Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Présidence 22/04/2016

 

 

Extraits de l’allocution du Président de la République M. Prokopis Pavlopoulos

lors de la manifestation organisée pour le lancement officiel des travaux du Conseil National contre le Racisme et l’Intolérance

 Athènes – 20 avril 2016

La manifestation d’aujourd’hui organisée pour le lancement officiel des travaux du Conseil National contre le Racisme et l’Intolérance représente, particulièrement pour nous Peuples Européens, une occasion unique de réflexion relative – et, bien sur, sous réserve de contrepoint – à la fois à la gestion de la crise aigue des réfugiés et de l’autre, à la lutte contre le phénomène du terrorisme djihadiste, littéralement toxique pour la Culture et la Démocratie.

     1)     La crise des réfugiés constitue, sans aucun doute, aujourd’hui le plus grand défi pour l’Europe, et pas seulement.  

  1. Tout particulièrement pour l’Union Européenne, il s’agit d’une question existentielle, puisque à travers l’attitude des Institutions Européennes et des Peuples Européens vis-à-vis des réfugiés, la résistance de son attachement à ses principes fondateurs et ses valeurs est testée. En premier lieu sur les principes et valeurs d’Humanisme et de Solidarité. A travers ce prisme, la crise des réfugiés ne doit pas, non seulement mettre en danger la cohésion de l’Union Européenne mais, bien au contraire, peut et doit forger l’unité européenne et, par conséquent, l’identité européenne.

  1. La Grèce, tout le Peuple Grec, avons réellement montré que, fidèles à l’héritage de l’Ancien Esprit Grec et de la Culture qu’elle a vu naître, nous avons fait face, nous faisons face et nous allons faire face jusqu’au bout aux réfugiés conformément aux principes fondamentaux européens précités et aux valeurs de l’Humanisme et de la Solidarité.

  1. Nous exigeons cependant la même attitude de nos autres partenaires de l’Union Européenne mais aussi de pays tiers aspirant à rejoindre la grande Famille Européenne. Et dans ce contexte nous nous adressons aux – fort heureusement peu nombreux – partenaires, qui sont guidés par des syndromes phobiques et antidémocratiques face aux réfugiés, qui parfois frôlent les limites du racisme, et nous les prévenons que la défense des valeurs fondamentales de l’Union Européenne ne peut être ni sélective ni opportuniste. Chaque partenaire passe quotidiennement des tests afin de savoir s’il est digne d’être un composant de l’ensemble de l’édifice européen. Aux États qui nourrissent des ambitions européennes, nous déclarons clairement que les actes et négligences envers les réfugiés, qui présentent des signes de barbarie, abrogent leur perspective d’adhésion à l’Union Européenne.

     2)     Face au terrorisme, l’attitude de l’Union Européenne et de ses peuples ne peut être qu’une et unique : Le terrorisme djihadiste est l’expression d’une nouvelle barbarie, qui tente de ressusciter les pires cauchemars du passé qui ont traumatisé profondément l’Humanisme et la Culture. Voilà pourquoi nous devons traiter les terroristes de la nouvelle barbarie comme des ennemis de la Culture et de la Démocratie qui commettent des crimes contre l’Humanité.  

Avec ces pensées, je salue votre manifestation et je souhaite au Conseil National contre le Racisme et l’Intolérance une pleine réussite dans l’accomplissement de sa mission, en particulier dans la conjoncture actuelle, extrêmement critique.

 

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 22/04/2016