Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

J-24/09/2012

 

24 septembre 2012

Journal Les Echos

Journal Le Figaro

Journal La Tribune

Crédit Agricole: le cauchemar grec n'est pas (encore) terminé

Au total et depuis son acquisition en 2006, Emporiki a déjà coûté plus de 10 milliards d'euros au Crédit Agricole -

Pour céder sa filiale grecque Emporiki, Crédit Agricole devra encore y injecter entre 600 et 700 millions d'euros, révèle le Wall Steet Journal, citant des sources ayant connaissance du dossier. Un montant qui s'ajouterait à l'augmentation de capital de 2,3 milliards d'euros réalisée l'été dernier. Une décision sur la vente d'Emporiki est attendue dans la semaine.

Avant de pouvoir céder Emporiki, Crédit Agricole va encore mettre la main au portefeuille. La banque française devra encore injecter entre 600 et 700 millions d'euros dans sa filiale grecque, affirme ce lundi le Wall Street Journal, citant des sources des secteurs privé et public ayant connaissance du dossier. Un montant qui s'ajouterait à l'augmentation de capital de 2,3 milliards d'euros réalisée l'été dernier et qui confirme donc l'estimation d'un surcoût de 3 milliards d'euros au total pour que la Banque verte puisse quitter la Grèce. Au total et depuis son acquisition en 2006, Emporiki a déjà coûté plus de 10 milliards d'euros au Crédit Agricole.

Car pour que Crédit Agricole revende sa filiale, la Banque centrale grecque exige qu'Emporiki soit suffisament solide. En août dernier, Crédit Agricole avait indiqué que le ratio de fonds propres durs Core Tier 1 d'Emporiki s'élevait à 15%, soit bien plus que les exigences réglementaires, rappelle le Wall Street Journal. Mais d'après un analyste cité par le quotidien américain, ce ratio pourrait chuter fortement au cours des prochaines années compte tenu des pertes en capital. Selon lui et au rythme actuel, il pourrait atteindre 4,2% en 2014.

Dernier élément et toujours selon des sources du Wall Street Journal, la banque française devra également s'engager à maintenir ouverte sa ligne de crédit actuelle à Emporiki pour trois années supplémentaires afin d'assurer le niveau de liquidités de l'établissement grec. "Le coût d'une sortie du Crédit agricole se révèle être assez cher pour les français (...) Cette vente ne va pas se résumer à une simple remise des clés", a déclaré l'une des sources, qui indique qu'une décision sur la vente d'Emporiki est attendue dans la semaine, voire dès ce mercredi lors d'une réunion du conseil de Crédit agricole. Trois banques grecques sont candidates au rachat d'Emporiki : Alpha Bank, National Bank of Greece et Eurobank.

page précédente

 

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : lundi 24 septembre 2012