Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

J-17/11/2011

17 novembre 2011

Journal La Tribune

Journal Les Echos

Journal Le Monde

Journal Le Monde

Magazine Le Nouvel Observateur

Journal Les Echos

Grèce : Papademos passe avec succès le premier examen de la rue

Les défilés n'ont réuni que 30.000 manifestants à Athènes, moins du tiers des participants aux défilés des 20 et 21 octobre. Le gouvernement veut aller vite, et déposera demain son projet de loi de finances 2012 au Parlement.

Lucas Papademos, le chef du nouveau gouvernement grec, a passé avec succès sa première confrontation avec les partis de gauche restés dans l'opposition. Descendus dans la rue dans un grand nombre de villes grecques, les manifestants voulaient faire de ce 17 novembre, date anniversaire du soulèvement estudiantin de 1973 contre la junte des Colonels, une occasion pour manifester leur dissension vis-à-vis du nouvel exécutif, taxé d'être le bras armé de la Troïka des bailleurs internationaux de fonds à la Grèce.

Combatifs comme toujours, les défilés n'ont cependant pas réuni autant de monde que les organisateurs l'espéraient. A Athènes, on a compté environ 30.000 manifestants, moins du tiers des participants aux défilés des 20 et 21 octobre dans le cadre de la grève générale de 48 heures appelée par les deux grandes confédérations syndicales du privé et du public. Les organisateurs de la journée d'action de ce 21 novembre se consolent en prétendant que la participation a été massive compte tenu de la journée fériée.

Lune de miel avec la population

Ce premier signal positif pour Lucas Papademos témoigne de sa lune de miel avec la population. Trois Grecs sur quatre sont satisfaits de la constitution de son gouvernement et une courte majorité d'entre eux dit l'apprécier. Un élément encourageant pour un grand banquier peu connu par le grand public. Mais sa réussite est loin d'être acquise. Les opposants de gauche sont crédités d'intentions de vote en forte hausse. Les derniers sondages donnent les staliniens du KKE et l'extrême gauche à environ 25 %. S'ils s'unissaient, chose cependant très peu probable, ils deviendraient le premier parti représenté au Parlement hellénique. Les centrales syndicales sont en embuscade. Elles envisagent d'appeler à une nouvelle grève générale dès que le projet de loi de finances 2012 sera déposé au Parlement.

Le gouvernement veut aller vite. Le dépôt de la loi de finances aura lieu ce vendredi. L'Etat a un urgent besoin de financements internationaux. Selon certaines sources, les caisses publiques seront vides début décembre. Le versement des retraites et des salaires des fonctionnaires, déjà réduits de 30 %, est en péril. Après leurs chaleureuses félicitations, les Européens et le FMI augmentent la pression sur le nouvel exécutif. David Hawley, l'un des porte-parole du FMI, a déclaré que l'institution de Washington attend d'avoir des « assurances » sur l'application des mesures inscrites au programme de financements à la Grèce de mai 2010 avant de verser sa contribution à la sixième tranche de 8 milliards d'euros. Par ailleurs, la Task Force européenne chargée d'apporter une assistance à Athènes a rendu ce jeudi son premier rapport. Après une déclaration d'optimisme modéré, ses experts ont prévenu que les revenus des privatisations planifiées seront très inférieurs aux objectifs en 2011 (1,3 milliard d'euros au mieux, contre 5 milliards prévus). Ils ont également stigmatisé le recul des recettes fiscales (-4,1 % sur les dix premiers mois de l'année) et la persistance de la fraude fiscale (60 milliards d'euros).

MASSIMO PRANDI

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : vendredi 18 novembre 2011