Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Tsipras - I-télé

 

 

 

Communiqué de presse

 

Interview du Premier ministre Alexis Tsipras sur la chaîne française I-Télé

 

Le Premier ministre Alexis Tsipras a accordé une interview à la chaîne de télévision française I-Télé qui comprend entre autres les principaux points suivants :

L’année, qui s’est écoulée, a mis en évidence le déficit démocratique en Europe mais aussi la capacité d’un peuple à revendiquer ainsi que les réelles difficultés de cette revendication. Pour changer l’Europe, il faut des efforts coordonnés pour un changement global des rapports, un plan basé sur les conditions réelles, la patience et la persévérance. L’Accord contient un compromis visant à créer les conditions pour que la semence qui a été faite en Europe par la résistance grecque se répande dans les autres pays. Nous sommes dans une période de crise généralisée en Europe. En dehors de la crise économique, nous sommes confrontés à la crise des réfugiés mais aussi à des attaques terroristes qui créent un climat d’instabilité et d’incertitude. Nous sommes face à des dangers, un terrain fertile se développe favorisant la culture de l’intolérance, du racisme, des conceptions qui vont détruire l’Europe. L’heure est venue pour une large unité des forces progressistes européennes, pour un changement de cap.

Le gouvernement grec a accompli un marathon d’interventions législatives, de juillet à maintenant. Il a mis en place, mis en œuvre et fait voter un nombre de réformes supérieur à celui de tous les précédents gouvernements réunis des quatre dernières années. Des réformes avec comme préoccupation principale la préservation de la cohésion sociale. Ceux qui insistent que la Grèce ne va pas de l’avant, et bien, le font de manière intentionnelle car ils ne veulent pas que la Grèce avance ou tout simplement méconnaissent la réalité. Nous avons devant nous la dernière étape avant la première évaluation et nous la franchirons avec la réforme de l’assurance. Une réforme que les gouvernements des vingt dernières années n’ont pas osé entreprendre bien qu’ils voyaient le Système des Assurances foncer droit dans une impasse, avec la saignée des caisses, l’explosion du travail au noir. C’est pourquoi nous avançons avec une responsabilité sociale, en mettant l’accent sur la justice sociale et en étant prêt au conflit. C’est cela un gouvernement de gauche en période de crise.

Les réponses aux problèmes sont politiques qui ramèneront la croissance. Ici se situe notre opposition à la logique de l’austérité qui régit aujourd’hui les cercles dominants néo-libéraux en Europe, principal clivage Gauche-Droite actuellement en Europe.

La majorité gouvernementale est suffisante parce qu’il existe un mandat populaire clair et frais. Pour la première fois, d’abord nous avons eu un accord après une difficile négociation et ensuite nous avons eu les élections et le peuple grec connaissait les alternatives qui se présentaient à lui. La voie pour que le pays sorte de la dure tutelle des créanciers consiste à mettre en œuvre ce que nous avons convenu en respectant nos lignes rouges et en exigeant de nos partenaires qu’ils respectent leurs engagements.

La Grèce a toutes les chances de sortir de la crise en 2016. Après l’application des contrôles de capitaux, nombreux sont ceux qui croyaient que 2015 s’achèverait avec une récession de 4%. Et pourtant, elle s’est finie avec une récession à 0. Nous avons eu besoin de beaucoup moins d’argent pour la recapitalisation des banques que ce qui avait été estimé. Dans 6 mois à partir d’aujourd’hui, la Grèce passera à des rythmes positifs de croissance.

La question des réfugiés concerne toute l’Europe. Il y a des règles communes pour tous et pas à la carte. Certains pays qui ferment leurs frontières, ont une attitude anti-européenne. Les pays d’accueil doivent être soutenus. Dans le même temps, il faut que le drame quotidien des noyades de centaines de personnes cesse, dans les mers de l’Europe, dans la Méditerranée, en Égée. Ceci est une réalité avec laquelle nous ne pouvons pas transiger. C’est au-delà de toute logique humaine. En même temps, nous devons travailler pour résoudre la cause de la crise, de la crise syrienne, mais par la diplomatie.

Le gouvernement grec livre une bataille des valeurs, il agit en pionnier dans la lutte pour un changement des relations en Europe, dans une direction progressiste.

Un chapitre important pour le pays est la culture, pas seulement les lauriers du passé, mais la culture qui est, aujourd’hui, produite ici et qui peut devenir une identité moderne ainsi qu’un un véritable ambassadeur de la Grèce et de l’Hellénisme dans le monde entier. Cela revêt un caractère prioritaire pour nous de nous diriger vers un nouveau type de renaissance culturelle.

Dans cinq ans à compter d’aujourd’hui, en 2021, nous célèbrerons le bicentenaire de la Révolution Grecque. Nous voulons que dans cinq ans à compter d’aujourd’hui, notre pays soit un pays différent. Un pays, où les citoyens vivront dans un climat de méritocratie et d’égalitarisme, dans une démocratie durable et profonde, dans un berceau permanent de Démocratie et de civilisation mondiale.

 

page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 15/01/2016