainsi que deux tours. De même, des dizaines d'espaces rectangulaires ont été identifiés, partiellement taillés dans la roche naturelle, pour lesquels les recherches jusqu'à présent montrent une utilisation au moins jusqu’à l'antiquité tardive, ainsi que des poteries éparses et des outils en obsidienne datant de la première période cycladique.  

"C’est la première fois qu’une installation de la Première période Cycladique a été identifiée avec certitude sur l'îlot rocheux (3ème millénaire avant J.-C. [...].  On ne peut exclure que certaines des pièces sculptées datent de cette période. Il est extrêmement important d’avoir identifié pour la première fois à Kythnos une céramique du 12ème siècle avant J.-C. Il semble que le site ait été habité après une période d'abandon au 12ème siècle avant J.-C, peut-être même sans interruption puisque toutes les périodes chronologiques sont représentées par des découvertes, de la période protogéométrique jusqu’au milieu du 7ème siècle après J.-C. (la dernière chronologie selon les premières conclusions de l'étude de Harikleia Diamanti), période au cours de laquelle la ville a finalement été abandonnée. La réflexion initiale, basée sur les résultats de la recherche superficielle, était que l’îlot rocheux était le centre de l’ancienne zone d’habitation de la ville antique et que la ville s’est réduite au début de la première période byzantine, peu avant son total abandon et que ses derniers habitants se sont installés sur l’acropole fortifiée connue de nos jours comme le Château d'Oria, est confirmée ".   

Ces informations ont fait l’objet d’une communication de l'Université de Thessalie et de l'Éphorat des Antiquités des Cyclades sur les résultats des fouilles réalisées cette année par le Département d'archéologie de l'Université de Thessalie, en coopération avec l'Éphorat des Antiquités des Cyclades sous la direction du Professeur Alexandros Mazarakis Aiviaanos et du Dr Dimitris Athanasoulis, directeur de l'Éphorat.

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : jeudi 06 septembre 2018