Journal Les Echos du 05 septembre 2003

GRÈCE

La Grèce entre en campagne électorale

L'inauguration de la Foire de Salonique marquera aujourd'hui l'entrée en campagne du Premier ministre socialiste, Costas Simitis. Les législatives qui doivent avoir lieu avant mai 2004 pourraient être avancée à cet automne.

Costas Simitis a préparé sa rentrée. L'équation à résoudre pour le Premier ministre socialiste n'est pas simple : comment regagner la confiance de l'électorat populaire du Pasok (le mouvement socialiste panhellénique) sans aggraver le déficit public ? Costas Simitis a répondu en annonçant, mardi, de nouvelles aides sociales d'un montant global de 1,7 milliard d'euros. « Nous croyons qu'en soutenant les revenus des classes les plus faibles, en leur offrant une aide économique et sociale, en améliorant les conditions de vie dans les campagnes, en aidant les petites et moyennes entreprises, nous augmenterons le bien-être de l'ensemble de la population », martèle le Premier ministre à quiconque lui rappelle que le déficit public (7 milliards d'euros à ce jour) a augmenté de 84,3 % durant les sept premiers mois de l'année.

Les derniers sondages créditent Nouvelle Démocratie (ND) et son chef de file, Costas Karamanlis, de 8 points d'avance sur le Premier ministre sortant. « Costas Simitis n'a pas accordé assez d'importance à sa politique intérieure », analyse Giorgos Souflias, l'architecte du programme d'opposition. Costas Simitis semble aujourd'hui s'en souvenir. Selon l'observatoire national des prix (Inka), le coût de la vie en Grèce atteint aujourd'hui 90 % de la moyenne de la zone euro alors que les salaires stagnent à 57,3 %.

Ebauche de réforme fiscale

Le Premier ministre promet d'atténuer ces différences, comme en témoignent les aides promises aux agriculteurs (17 % de la population active). Parmi les mesures annoncées, l'augmentation de leur allocation minimale, la réévaluation de l'indemnité compensatoire pour les exploitants des zones rurales les plus isolées, la baisse de la taxe sur le diesel ainsi qu'une réduction de la TVA sur le matériel agricole de 18 % à 8 %.

Le gouvernement assure que le pays peut à la fois soutenir une politique sociale et maintenir le taux de croissance de 3,8 % (comme en 2002) prévu par le budget pour l'année 2003. L'allocation chômage sera ainsi réévaluée de 10 % au 1er janvier 2004, 380.000 retraités toucheront 30 euros de plus par mois et les salaires du service public seront augmentés de 6,5 % l'an prochain.

Parallèlement, le gouvernement ébauche aussi un début de réforme fiscale : les entreprises désireuses d'investir pourront soustraire à l'impôt jusqu'à 35 % de leurs revenus pendant trois ans, les contrôles fiscaux seront simplifiés et les éventuelles amendes échelonnées sur trente-six ou quarante-huit mois.

Reste l'inconnue de la date des prochaines élections. Selon des sources proches du gouvernement, le Premier ministre ne provoquera un scrutin anticipé à l'automne qu'en fonction de l'évolution des sondages après son discours de Salonique.

 

DE NOTRE CORRESPONDANTE À ATHÈNES

CÉLINE CHAUDEAU

 

 

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : jeudi 14 février 2008