Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Musées

 

 

Découvrez les musées et sites archéologiques de Grèce sur les sites :

Ministère de la Culture et Index des musées et sites archéologiques de Grèce

Nouveau Musée Numérique pour la philosophie - Académie de Platon

Nouveau Musée des Antiquités Sous-marines

Nouveau Musée de l'Acropole

Visite virtuelle de l'Acropole


 

Les musées

 

Par 

Roxanne Kaftanzoglou

 

 

La diversité des musées en Grèce reflète la priorité accordée depuis longtemps au patrimoine culturel, ainsi que les tendances sociales plus récentes de la société grecque. Les musées les plus anciens avaient pour vocation de mettre en avant la période la plus prestigieuse de l’histoire nationale, l’Antiquité classique. Les musées d’histoire et d’art populaire ont rapidement pris la relève. Au cours des vingt dernières années, l’éventail artistique s’est élargi. En effet, les musées et les galeries d’art contemporain ont trouvé leur place aux côtés des musées consacrés à la science et à la technologie, au design et à l’histoire naturelle. Les musées les plus célèbres se trouvent à Athènes et à Thessalonique. D’autres villes du pays accueillent des musées plus petits. Le débat permanent sur la gestion et l’administration des musées a tendance à favoriser la concentration des expositions représentatives des cultures locales et régionales dans les musées des grandes villes.

En Grèce, les premiers musées ont été fondés au XIXème siècle, après la création de l’État hellénique indépendant. Le premier gouverneur de l’État, Jean Capodistria, a instauré une série de mesures destinées à limiter l’exportation illégale des antiquités et il a contribué à la création du premier musée Archéologique national en 1829, établi sur l’île d’Égine.

Le règne du roi Othon a été marqué par une attention et un intérêt particuliers pour le patrimoine classique de la nation, tout en étant à l’origine de la création des musées nationaux grecs.

Les musées archéologiques

Le département d’Archéologie fut fondé en 1833, sous la surveillance de son directeur, Ludwig Ross. Le musée Public central, fondé en 1835, près du Théséion, conserva officiellement son nom jusqu’en 1888. À cette date, il fut transformé en musée Archéologique national, grâce à la prise en charge de l’État grec. Les travaux de construction furent achevés en 1889. Dès le début du XXème siècle, presque toutes les antiquités des premières collections publiques y furent transférées. Bien qu’il existe aujourd’hui plusieurs autres musées archéologiques importants dans d’autres parties du pays, le musée Archéologique national reste le musée principal, offrant un aperçu de l’évolution de l’art grec, des temps préhistoriques à la fin de l’Antiquité romaine. Les salles les plus intéressantes sont la salle mycénienne, la salle cycladique et les salles renfermant les trésors des époques géométrique, archaïque, classique et hellénistique, ainsi que les fresques de la période minoenne de Théra (Santorin).

L’entrée du musée Archéologique national d’Athènes

Le remarquable musée d’Art cycladique et d’Art grec antique d’Athènes fut fondé en 1985, par Nicolas et Dolly Goulandris. D’ailleurs, le musée Goulandris fut nominé pour le prix du Musée européen de l’année 1987. Il présente une collection de statuettes cycladiques et d’art grec ancien ; il propose également des programmes pour les écoliers et organise des conférences sur des thèmes divers.

Parmi les autres musées archéologiques de la région d’Athènes, citons le musée Numismatique, le Céramique et l’Agora. Spécialement nommé pour le prix annuel du musée européen de 1988, le musée pour les Aveugles (Association Phare) permet aux non voyants de découvrir les antiquités grâce aux modèles et aux copies des statues, des reliefs et des vases, réalisés dans l’atelier de moulage du musée Archéologique national. Le musée abrite également des sections historiques consacrées à l’art byzantin, à l’architecture et à l’histoire naturelle.

Le musée d’Art cycladique

Trois figurines de la collection cycladique 2800 - 2300 av. J. C.

Au pied de l’Acropole, près du Parthénon, le nouveau musée de l’Acropole (site) a été inauguré en 2009, il accueille une collection de sculptures provenant des fouilles effectuées sur place. 

Le musée Archéologique de Thessalonique est un autre musée remarquable, qui a remporté le prix spécial des meilleurs expositions décerné par la Banque d’Irlande, en 1979. Sa section centrale présente une collection de sculptures allant de la période archaïque à la fin de la période romaine, ainsi que des expositions spéciales consacrées à l’histoire de Thessalonique, de la préhistoire à l’époque romaine. Une nouvelle aile, construite en 1980, rassemble les prestigieuses trouvailles de la grande tombe royale de Vergina.

D’autres musées archéologiques incontournables se trouvent à Delphes, Olympie, Héraklion (civilisation minoenne) et Volos. Le musée Archéologique de Myrina, sur l’île de Lemnos, a reçu le prix européen du Musée de l’année, en 1996. Des musées archéologiques, de moindre taille, mais tout aussi intéressants, sont disséminés dans tout le pays.

Les musées historiques

Les premiers musées portaient une aussi grande attention à l’histoire contemporaine qu’aujourd’hui. En 1882, un groupe de spécialistes, désireux de préserver les vestiges de l’histoire grecque récente, a fondé l’Association historique et ethnologique d’Athènes. Celle-ci avait pour but de recueillir des données historiques et ethnologiques destinées à éclairer l’histoire récente, la philologie, les coutumes et la langue du peuple hellénique. La collection de tableaux, de statues, d’armes, de reliques, de costumes et de meubles du musée, installée dans le palais de l’ancien Parlement d’Athènes, s’étend de l’époque byzantine à la moitié du XXème siècle. Le musée comprend une bibliothèque spécialisée, des archives historiques et photographiques ainsi qu’un atelier de restauration.

 

Le musée Bénaki

Le musée Bénaki (1931) est le type même de musée qui offre un aperçu de l’histoire grecque et des remarquables collections d’objets de l’époque néolithique aux années 1920. Fondé par Antoine Bénakis, un membre fortuné de la diaspora grecque, le musée abrite des collections riches et variées d’art grec antique, des icônes et des manuscrits byzantins et post-byzantins, des vestiges de la guerre d’Indépendance, des tableaux peints par les premiers visiteurs de la Grèce, des collections d’art populaire, de costumes et de bijoux, d’art islamique et copte, un magnifique ensemble de céramiques chinoises, ainsi que des archives historiques et photographiques, une bibliothèque de recherche et une boutique de musée.

Il propose également des programmes éducatifs pour les enfants, et fut l’un des premiers musées à adopter les nouvelles technologies. Le musée Bénaki, rénové et agrandi au cours des dernières années, a rouvert ses portes récemment. 

 

Le bâtiment d’origine, dont la nouvelle aile se trouve dans le centre d’Athènes, va accueillir la collection grecque. Les autres collections et les archives seront transférées dans d’autres locaux.

 

En Grèce, plusieurs musées adoptent un thème d’approche pour présenter les richesses des périodes de l’histoire récente. C’est le cas des musées qui retracent l’histoire de la ville d’Athènes, tels que le musée Vouros-Eftaxias, dont la collection de tableaux et de gravures couvre la période du XVIIIème au XXème siècle ou du musée d’Athènes ; qui retrace l’histoire de l’Indépendance jusqu’aux années 1950 ; il présente une collection de costumes et d’objets usuels, ainsi que des archives documentaires et photographiques. Parmi les autres musées, citons le musée de l’Université d’Athènes ainsi que le musée du Théâtre grec d’Athènes et son centre d’Études.

Le musée Archéologique national d’Athènes

 

La présence de communautés juives en Grèce, pendant plusieurs siècles, est commémorée par des musées tels que le centre des Études historiques du Judaïsme de Thessalonique, qui présente des photographies de la communauté juive et dispose d’une bibliothèque. En outre, un musée de l’Histoire juive a récemment ouvert ses portes à Athènes.

Unique dans son genre, le musée Vrellis, à 12 km au sud de la ville de Ioannina, expose des figures en cire représentant les personnages historiques de l’époque de la domination ottomane et de la guerre d’Indépendance.

Le musée de l'histoire grecque

 Pavlos Vrellis

Illustrant l’importance de la tradition navale dans l’histoire de la Grèce, plusieurs musées sont consacrés à l’histoire des liaisons maritimes. Le musée Maritime du Pirée accueille des expositions des communautés maritimes de Galaxidi, Kymi, Syros, Spetses et Chios. Il expose des modèles de navires marchands des temps préhistoriques à l’époque contemporaine, des livres sur la marine, des instruments et des accessoires de navigation, des documents sur la tradition marine de la Grèce, ainsi qu’une collection de lithographies. Le musée est doté d’une bibliothèque riche en publications sur le transport maritime, écrites en grec et en langues étrangères. Le musée Naval de Crète, à La Canée, expose ses collections par périodes historiques, de l’âge de bronze et de la période hellénistique à l’après-guerre. D’autres musées navals existent dans d’autres villes du pays, telles que Galaxidion, ou encore sur les îles d’Andros et de Mykonos.

Les musées de l’histoire Byzantine

Le musée Byzantin d’Athènes

Le premier musée d’Art byzantin d’Athènes fut fondé en 1884, par la Association d’ogie chrétienne. Le musée abrite également des laboratoires, des ateliers et des salles de conférence.

Récemment, le musée Byzantin d’Athènes a été rénové et agrandi et couvre désormais une surface totale de 10 000 m2. Outre sa splendide collection d’icônes, il a pour but de présenter une rétrospective globale de l’art byzantin, en s’intéressant particulièrement à l’architecture, aux sculptures et aux objets de l’époque byzantine aux dernières années de la domination ottomane. 

À Thessalonique, le musée de la Civilisation byzantine s’investit dans la préservation, l’étude et la recherche de la culture byzantine de Thessalonique et de Macédoine. Au cours de l’été 1997, le musée a accueilli l’exposition des "Trésors du Mont Athos". Cet événement marquant a permis, pour la première fois de l’histoire, d’exposer des oeuvres exceptionnellement déplacées de la "Montagne Sainte". L’exposition offrait une rétrospective complète des richesses du Mont Athos. Elle était divisée en quatre parties : Trésors et objets, Environnement et nature, Patrimoine architectural, Vie quotidienne et Religion.

Des collections moins importantes d’icônes, de fresques, de mosaïques et de sculptures byzantines et post-byzantines ornent les monastères des Météores, de Crète et du Péloponnèse, ainsi que les musées locaux ou régionaux.

Les musées culturels et d’art traditionnel

Dès la seconde moitié du XIXème siècle, la culture et l’art traditionnels ont suscité l’intérêt de la classe intellectuelle grecque, qui a contribué à la création d’un réseau de musées.

Le musée d’Art populaire de Plaka fut fondé en 1918. Ses superbes collections comprennent des tissus, des céramiques, des costumes nationaux et régionaux, des objets en bois sculpté, des métaux travaillés ainsi que des objets en or et en argent et des bijoux. Le musée regroupe également des archives photographiques et une bibliothèque. Les peintures murales de Théofilos, peintre naïf de Lesbos, sont particulièrement intéressantes.

Le musée d’Art populaire grec

Plaka accueille également le centre des Arts et Traditions populaires, dans la demeure de la grande spécialiste d’arts populaires Angeliki Hatzimichalis. Construit autour de sa collection privée, le musée expose des costumes, des bijoux, des ustensiles et des outils d’artisanat populaire, des tissus et des broderies ; une bibliothèque le complète.

Plaka accueille également le musée Spatharion du Théâtre d’ombres, fondé en 1965 par les célèbres Spatharis, père et fils. On y trouve leurs collections de figures et accessoires du XIXème siècle à notre époque, des affiches, des programmes, des coupures de presse ainsi que des monographies en langue grecque et en langues étrangères sur l’art du théâtre d’ombres.

Le musée des Instruments de musique grecs

Le musée des Instruments de musique grecs, créé en 1991, se situe à Plaka, dans un bel édifice de trois étages datant du XIXème siècle. Il regroupe plus de mille instruments de musique de la collection de Fivos Anoyeianakis, le fondateur du musée. L’exposition est divisée en quatre niveaux correspondant aux quatre grandes catégories d’instruments. Un système d’acoustique perfectionné permet aux visiteurs de découvrir les sons produits par les instruments de musique de même que les techniques utilisées.

Les expositions mettent l’accent sur les étapes allant de la fabrication à l’utilisation des instruments et sont enrichies de dessins, photographies et cassettes vidéo. Le musée met également à la disposition des visiteurs une bibliothèque spécialisée, un centre de recherche, des archives et une boutique. Depuis son ouverture, le musée a accueilli plus de 10 000 visiteurs en un an et demi.

Le musée Ilias Lalaounis de la Bijouterie, situé au pied de l’Acropole, comprend quarante collections permanentes de bijoux en or exceptionnels inspirés de l’histoire de l’art grec, de l’Antiquité à la période Byzantine. Le musée regroupe une bibliothèque, une section pédagogique et un atelier pour les enfants. Athènes accueille également le nouveau musée d’Art européen et oriental qui abrite la collection Passas de porcelaines chinoises, indiennes et japonaises, d’objets d’ivoire et de pierres semi-précieuses, d’objets en bois sculpté, de soieries, de meubles, d’antiquités et de bijoux, etc.

À Thessalonique, le musée des Instruments byzantins retrace l’histoire des instruments de musique sur une période de 4 000 ans. Des modèles d’instruments de musique, fabriqués selon les méthodes anciennes, y sont exposés et le musée permet aux visiteurs d’écouter les sons qu’ils produisent. Le musée comprend également une bibliothèque, des archives musicales électroniques et un laboratoire de recherche.

La section "Pyrghi" du musée Vorrès de Péania, en dehors d’Athènes, est un complexe constitué de deux anciennes bâtisses rurales, d’une étable et d’un pressoir à vins. Le musée présente une exposition de poteries, de jarres, de tapis, de meubles, d’auges, de meules et d’autres objets traditionnels.

À Thessalonique, le musée ethnologique des Arts populaires de Macédoine (fondé en 1970) est consacré à l’étude de la culture de la Grèce du Nord. Il propose également un vaste choix d’activités éducatives. La collection du musée, composée de 15 000 objets, s’enrichit constamment de nouvelles acquisitions et donations.

En outre, bon nombre de villes et de villages grecs disposent de musées locaux. Par exemple, le musée des Sarakatsani, de la ville de Serrès, fut couronné du prix du Musée européen de l’année 1987 ; on peut y découvrir la vie culturelle et économique de cette tribu pastorale de Grèce du Nord. Dans la ville de Komotini, en Thrace, le musée de la Vannerie rom présente une collection de paniers fabriqués par des Roms itinérants et sédentaires, par des Grecs de la mer Noire et par les Pomaques des montagnes de Rhodope.

Le musée Historique et ethnologique de Cappadoce, fondé en 1981 à Néa Karvali (près de Kavala), est un autre exemple de musée primé. Sa collection comprend des documents historiques, des archives, des icônes, des costumes et des objets religieux apportés en Grèce par les réfugiés de Cappadoce, en Turquie.

Le musée historique et d’Art populaire de Ioannina, installé dans la mosquée d’Aslan Pacha du XVIIème siècle, expose des objets représentatifs de la vie des communautés grecque, juive et turque qui vivaient alors dans la région. On peut y découvrir des costumes, des bijoux, des tissus et des tapis d’Orient, des meubles, des objets religieux ainsi que de l’argenterie et des armes. En Épire, le musée ethnologique des Tailleurs de pierre de Pyrsogianni, construit dans un bâtiment en pierre typique, renferme des archives et des photographies illustrant le mode de vie des tailleurs de pierre locaux. Le musée propose des séminaires et des programmes éducatifs organisés par le centre culturel de la ville.

À Volos, la demeure de l’historien d’art populaire, K. Makris ; contient des oeuvres du célèbre peintre Théofilos, des icônes byzantines, des sculptures en bois et des poteries. D’autres toiles de Théofilos sont exposées au musée Théofilos d’Anakasia (un village non loin de Volos) ainsi qu’au musée Théofilos de Varia (village situé à Lesbos), lequel comprend les donations de l’éditeur d’Art Stratis Elefteriades (Tériade) et quatre vingt-six toiles de sa collection privée.

Le prix du Musée de l’année 1981 a été attribué au musée des Arts et Traditions populaires de la fondation pour l’Art populaire du Péloponnèse, à Nauplie. 

Le musée des Arts et Traditions populaires de la Fondation pour l’Art populaire du Péloponnèse

Ce musée s’investit dans la recherche, la préservation et la présentation de la culture traditionnelle du Péloponnèse et du reste de la Grèce. Sa collection comprend plus de 16 000 objets : costumes, textiles, ustensiles, meubles, ainsi qu’un grand nombre de documents audiovisuels et de matériel de référence provenant de presque toutes les régions grecques.

La fondation du musée contribue à la publication de livres, à la promotion de disques et à la revue scientifique "Ethnographika". De même, la fondation se charge de financer la recherche, le travail sur le terrain et l’octroi des bourses, d’organiser des réunions accueillant des spécialistes de musées internationaux et des érudits, et enfin, de mener à bien des programmes éducatifs pour les enfants. Par ailleurs, le musée des Arts et Traditions populaires de Patras est consacré aux domaines du transport, de l’agriculture et du textile.

Il organise également des conférences, des colloques scientifiques et des programmes éducatifs. Enfin, le musée Historique et ethnographique de Mani, logé dans la tour familiale des Tzannetakis datant du XIXème siècle, fait partie des musées du Péloponnèse les plus intéressants. Il expose des reproductions et des gravures effectuées par des voyageurs de Mani, entre le XVème et le XIXème siècle. Il retrace également l’histoire sociale, religieuse et militaire de cette région.

En Crète, le musée Lychnostatis de Hersonissos, à ciel ouvert, offre une vision complète de l’architecture traditionnelle et religieuse locale, de l’art du tissage et de la poterie, de la distillation des parfums, de la confection des produits alimentaires et des boissons et de la confection des textiles. D’autres musées locaux d’arts et de traditions populaires existent un peu partout en Grèce.

Les musées scientifiques, technologiques et du design

Le musée Anthropologique de l’Université d’Athènes est l’un des plus anciens musées de l’Homme en Europe. Principalement consacrée à l’anthropologie préhistorique, sa collection comprend des restes humains, des fossiles et des objets ; le musée présente aussi une exposition ethnologique d’objets fonctionnels et décoratifs, originaires d’Afrique et d’Asie. Grâce aux recherches et aux fouilles entreprises par le musée, la collection s’est agrandie et comprend désormais plus de 30 000 objets classés et répertoriés.

Le musée Paléontologique et géologique de l’Université d’Athènes abrite les collections de la Société des amis de la Nature du début du XIXème siècle. Les collections rassemblent des milliers de fossiles d’animaux et de plantes, dont certains datent de l’ère pléistocène, des protozoaires fossilisés et d’autres espèces marines de l’ère paléozoïque supérieure, des coquillages des ères mésozoïque et cénozoïque, offrant un aperçu de l’évolution de notre planète avant la venue de l’Homme.

Le principal musée d’Histoire naturelle du pays demeure le musée Goulandris, situé à Kifissia, au nord d’Athènes. 

Le musée Goulandris d’Histoire naturelle

Fondé pour promouvoir l’intérêt suscité par les sciences naturelles et enseigner au public l’importance de l’environnement naturel ainsi que de la vie de la faune et de la flore, le musée fait aujourd’hui partie des quarante "musées les plus influents" du monde, d’après la sélection de Kenneth Hudson, spécialiste en muséologie ; en outre ce musée a été récompensé et cité à maintes reprises par des comités internationaux décernant des prix.Ses collections présentent des insectes, des mammifères, des oiseaux, des reptiles, des coquillages, des roches, des minéraux et des fossiles originaires de la Grèce ; plus de 200 000 espèces de plantes, parmi lesquelles cent quarante-cinq ont été récemment découvertes par le centre de recherche du musée. Des études scientifiques sur l’écologie, la zoologie, la géologie, la paléontologie et la biotechnologie sont menées dans ses laboratoires. Le musée fonctionne comme un centre d’éducation polyvalent ; il organise des séminaires, des conférences, édite des livres et d’autres publications, et enfin, organise des expositions itinérantes sur les questions relatives à l’environnement en Grèce et à l’étranger.

Au cours de ces dernières années, les musées se sont de plus en plus consacrés à la technique et au design. Le musée Technique de Thessalonique fut fondé en 1978. Situé dans la zone industrielle de la ville, il organise des expositions liées au développement historique de la technologie et aux sciences naturelles. Ses collections couvrent les domaines suivants : l’électricité, les télécommunications, l’informatique, l’aviation, l’espace, la météorologie, la navigation, l’invention de la roue, l’imprimerie, la médecine, la photographie, l’holographie et l’histoire du développement industriel dans la région de Thessalonique. Le Parc technologique Eurêka propose des expositions "interactives", où les visiteurs font fonctionner eux-mêmes les appareils et les dispositifs et il comprend un petit Planétarium animé capable d’accueillir trente-cinq personnes à la fois. Le musée des Activités hydrauliques de Thessalonique, fondé en 1985, se trouve dans l’ancienne station centrale d’alimentation en eau qui fut construite à la fin du XIXème siècle. Ce monument d’archéologie industrielle sert également de centre de recherche.

Le musée du Design de Thessalonique est le premier en son genre en Grèce. Fondé en 1993, il présente l’évolution du design liée à l’amélioration des matériaux et aux progrès de la technologie, dans le contexte plus large des mouvement sociaux, des besoins des consommateurs et des tendances esthétiques. Sa collection d’objets du XXème siècle présente des meubles, des appareils ménagers, des jouets et des packaging. Thessalonique accueille également le musée de la Photographie et du Cinéma, qui expose des oeuvres d’artistes grecs et étrangers, du matériel cinématographique et photographique, et abrite des archives, des bibliothèques, des archives musicales cinématographiques, des affiches, etc. Le musée propose également des programmes de recherche et des programmes éducatifs.

Le musée des Chemins de fer d’Athènes expose des locomotives, des tramways et des wagons du XIXème et du XXème siècle, ainsi que des maquettes, des archives photographiques, des instruments et des outils. Par ailleurs, le musée des Télécommunications d’Athènes se consacre au développement des télécommunications, de l’époque précédant l’arrivée de l’électricité à nos jours.

Il présente les moyens de télécommunications du XIIIème siècle avant J. C. à aujourd’hui. L’évolution des télécommunications est illustrée par l’exposition de modèles anciens d’appareils télégraphiques, de machines à signaux en morse, d’appareils électroniques, de systèmes télégraphiques du XIXème siècle et des premiers téléphones, ainsi que par le premier studio de télévision installé en Grèce, en 1964.

Le musée des Chemins de fer d’Athènes

Le musée Philatélique d’Athènes, enrichi de sa bibliothèque et de ses archives visuelles, abrite une collection de boîtes aux lettres, de machines à affranchir, de sacs et cornes de facteurs, ainsi qu’une vaste gamme d’objets liés à la philatélie et à l’impression des timbres.

La municipalité de Soufli et la Fondation culturelle de la Banque hellénique pour le développement industriel ont créé le superbe musée de la Soie de Soufli, dans le nord de la Grèce. Ses expositions retracent l’histoire de la soie, dont on peut suivre les diverses étapes de fabrication. La Fondation culturelle de la Banque hellénique pour le Développement industriel a également contribué à la création du musée de l’Hydrodynamique, en plein air, à Dimitsana, dans le Péloponnèse. Ce musée montre le rôle essentiel que jouait l’eau dans l’ère préindustrielle.

Les musées d’Art moderne et d’Art contemporain

 

Le musée Vorrès d’Art moderne

Le secteur privé a apporté d’immenses contributions à l’art moderne, grâce aux dons de riches bienfaiteurs. Le musée d’Art contemporain Dimitris Piérides de Glyfada, qui expose plus d’un millier d’oeuvres d’art grecques et chypriotes réalisées depuis la Seconde Guerre mondiale, abrite également une bibliothèque consacrée à l’art moderne grec.

Le musée Vorrès de Péania accueille une section d’art moderne grec, qui présente des sculptures et des tableaux réalisés par des artistes grecs de la deuxième moitié du XXème siècle. 

Sur l’île d’Andros, le musée d’Art moderne, créé par la Fondation Basil et Élise Goulandris et fondé en 1979, expose une collection d’oeuvres des plus grands artistes grecs et étrangers. En été, le musée organise des expositions internationales temporaires d’oeuvres de Picasso, Matisse, Klee, Kandinsky, Giacometti, Chagall et d’autres grands artistes du XXème siècle. Le centre d’Art contemporain, situé à Néo Psychico, a ouvert ses portes en mai 1998. Il présente des oeuvres d’artistes grecs et étrangers contemporains.

Un projet d’ouverture d’un musée national d’Art contemporain à Athènes est actuellement en cours. Le musée Yannis Tsarouchis, fondé en 1981, expose les oeuvres de ce dernier, parmi celles d’autres artistes ; en outre, ce musée organise des expositions et il est à l’origine de la publication de livres d’art.

Sur l’île de Lesbos, le musée et la bibliothèque Tériade (créés par l’éditeur de livres d’art Stratis Eleftheriades-Tériade) accueillent des oeuvres de Giacometti, Miro, Picasso, Léger, Le Corbusier, Chagall, Tsarouchis, Kanellis, Rorris, Vakirtzis, pour ne citer que ceux-là.

Le musée macédonien d’Art moderne a été fondé en 1979, à Thessalonique, grâce à des donations d’Alexandre Iolas, de Franz Geierhaas et d’autres artistes grecs importants. Le musée expose des oeuvres de Oppenheim, Finotti, Warhol, Y. Moralis, Takis, C. Tsoclis, D. Alitheinos, G. Lazongas, A. Akrithakis, etc. 

Le musée a organisé plus de trente expositions consacrées à des artistes tels que M. Ernst, S. R. Delaunay, D. Hockney, K. Varotsos, I. Molfessis, ainsi que des rétrospectives des oeuvres de N. Hadjikyriakos-Ghikas, Théofilos et F. Kontoglou.  Toujours à Thessalonique, on peut également découvrir la Galerie municipale, qui expose des oeuvres réalisées par des artistes de la Grèce du Nord du XXème siècle et qui abrite une collection de gravures grecques, une collection d’icônes du XIVème au XXème siècle, de même qu’une petite collection d’œuvres représentatives de l’histoire de l’art moderne grec.

Le musée d’Art moderne de Macédoine

Dans la ville de Metsovon, la galerie Avérof, inaugurée en 1988, expose plus de deux cent-cinquante oeuvres d’artistes grecs majeurs du XIXème et du XXème siècle. Sa collection est considérée comme l’une des plus complètes et des plus représentatives en son genre.

La Banque nationale de Grèce possède une importante collection d’oeuvres réalisées par des artistes du XIXème et du XXème siècle. Celle-ci comprend principalement des oeuvres des plus grands artistes de l’École de Munich et de leurs protégés et elle s’est enrichie d’œuvres du début du XXème siècle et des années 1930.

La Pinacothèque nationale d’Athènes/ musée Alexandre Soutzos, se consacre à l’histoire de l’art en Grèce et en Europe occidentale. La pinacothèque expose des oeuvres d’art grecques datant de l’après-guerre, de la période de l’Indépendance à notre époque. Sa collection initiale s’est enrichie de donations d’œuvres d’Europe occidentale, offertes par des Grecs argentés, et de la collection d’Alexandre Soutzos. Le musée présente les oeuvres de Caravaggio, d’Andréa Pavia et des grecs Lytras, Ghyzis et Volanakis. Les collections sont constamment complétées par l’acquisition d’œuvres d’artistes tels que Domenicos Théotocopoulos (El Greco), ou L. Veneziano, avec une collection exceptionnelle de gravures du XVIème au XXème siècle. De même ; la collection Coutlides, acquise en 1977, est venue s’ajouter aux oeuvres d’art grecques du XIXème siècle. En outre, la Pinacothèque comprend une grande bibliothèque spécialisée, des ateliers de photographie et de conservation complets, un laboratoire pour la restauration du bois, de la menuiserie et du papier. Une galerie au rez-de-chaussée expose des sculptures du XIXème et du XXème siècle. La Pinacothèque a récemment organisé plusieurs expositions en collaboration avec des galeries d’art étrangères. L’exposition Yannis Moralis a connu un franc succès, de même que l’exposition consacrée aux artistes philhellènes occidentaux de la fin du XVIIIème siècle et du début du XIXème siècle. Parmi les autres expositions particulièrement réussies, on peut citer, entre autres, la collection G. Kostakis d’artistes russes d’avant-garde, la collection d’art contemporain du musée Whitney et la "guerre de Troie" d’Anthony Caro.

 


 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 11/12/2015