Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

J-10/10/2014

 

 

10 octobre 2014

Journal Les Echos

Journal Le Figaro

Frises du Parthénon: Mme Clooney monte au créneau

L'avocate Amal Alamuddin, mariée à l'acteur américain, va s'occuper des célèbres sculptures volées à la Grèce en 1803. Récemment, la Grèce, via l'Unesco, demandait le retour de son patrimoine à Athènes.

Les Monuments Men tiennent une nouvelle recrue. Alors George Clooney 1dirigeait, devant et derrière la caméra, Matt Damon, Bill Murray ou Jean Dujardin, voilà que son épouse se lance dans la croisade visant au retour des frises du Parthénon2 en Grèce.

Avocate, Amal Alamuddin 3s'y rendra du 13 au 16 octobre pour discuter avec le gouvernement grec d'un retour de l'œuvre, actuellement exposées à Londres, a indiqué jeudi le cabinet d'avocat Doughty Street Chambers.

Dérobées par Lord Elgin, un diplomate britannique en 1803, les frises sont depuis exposées au British Museum4. Depuis 1983 et la campagne lancée par l'actrice puis ministre de la Culture Mélina Mercouri, la Grèce réclame leur retour. Le directeur de Doughty Street Chambers ainsi que l'avocate «ont été sollicités à ce sujet pour la première fois par le gouvernement grec en 2011» selon le cabinet d'avocats. Un communiqué précise qu'ils auront «une série d'entretiens durant leur visite, en particulier avec le Premier ministre, Antonis Samaras, et le ministre de la culture, Konstantinos Tasoulas».

Un nouveau défi pour l'avocate d'origine libanaise

En février dernier, George Clooney en personne, en pleine promotion de son film Monuments Men, avait déclaré que «ce serait une bonne chose si les frises revenaient à Athènes».

Depuis 1983, l'argument du British Museum pour continuer de détenir les frises du Parthénon reposait sur l'incapacité supposée des Grecs à conserver décemment ces trésors du patrimoine de l'humanité. L'ouverture d'un musée ultra-moderne en 2009 sur l'Acropole rend obsolète le plaidoyer anglais. Récemment l'Unesco5 lançait une campagne visant le retour de ces frises.

Le retour des frises du Parthénon sera un nouveau défi pour l'avocate d'origine libanaise, spécialisée dans le droit international, qui a notamment déjà défendu le fondateur de Wikileaks, Julian Assange6, et l'ancien Premier ministre ukrainienne, Ioulia Timochenko7.

François Menia

 

Magazine Réussir Bovins

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 10/10/2014