Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

AFP 06/11/06

 

 

Photographie d'un fragment de frise du temple Erechteion à l'Acropole, restitué à la Grèce par la Suédoise Birgit Angner. La cérémonie aura lieu vendredi 10 novembre en présence du ministre de la Culture, Georges Voulgarakis. 

(copyright ANA-MPA)

Le ministre de la Culture, Georges Voulgarakis, reçoit lors d’une cérémonie vendredi 10 novembre 2006 des mains de la donatrice, Birgit Angner, un fragment de l’entablement du célèbre temple des Caryatides à l’Acropole, l’Erechteion. Quelque 100 ans plus tard, cette antiquité est restituée à la Grèce.

(copyright ANA-MPA)

lire le discours de M. Voulgarakis

Le ministre de la Culture M. Voulgarakis remercie au nom des Grecs Mme Angner restituant un fragment de l’Erechteion

(ANA 11/11/2006)

La cérémonie de la restitution d'un fragment de l'entablement de l'Erechteion, le célèbre temple de l'Acropole réputé pour les Caryatides, a eu lieu vendredi sur le "rocher sacré" en présence du ministre de la Culture, Georges Voulgarakis, remettant à la donatrice suédoise, Birgit Angner, une plaquette commémorative, et saluant ce geste qui devrait servir à "mobiliser les musées possédant des fragments de sculptures pour qu’ils répondent à leur devoir moral, comme l’a dit le ministre, envers la cohésion culturelle et spirituelle de l’Europe unie".

Après 100 ans, la sculpture se trouve désormais dans l’ancien Musée de l’Acropole depuis vendredi. Elle avait été acquise par un marin suédois qui l’avait cédée en héritage à sa famille après sa mort. Mme Angner l’avait à son tour reçue de sa mère et, entendant un jour par hasard une discussion sur la question de la restitution des antiquités volées, elle avait alors pris la décision de rendre le fragment de l’Erechteion à la Grèce.

Les éléments de l’entablement sont au nombre de 28, 3 se trouvent encore au Bristish Museum, 10 sont intacts, mais 3 sont en partie détruits.

* * * * * * * *

La Suède va restituer vendredi à la Grèce une frise de l'Acropole

STOCKHOLM, 6 nov 2006 (AFP) - Une frise de l'Acropole envoyée en Suède par un officier de la Marine il y a 110 ans et restée en possession de sa famille jusqu'à l'an passé va être officiellement
restituée à la Grèce vendredi, a annoncé lundi le Musée de Stockholm où elle est exposée.

La frise en marbre provient de l'Erechteion, temple dédié à Athéna et à Poséidon construit vers 420 avant JC, connu pour sa décoration et ses Caryatides, selon le Musée des antiquités de Méditerranée et du Proche-Orient où il est actuellement exposé. L'année dernière, Birgit Wiger-Angner, professeur de gymnastique à la retraite, avait remis l'objet au musée après avoir lu un article sur le souhait de la Grèce de récupérer les frises du Parthénon, emportées en Grande-Bretagne au début du XIXe siècle par Lord Elgin et que Londres refuse de restituer.

Birgit Wiger-Angner avait reçu la frise, en fait un fragment de 20 centimètres de large et de 8 cm de hauteur, en héritage de son père dont le frère, Henning Lund, avait pris l'objet à l'Acropole en 1895 ou 1896 et l'avait emporté en Suède. Jusqu'en février 2005, la frise décorait la maison des Wiger-Angner.

Vendredi Mme Wiger remettra en personne la pièce au ministre grec de la culture Georgios Voulgarakis lors d'une cérémonie qui doit se dérouler sur l'Acropole, a indiqué le musée. Selon Suzanne Unge-Soerling, assistante en chef du Musée, ce fragment a une grande importance.

"Aujourd'hui, le temple l'Erechteion est loin d'être complet. Mais cette frise est une pièce du puzzle. Et de petits fragments similaires émergent, la plupart détenus par des musées comme le Metropolitan à New York", a déclaré à l'AFP Mme Unge-Soerling. Après son retour en Grèce, la pièce sera exposée dans le nouveau musée de l'Acropole récemment construit à Athènes.


page précédente

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 11/02/2015