Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Oitis

 

 

Le parc national de Oitis

 



Année de fondation : 1996

Superficie : 4.200 ha

Type : montagnes sud-européennes


Renseignements : 

Service des forêts de Lamia 

tél. : 00302-231022319

 


Le parc national de Oitis a été fondé près d’Ypati et de Pavliani, dans le département de Fthiotidas et a pris le nom de la montagne qui dresse majestueusement sa cime au sud de la vallée de la rivière de Spercheio. Ce parc protège l’une des rares zones boisées de la Grèce Centrale. Son altitude varie de 400 m à 2.116 m (montagne Greveno). Les autres sommets sont Sebeïs (2.086 m), Aloubeïs (2.058 m) et Pyrgos (2.152 m) qui est le sommet le plus élevé de Oitis. Au cœur de ces trois sommets, l’affluent de la rivière Spercheio, Gorgopotamos, prend sa source qui durant l’occupation allemande a été le symbole de la résistance grecque.

Dans des temps plus éloignés, cette montagne servait de base stratégique à l’armée turque de Kiosé Mexmet et Omer Vrioni quand en 1821, ils sont descendus pour étouffer la révolution grecque. Sur la place de Kombotadon survivent les platanes dans l’ombre desquels Diovouniotis, Gouras et Athanasios Diakos, héros de la lutte pour la libération de la Grèce en 1821, ont pris leur décision avant leur héroïque sacrifice sur le pont d’Alamanas.

L’aspect historique du lieu se perd dans les abysses de la mythologie. A une courte distance de la frontière sud du parc se trouvent les vestiges du temple d’Hercule.

Le principal mont calcique de Oitis, avec sa particularité locale qui est caractérisée par des gorges en ravin, s’émousse au sud du parc où l’apparition de l’ardoise alumineuse forme un haut plateau aux lignes courbes discrètes et un large horizon. La majeure partie du parc est recouverte de forêts de sapins de Céphalonie (Abies cephalonica) qui sont entrecoupées de prairies plus ou moins vastes.

Dans les forêts de sapins, on peut rencontrer une variété de lis rouge (Lilium chalcedonicum) et une grande variété d’arbres à larges feuilles et d’arbustes, comme par exemple des frênes à fleurs (Fraxinus ornus), des charmes (Carpinus sp.), des érables (Acer sp.), des aubépines (Craetaegus sp.), des saules (Salix sp.) etc., sur de petites surfaces ou en petites quantités.



Revêtant un intérêt particulier phytosociologique, une rangée de pins noirs (Pinus nigra) se trouve sur une étroite crête au nord, à une altitude de 1.300m. A une altitude de 800 m, des rangées de chênes sessile (Quercus sessiflora) et de chênes de Hongrie (Quercus conferta) s’étendent et aux frontières nord du parc, se trouvent de denses étendues boisées d’arbustes sclérophylles comme le chêne kermès (Quercus coccifera), le chêne vert (Quercus Ilex), l’arbousier (Arbutus unedo), le sumac des corroyeurs (Phus coriaria), des genévriers (Junipers sp.) et des lauriers roses (Nerium oleander). Au nord-ouest du parc, un plateau impressionnant s’étend, les Livadies, avec une riche végétation pré-alpine, fétuque (Festuca sp.), astragale (Astragalus sp.), genêt (Genista sp.), Cnonis sp. et autres variétés endémiques des montagnes grecques, comme le narcisse des poètes (Narcisus poeticus), le plaqueminier d’Europe (Diospyros lotus), l’aspérule (Asperula oetaea), le piloselle (Hieracium sp.), la daphné (Daphne). Sur les rochers les plus hauts, poussent la crapaudine romaine (Sideritis romana), des espèces de millepertuis (Sempervirum), l’orpin (sedum, etc).


Nerium Oleander


La faune d’Oitis, bien que diversifiée et nombreuse, n’est très certainement composée que d’espèces communes et répandues.

On dénombre une petite population de chèvres sauvages, de chamois (Rupicapra rupicapra), très certainement le troupeau se situant le plus au sud de la Grèce. Par contre le loup (Canis lupus) peut exceptionnellement y faire son apparition en hiver. D’autres petits carnivores peuplent le parc comme le renard, le sanglier, le blaireau, la fouine, la belette et l’écureuil. La faune volatile de cette région est typique des écosystèmes montagnards et comprend essentiellement des espèces sylvicoles. Une diversité satisfaisante de reptiles, d’amphibiens et d’insectes vient enrichir la faune de la montagne.

L’été, l’accès est facile par la route reliant les villages de Pavliani et Koumaritsi avec le village de Kastania Ypatis, elle sillonne le parc jusqu’aux pics du sud. Au nord, les pentes raides sont sillonnées de chemins qui commencent dans les villages d’Ypatis, Mexiates et Kombotades. Au cœur du parc, un refuge est à la disposition des randonneurs après entente avec l’association montagnarde de Lamia.


Haut de page Page précédente
 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 11/02/2015