Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

J-21/06/2013

 

 

21 juin 2013

Journal Le Monde (daté du 22/06/2013)

Journal Le Monde (daté du 22/06/2013)

Journal Le Monde (daté du 22/06/2013)

Journal International Herald Tribune

Journal Les Echos

La Grèce inquiète à nouveau les Européens

L’instabilité qui mine la coalition gouvernementale à Athènes fait peser une menace sur les promesses de réformes faites à la zone euro.

Olli Rehn, le Commissaire aux affaires économiques, a expliqué jeudi soir qu’il rêverait «d’avoir une conférence de presse ou un été où l’on ne parlerait pas de la crise grecque». Une tirade qui ressemble à un vœux pieu. La Grèce s’est ré-invitée hier au menu des discussions des ministres des Finances de la zone euro, alors que la coalition gouvernementale à Athènes a semblé vaciller toute la soirée à cause de la réforme de l’audiovisuel. «J’en appelle au sens des responsabilités des dirigeants politiques grecs pour le bien de la Grèce et de l’Europe», a plaidé Olli Rehn à l’issue de la réunion qui s’est tenue à Luxembourg. Le président de l’Eurogroupe et ministre des Finances néerlandais, Jeroen Dijsselbloem, n’a pas voulu en rajouter, disant «comprendre parfaitement que la situation politique en Grèce (était) difficile».

Visiblement, cette instabilité commence à inquiéter sérieusement les grands argentiers de la zone euro. Pierre Moscovici, le ministre français des Finances, a assuré que la discussion entre la Grèce et ses partenaires avait été «très sereine». Mais dans le même temps, Jeroen Dijsselbloem a répété plusieurs fois lors de sa conférence, qu’il était capital que le gouvernement grec finalise ses discussions avec ses bailleurs de fonds de la Troïka (FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne), actuellement en mission d’évaluation à Athènes pour juger des progrès des réformes promises à la zone euro. A l’issue de cette mission, «nous ferons le point sur les progrès», et cela devrait avoir lieu «à temps pour prendre une décision en juillet sur le déboursement de la prochaine tranche d’aide à la Grèce», a expliqué le dirigeant néerlandais. Celui-ci jure qu’il n’y a pas de problème de financement immédiat pour la Grèce, mais demande en même temps à Athènes de «faire tout son possible pour permettre le déboursement de la prochaine tranche d’aide».

Les derniers soubresauts de la situation politique en Grèce ont fait ressurgir les doutes sur la faisabilité du programme de réformes promis par Athènes. La crise causée par la fermeture brutale du groupe public audiovisuel ERT jette ainsi une ombre sur sa capacité à réduire l’administration publique, tandis que les plans de privatisation connaissent aussi des ratés. Hier soir, la rumeur courait également sur des menaces du FMI de couper le robinet d’aides à Athènes . «Le FMI n’a pas évoqué un scénario de retrait» lors de la réunion de l’Eurogroupe, a répondu Pierre Moscovici.

De nore envoyé spécial à Luxembourg

Renaud Honoré 

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 21/06/2013