Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Olympos

 

 

Le Parc National du mont Olympos

 



Année de fondation : 1938

Superficie : 3.933 ha

Type : Montagnes sud-européennes


Renseignements : 

Service des forêts de Pieria 

tél. : 00302-351023720

 

site Internet du parc


Classé en 1981 réserve de la biosphère par l’UNESCO

* * * * * * * * * 

Sur la partie orientale de la Grèce Centrale, près de Litohoro dans le département de Pierias, se dresse la plus haute montagne de Grèce, le mont Olympos, demeure mystique des Dieux antiques. Ses versants escarpés, ses plateaux et ses gorges hébergent plus de 1700 espèces végétales dont de nombreuses variétés rares et endémiques dans un environnement naturel à haute valeur sentimentale et à l’intérêt montagnard indéniable.



L’altitude du parc débute à 600m pour atteindre 2.917m avec le sommet Pantheo ou Mytikas. Citons quelques autres hauts sommets le Skolio (2.911m), le Thronos de Zeus ou Stefani (2.909m), le Aghios Antonios (2.817m).

La végétation, de la vallée au sommet, commence par quelques broussailles de type maquis méditerranéen (houx, bruyère..) avec quelques spécimens d’arbres à feuilles caduques et des conifères (chênes verts, arbousiers, ormes, cèdres, érables) et des variétés de pins (Pinus sp.) et de sapins (Sapin de Macédoine, Abies borisii regis). Dans les ravines, poussent entre autres des platanes, des saules et des aulnes. Un peu plus haut, on trouve des forêts de chênes, chênes de Hongrie (Quercus conferta) et chênes pubescents (Quercus pubescens). Dans les régions les plus hautes et les plus fraîches, on trouve deux espèces d’acides, le hêtre moesiaca (Fagus moesieca) et le hêtre fayard (Fagus silvatica) tandis que dans les zones plus arides et ensoleillées se dressent le pin noir (Pinus nigra). L’autre variété de pin du mont Olympos est le pin des Balkans ou pin couché (Pinus heldreichii) qui forme de grandes forêts qui s’étagent jusqu’aux prairies pré-alpines. La présence du lis rouge (Lilium chalcedonicum) est sensationnelle.




Dans la région pré-alpine, les prairies herbeuses où dominent la violette de Céphalonie (Viola heterophylla), la fétuque (Festuca sp.), le vulpin (Alopecurus sp.), la laîche (Carex sp.), la saxifrage (Saxifraga sp.), l’orpin (Sedum sp.), la sabline (Arenaria sp.), la violette (Viola sp.), la linaire (Linaria sp.), le géranium (Geranium sp.) alternent avec des étendues broussailleuses où se mêlent l’astragale (Astragalus), le berberis (Berberis), la daphné (Daphne), le buis (Buxus), le genévrier (Juniperus), etc. Parmi les 23 espèces endémiques que comptent le parc, on trouve une potentille (Potentilla deorum), un genêt (Genista sakellariadis), une campanule (Campanula oreadum), une ceraiste (cerastium theophrastii) mais surtout le Jankea heldreichii revêt une importante valeur scientifique car il constitue un vestige de l’ère glacière.



La faune du parc est assez riche. La diversité des biotopes due aux différentes altitudes offre des conditions de vie idéales pour de nombreuses espèces de mammifères, de petits ou de grands carnivores, d’herbivores, de rapaces, etc. Un petit troupeau de chèvres sauvages (Rupicapra rupicapra) vit dans les zones rocheuses du parc.



La faune volatile est très riche et variée, représentée essentiellement par des espèces sylvicoles et buissonnières mais aussi alpestres. Dans la région, on dénombre au moins un couple de gypaètes barbus (Gypaetus barbatus), des vautours comme le vautour fauve (Gyp fulvus), des aigles comme l’aigle royal (Aquila chrysaetos) et des ducs comme le Grand Duc d’Europe (Bubo bubo) ainsi que différents piverts entre autres le très rare pic à dos rayé ou pic tridactyle (Picoides tridactylus). Les espèces des zones alpestres sont aussi bien représentées comme le trichodrome échelette (Tichodroma muraria), la niverolle alpine (Montifringilla nivalis), l’accenteur alpin (Prunella collaris), etc.

Le mont Olympos est riche également en reptiles, amphibiens et insectes (en particulier les papillons), bien que ces espèces n’aient pas encore fait l’objet d’études approfondies.


Refuge "Giossos Apostolidis" (alt.2760m)

Refuge "Christos Kakkalos" (alt.2650m)


Refuge "Spilios Agapitos" (alt.2100m)


Refuge de Ano Milia à Pieria (alt.1000m)


Dans le parc, 6 refuges sont ouverts. L’hébergement est également possible au refuge de l’Association hellénique des alpinistes qui se trouve au lieu-dit « Balkoni » à 2.100m d’altitude (tél. : 00302-352021800). Le parc est desservi par la route qui relie Litohoro au lieu-dit « Prionia » à 1.000m d’altitude.


Haut de page Page précédente
 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 11/02/2015