Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

J-12/10/2012

 

12 octobre 2012

Journal Les Echos

Journal Le Figaro

Journal International Herald Tribune

Journal La Tribune

Quand la troïka propose de vider les petites îles grecques

Les experts du FMI, de la BCE et de l'UE auraient proposé à Athènes de déplacer la population des îles de moins de 150 habitants pour des raisons budgétaires. Mauvaise blague ou faux-pas?

La troïka aura décidément tout tenté pour rendre la Grèce mieux gérée et plus rationnelle au sens où on l'entend à Francfort, Bruxelles et Washington. Jeudi, le ministre grec des affaires maritimes aurait ainsi révélé lors d'une conférence devant des représentants du secteur maritime que les trois experts avaient proposé de déplacer les habitants des îles comptant moins de 150 âmes vers des lieux plus accessibles.

«Mauvaise blague»

«J'étais à une réunion avec les représentants de la troïka et ils m'ont demandé d'évacuer des îles grecques de moins de 150 habitants parce que c'est un poids pour le budget de l'Etat», a indiqué Kostas Mousouroulis qui leur a répondu: «vous êtes fous, nous ne négocions pas sur ce point!» La presse grecque s'est enflammée, et le gouvernement grec a dû démentir. Selon le blog, Keep talking Greece, Kostas Mousouroulis parle «d'une mauvaise plaisanterie» et a affirmé que les rumeurs n'avaient rien à voir avec la réalité. On s'amuse donc bien dans les réunions de la troïka, ce qui est rassurant.

22 îles

La Grèce compte une myriade d'îles. Les sites grecs ont répertorié 22 îles de moins de 150 habitants, et une, Irakleia, qui serait sauvée de justesse puisqu'elle compte 151 habitants. On notera par ailleurs que certaines de ces îles, quoique peu peuplées, sont des lieux touristiques prisés et qui nécessitent donc une présence au moins l'été. Délos ne compte ainsi que 14 habitants permanents. Devra-t-on vider l'île l'hiver seulement?

«Grande catastrophe»

En Grèce, la question du déplacement de la population est très sensible. Après la défaite des troupes helléniques en 1922 devant les troupes d'Atatürk, le traité de Lausanne en janvier 1923 a prévu un «échange de population». Plus d'un million et demi de Grecs d'Asie mineure, dont la famille était installé là depuis des siècles, furent expulsés et installés dans des conditions difficiles en Grèce continentale. Cette «grande catastrophe» est un des pires traumatismes de l'histoire grecque.

Magazine Le Nouvel Observateur

Grèce : la très mystérieuse "liste Lagarde"

Par Jérôme Hourdeaux

Les Grecs ont récemment appris l'existence d'une liste de près de 2.000 riches Grecs ayant dissimulé de l'argent en Suisse. En une semaine, deux de ces présumés fraudeurs se seraient suicidés.

Depuis plusieurs semaines, une mystérieuse liste de riches grecs accusés d’évasion fiscale, et baptisée la "liste Lagarde", plombe un climat politique déjà passablement dégradé par la multiplication des scandales politico-financiers.

Seules quelques personnes ont pour l’instant pu accéder à cette liste d'environ 2.000 noms de richissimes grecs ayant dissimulé de l’argent dans des comptes en Suisse. Parmi celles-ci figurent les ministres des Finances grecs qui se la transmettaient depuis 2010 sous la forme d’un CD.

24.000 comptes transmis à la France

Les origines de la "liste Lagarde", du nom de la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde, ont fait l’objet de nombreuses rumeurs. Ses données proviendraient d’un informaticien suisse qui aurait fourni le fichier initial, comportant environ 24.000 comptes de la branche suisse de la banque HSBC, au gouvernement français. Ce dernier aurait ensuite transmis en partie ce fichier aux Etats concernés.

Mais une chose est sûre, cette liste existe bien et, comme l’ont reconnu plusieurs d’entre eux, les ministres grecs des finances se la transmettent depuis sa découverte en 2010. Le ministre des finances de l’époque, Giorgos Papaconstantinou affirme en effet l’avoir reçue en 2010 des mains de celle qui était alors son homologue, Christine Lagarde. Papaconstantinou l’aurait ensuite transmise à la brigade financière grecque, la SDOE.

Elle a ensuite été remise à Evangelos Venizelos lorsque ce dernier est devenu ministre des finances. Mais selon Papaconstantinou, déjà, à ce moment, certaines données auraient disparu du CD. L’actuel ministre des finances, Yannis Stournaras, en revanche, affirme ne l’avoir jamais reçue. Le ministre soutient n’avoir appris l’existence de la liste que récemment par la presse et reproche à la SDOE de ne pas l’avoir averti.

Un climat plombé par les affaires

La liste n’a fait son apparition auprès du grand public que récemment, dans le cadre d’une enquête sur une vaste affaire de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale dans laquelle un ancien responsable du ministère de la Défense a déjà été inculpé. Et depuis que les médias ont publié un extrait de 36 noms de politiciens suspectés de corruption, toute la Grèce fantasme sur cette liste mystérieuse et sur l’identité de ces millionnaires qui, alors que tout le pays doit subir les conséquences du plan d’austérité, ont dissimulé illégalement une partie de leur fortune en Suisse.

Au début du mois d’octobre, face à l’ampleur pris par cette affaire, le Premier ministre grec Antonis Samaras a exigé d’Evangelos Venizelos que cette fameuse liste lui soit remise. Mais quelques jours auparavant, le CD sur lequel était stocké la liste disparaissait mystérieusement des locaux de la SDOE, la policer financière grecque.

Deux suicides en une semaine

L’affaire a pris un nouveau tournant depuis que plusieurs noms, qui selon certaines sources figureraient sur la liste Lagarde, se sont mis à se suicider. Vendredi dernier, Leonidas Tzanis, un ancien ministre délégué à l’intérieur, était ainsi retrouvé mort, pendu dans son appartement.

Aucune lettre d’adieux n’a été retrouvée. Et le 8 octobre, on apprenait la mort de de Vlassis Kambouroglou, un autre membres présumé du fameux fichier. Cet homme d’affaire grec travaillant dans le domaine de l’armement avait récemment été mis en cause dans une enquête sur une affaire de blanchiment d’argent impliquant l’ancien ministre de la Défense actuellement emprisonné, Akis Tsochatzopoulos.

Depuis, le gouvernement tente de remettre la main sur une copie tandis que le Parlement et la justice se sont saisis du dossier. Lundi dernier, le comité pour la transparence et l’éthique du Parlement grec a donné son feu vert à l’audition du ministre des Finances actuellement en exercice, Yannis Stournaras, et trois anciens ministres, dont Evangelos Venizelos, par ailleurs actuel dirigeant du parti socialiste grec le PASOK, Filippos Sachinidis et Giorgos Papaconstantinou. Et selon le quotidien grec Ekathimerini, Evangelos Venizelos et Giorgos Papaconstantinou auraient même déjà été auditionnés le week-end dernier, cette fois par un procureur spécialisé dans les affaires financières.

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : lundi 15 octobre 2012