Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

J-09/07/2014

 

 

09 juillet 2014

Journal Le Monde (daté du 10/07/2014)

Journal International New York Times

Journal Le Figaro

Journal Le Figaro

Journal La Croix

Journal Le Monde

La « troïka » revient en Grèce pour évaluer les efforts du gouvernement

Les représentants des créanciers de la Grèce (le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne et la Commission européenne) devraient arriver à Athènes le 9 juillet pour une nouvelle mission d'audit des comptes du pays. A la clé, le versement d'une tranche de prêts de 2 milliards d'euros d'ici à début août. Cette « mini-évaluation », comme l'appelle déjà la presse grecque, est censée durer jusqu'au 17 juillet et ne devrait pas aborder les problématiques importantes comme la question de l'allégement de la dette publique, pour l'instant repoussée à l'automne, ou celle de nouvelles mesures d'austérité probables en 2015.

Mercredi 9 juillet, les représentants de la « troïka » (Poul Thomsen pour le FMI, Klaus Masuch pour la BCE et Declan Costello pour Bruxelles) devraient participer à une conférence organisée à Athènes par The Economist. Ils devraient ensuite, jeudi 10 juillet, rencontrer officiellement le nouveau ministre grec des finances, Guikas Hardouvelis, pour discuter notamment de la privatisation partielle de la société nationale d'électricité DEY. Le gouvernement grec, qui détient 51 % de DEY, a soumis en discussion, selon la procédure d'urgence, au Parlement la vente de 30 % du capital à une société privée.

Le projet de loi pourrait être adopté dès mercredi, malgré la forte mobilisation syndicale et les critiques des partis d'opposition. L'autre dossier qui inquiète la « troïka » est celui de la remise en question par la justice grecque des coupes salariales drastiques imposées ces dernières années par les créanciers du pays dans le cadre des mémorandums, ces accords de réformes conclus avec le gouvernement grec en échange de 240 milliards d'euros de prêts.

RÉTABLISSEMENT DES SALAIRES AMPUTÉS

Plusieurs décisions judiciaires donnant gain de cause aux recours de certaines catégories de fonctionnaires contre le rabotage de leurs salaires et retraites en 2012 viennent ainsi d'entraîner le vote d'amendements législatifs prévoyant leur rétablissement au niveau antérieur.

Le puissant corps des magistrats a été le premier à en bénéficier. Les fonctionnaires en uniforme – militaires, policiers et pompiers – devraient suivre alors que les tribunaux sont à présent débordés par les recours des universitaires, médecins, diplomates ou femmes de ménage. Le quotidien Kathimerini chiffre le coût du rétablissement des salaires amputés « à un milliard d'euros ». Une somme qui pourrait être prélevée sur l'excédent budgétaire de 1,5 milliard d'euros (hors service de la dette) réalisé en 2013.

La « troïka » devrait aussi faire pression sur Athènes pour que se poursuivent les réformes du régime de sécurité sociale, des mécanismes de collecte de l'impôt ainsi que de la fonction publique. Les bailleurs de fonds du pays continuent d'exiger des licenciements de fonctionnaires et souhaiteraient aussi de nouveaux assouplissements dans le droit du travail.

Cette mission de la « troïka » ne devrait a priori pas soulever de fortes polémiques mais Athènes voudrait émettre, dès le 10 juillet, des obligations à trois ans sur le marché. L'objectif étant de récolter entre 2,5 et 3 milliards d'euros avant la fin de la mission de la « troïka » et de devancer ainsi d'éventuels mauvais commentaires qui ne manqueraient pas d'inquiéter les marchés. La prochaine grande mission de contrôle de la « troïka » est prévue pour septembre.

Adéa Guillot (Athènes, correspondance)

 

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 09/07/2014