Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Premier ministre 15/04/2016

 

 

 

La Grèce a défié les prophètes de malheur – maintenant c’est au FMI de faire sa part

 

Après six années de récession, nous posons les fondations de la reprise, écrit Alexis Tsipras

En octobre dernier, le Fonds Monétaire International prévoyait que l’économie grecque subirait une contraction de 2,3% de son PIB. Au contraire, 2015 a été une année de stagnation avec une contraction de 0,2%. Cela place l’économie dans une meilleure position pour atteindre les objectifs financiers futurs.

En fait, la Grèce, en 2015, a dépassé plusieurs objectifs importants : Les recettes fiscales ont dépassé l’objectif de 2 milliards d’euros. Les banques ont été recapitalisées avec seulement un cinquième des ressources qui avaient été allouées à cette fin. Le taux de chômage annuel est passé de 26,5% en 2014 à 24,9%. L’indice de la production industrielle a enregistré une hausse de 3,3% en novembre 2015 – la plus importante d’Europe. La Grèce s’est classée première pour le rythme d’absorption des fonds structurels de l’UE, avec un rythme d’absorption de 97%, tandis que le tourisme a battu un record avec environ 26 millions d’arrivées et 15,5 milliards d’euros de recettes.

Par conséquent, peu de personnes peuvent douter que 2016 sera une année charnière pour notre économie et notre société. Après six années de récession profonde et prolongée, au cours de laquelle l’économie a perdu un quart de PIB, la Grèce pose les fondations d’un redressement durable et sans exclusions. Elle le fait avec un programme d’ajustement budgétaire crédible et l’engagement de traiter les pathologies chroniques institutionnelles qui durant des décennies ont été une source de multiples distorsions et d’inégalités sociales.

Ce n’est pas un travail facile. Bien que la voie d’ajustement budgétaire soit plus clémente et beaucoup mieux conçue que les programmes d’ajustement précédents, la Grèce est confrontée à des choix difficiles et à des dilemmes politiques sensibles au sein d’un environnement économique mondial incertain. Dans le même temps, elle se trouve en première ligne face au défi fondamental auquel l’Europe, aujourd’hui, est confrontée, la crise des réfugiés.

Une étape importante, dans l’immédiat, pour mettre la Grèce sur la voie de la reprise économique durable est l’achèvement rapide de la première évaluation du programme du Mécanisme Européen de Stabilité (ESM). A bien des égards, elle revêt une importance cruciale puisqu’elle a à voir avec la plupart des mesures fiscales et financières que comprend le ESM. Et notre gouvernement est décidé à ce qu’elle soit bientôt terminée. A cette fin, nous avons conclu un accord avec toutes les institutions européennes et internationales qui suivent le programme en ce qui concerne le renflouement de la taille du paquet de mesures fiscales qui devra être progressivement appliqué au cours des deux prochaines années afin d’atteindre l’excédent primaire visé en 2018.

Le paquet comprend un ensemble de mesures permanentes, dont les plus importantes sont une réforme ambitieuse de l’impôt sur le revenu et une réforme profonde du système des retraites. La réforme de l’impôt sur le revenu a été conçue pour rapporter des revenus supplémentaires à hauteur de 1% du PIB, pendant que la réforme de l’assurance fera économiser 1,5% du PIB jusqu’en 2018 et des ressources supplémentaires ultérieurement.

Le gouvernement grec est également décidé à appliquer une législation longtemps retardée afin de renforcer la lutte contre le trafic de tabac et de carburants, ainsi qu’à améliorer en permanence sa capacité à encaisser la TVA. Il en résultera un élargissement significatif de l’assiette fiscale et une amélioration de la mise en conformité. Et cela aboutira, aussi, au rétablissement de l’équité du système fiscal.

La réforme du système fiscal a trois objectifs : efficacité, simplification et progressivité. En fait, elle simplifiera le système fiscal et réduira de manière significative les incitations à l’évasion fiscale. Elle permettra d’atteindre l’objectif financier que nous avons conclu avec les institutions et, plus important, elle répartira le fardeau de l’ajustement budgétaire d’une manière socialement équitable, en réclamant plus à ceux qui peuvent contribuer davantage.

La Grèce ne parvient pas à comprendre pourquoi le FMI insiste sur la modification de la conception des réformes de sorte que la performance et la simplification demeurent intactes mais rend la réforme beaucoup moins progressive, en transférant une partie considérable de la charge sur les plus démunis.

Notre gouvernement a été réélu avec comme mandat d’atteindre les deux objectifs de la discipline budgétaire et de la fiabilité, d’une part, et de la justice sociale et de la suppression des injustices, de l’autre.

Notre ambition – en d’autres termes, la mesure de notre succès - est de concevoir de nouveaux outils et d’élaborer des politiques qui permettent d’atteindre ces objectifs dans un environnement d’interdépendance économique, tout en respectant les contraintes budgétaires serrées auxquelles nous sommes confrontés.

Notre réforme du système fiscal est un bon exemple de ce que nous visons. Le retard de l’achèvement de la première évaluation du programme de l’ESM en s’obstinant à ignorer la lettre et l’esprit de l’accord ne sert pas les valeurs sur lesquelles l’Europe s’est développée.

Mais j’ai confiance que dans les prochains jours l’évaluation sera achevée. Et je suis sur que 2016 sera l’année d’un grand virage économique et social pour la Grèce, qui restaurera la fierté et l’optimisme de son peuple, et faire du pays un exemple de croissance durable et inclusive.

Lettre ouverte du Premier ministre M. Alexis Tsipras

Publiée dans le Financial Times le 15 avril 2016


page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 18/04/2016