Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

J-16/10/2014

 

 

16 octobre 2014

Journal International New York Times

Journal Le Monde

Les taux d’emprunt grecs s’envolent

« Nous pouvons sortir des plans d’aide un an et demi plus tôt que prévu », a assuré, vendredi 10 octobre, le premier ministre grec, Antonis Samaras.

Après des mois d’accalmie, les taux des emprunts à dix ans d’Etat en Grèce ont frôlé la barre des 8 % mercredi 15 octobre. Un niveau qui n’avait plus été atteint depuis février.

« Les investisseurs s’inquiètent à nouveau de la soutenabilité de la dette grecque, qui frôle les 175 % du produit intérieur brut », explique Mujtaba Rahman, économiste chez Eurasia Group.

Ce sont aussi et surtout les récentes déclarations du gouvernement grec sur le fait que le pays n’aurait plus besoin du plan de soutien mis en place en 2010 par le Fonds monétaire international (FMI) et l’Europe (Banque centrale européenne et Commission européenne), qui ont provoqué ce « coup de chaud ». « Nous pouvons sortir des plans d’aide un an et demi plus tôt que prévu », a assuré, vendredi 10 octobre, le premier ministre grec, Antonis Samaras.

Une sortie anticipée de la Grèce du plan d’aide dès la fin de cette année - c’est-à-dire bien avant son arrivée à terme en 2016 - inquiète les investisseurs. Ils s’alarment de la capacité du pays à satisfaire ses besoins financiers sans l’aide internationale.

PRESSIONS DU FMI ET DE L’EUROPE

Ni l’Union Européenne ni le FMI ne semblent convaincus que la Grèce peut s’en sortir seule en 2015 et 2016, en dépit de ses prévisions d’un retour à la croissance dès cette année. En fin de semaine dernière, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde a estimé que la Grèce serait en « meilleure position » si elle conservait un soutien de précaution du FMI.

Des responsables de la zone euro ont dit mercredi à l’agence Reuters qu’Athènes semblait reconsidérer la possibilité de renouer avec un financement assuré uniquement par les marchés à la suite des pressions émanant de pays de l’Union européenne, mais aussi des investisseurs qui se sont délestés de sa dette sur les marchés cette semaine.

Par Marie Charrel et Adéa Guillot (Athènes, correspondance)

 

Journal Le Monde (daté du 17/10/2014)

 

Journal Le Monde (daté du 17/10/2014)

Journal Le Monde (daté du 17/10/2014)

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 16/10/2014