Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Mouzalas - Skaï

 

 

Mouzalas: La Frontex déclare que la Grèce fait un travail exemplaire, mais l'Europe est divisée en ce qui concerne la question des réfugiés

"Si le passage à Idomeni ferme, il existe des milliers de kilomètres de frontières, et les frontières ne ferment pas... Au lieu de renforcer la migration légale, nous renforçons la migration illégale, nous aidons les terroristes et donnons du travail aux passeurs", a souligné le ministre adjoint de la Politique migratoire, Yannis Mouzalas, s'exprimant sur la chaîne de télévision Skaï mercredi sur la question d'une éventuelle fermeture des frontières.

Evoquant la décision du Danemark de prendre les objets de valeur personnels des réfugiés, il a noté que "la position du Danemark de prendre les objets de valeurs des réfugiés me rappelle les Juifs dans les trains... La mémoire est encore fraîche", avant d'ajouter que "certains ne veulent pas les noirs, d'autres les célibataires, d'autres les mères avec enfants, ce n'est pas là une perspective européenne".

S'agissant de la position de la Turquie, M. Mouzalas a indiqué que "dernièrement la Turquie a accepté de reprendre 123 migrants, alors qu'elle en a envoyés 60.000".

"La conclusion du Conseil de lundi a été que la Turquie est la clé des flux, qu'elle n'a pas satisfait les obligations qu'elle a assumées. Nous avons proposé que les migrants et les réfugiés, lorsqu'ils arrivent sur les côtes grecques avec des embarcations, soient comptés et envoyés dans les hotspots, que les migrants soient séparés des réfugiés et qu'ils soient renvoyés le lendemain en Turquie", a-t-il souligné.

M. Mouzalas a souligné que le rapport du mois de novembre sur l'évolution des hotspots allait être discuté mercredi par le collège des commissaires. "Le rapport est mauvais", a-t-il noté, indiquant que "les travaux n'ont pas avancé comme ils auraient dû". Il a rappelé toutefois que les hotspots seront prêts entre mi-février et fin février et qu'ils seront opérationnels début mars. S'agissant des retards, il a semblé tenir le ministère de la Défense pour responsable, disant que "M. Kammenos fait ce que fait tout le monde. Il donne moins que ce que nous demandons et veut l'échanger avec autre chose. C'est ce que font les maires".

M. Mouzalas a souligné qu'il existe en Europe "un jeu consistant à incriminer la Grèce pour les flux migratoires. A l'exception du ministre belge, qui a été démenti par son gouvernement, personne n'a soulevé la question de la zone Schengen, ni M. Avramopoulos, ni M. Timmermans. Tous les hauts fonctionnaires étaient clairs, mais un climat se met en place par les fuites".

Le ministre belge, Theo Francken, a-t-il dit, ne peut pas dire "repoussez les migrants dans la mer, peu importe qu'ils se noient". "C'est un crime et il ne peut pas le dire", a souligné M. Mouzalas.

"La Frontex déclare que la Grèce fait un travail exemplaire, mais l'Europe est divisée en ce qui concerne la question des réfugiés (...) Nous établissons des alliances afin de promouvoir nos positions", a conclu M. Mouzalas.

(Sources : Agence Athénienne/Macédonienne de Presse)


page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 28/01/2016