Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Musique

 

 

Découvrez le site www.rebetiko.gr sur lequel sont répertoriées 5000 chansons accompagnées de photographies, biographies et textes

 

GREEK MUSIC LIBRARY  (19/03/2007)

The Music Library of Greece Lilian Voudouri (www.mmb.org.gr) was created by the Friends of Music Society to meet the needs of all Greek music lovers. It makes available a large collection of information and study material on music to visitors and distant users. Its collection focuses on Western Music, Greek music from antiquity and the Byzantine period to the present, Greek folk music, including the Rebetika, traditional music from all parts of the world, and jazz.

 


La musique

Par Alex Deffner

La réputation mondiale de la musique grecque moderne est fondée en grande partie sur les oeuvres de Manos Hatzidakis et Mikis Theodorakis, ainsi que sur certains albums de musique byzantine. Cependant, c’est dans le domaine de la musique classique que la Grèce s’est forgé une véritable renommée internationale.

La musique est probablement l’activité culturelle la plus prisée en Grèce, en raison de l’importance historique de la chanson et du succès de la danse en tant qu’expression musicale. Le plus souvent, les concerts sont donnés dans les trois plus grandes villes du pays (Athènes, Thessalonique et Patras). Toutefois, ces dernières années, à travers le Réseau culturel national des villes, on a pu constater une tendance à la décentralisation. Depuis toujours, la musique joue un rôle prépondérant dans la vie des campagnes. En effet, dans chaque région, musique et danse sont au cœur des activités collectives.

Infrastructures régionales

Les treize régions grecques possèdent chacune leurs chorales et groupes locaux, qui sont souvent le fruit d’une tradition ancestrale et continuent à faire vivre la musique dans les villes et villages. Ainsi, dans le seul périmètre des îles Ioniennes, on compte quatre-vingt-un groupes de musique. Cela peut s’expliquer par l’histoire musicale de la région (i.e. : les groupes locaux ont lancé de nombreux compositeurs et interprètes ; "l’École ionienne" a beaucoup influencé la musique grecque), mais aussi par l’isolement des îles par rapport au continent et par le climat culturel de la région (qu’on doit en grande partie à l’occupation étrangère). Par exemple, Corfou fut occupée par la France de 1807 à 1814 et, de 1814 à 1864, par la Grande Bretagne. Sur les cent cinquante-huit chorales grecques, la majorité se trouve dans le Nord de l’Égée (selon les chiffres de 1987).

Éducation musicale

Il existe deux cent treize conservatoires de musique reconnus (dont un public) et cent quarante-six écoles de musique : 44,85% d’entre eux sont implantés dans une ville de province. Au cours des dix dernières années, l’enseignement de la musique traditionnelle a connu un essor considérable.

Ventes

Le nombre d’albums vendus a baissé entre 1991 et 1994 (passant de 7,9 millions à 6,3 millions), mais le pourcentage de musique grecque, lui, a augmenté (48,8% contre 59,1% en 1994). Notons que de nombreux journaux et magazines distribuent gratuitement des cassettes et des CD (4,7 millions par an, dont 92,4% de CD et 56,3% de musique grecque).

Selon les résultats des ventes de 1995, la Grèce est le pays d’Europe où l’on écoute le plus la musique nationale.

Musique traditionnelle

Le pays se distingue par la quantité et la richesse de sa musique traditionnelle. Au cours des siècles, la musique grecque a évolué sous l’influence de nombreux courants historiques et géographiques. Par exemple, la musique grecque ancienne, la musique byzantine et la musique sacrée reflètent une grande variété de traditions musicales.

La guerre d’indépendance menée contre les Turcs de 1821 à 1829 a donné lieu à toute une gamme de musiques traditionnelles rurales. Les chansons populaires varient selon leur lieu d’origine : les îles (la Crète ; les Îles ioniennes), l’Épire (région du nord-ouest de la Grèce), Mani et Calamata (sud du Péloponnèse), la Macédoine et la Thrace (nord et nord-est) possèdent des musiques traditionnelles bien distinctes. Actuellement, la doyenne de la musique folklorique est Mme Dora Stratou, qui dirige également une troupe de danse. En 1997, son album, fruit d’une collaboration avec le groupe Panegyris, intitulé Le meilleur de la chanson populaire grecque, est sorti sous le label Tradition. L’un des meilleurs représentants actuels de la musique folklorique du continent est le clarinettiste Yiorgos Mangas. En 1990, il a écrit un album sous le label Globestyle.

Le rebetiko est une forme de musique traditionnelle urbaine, dont l’instrument caractéristique est le bouzouki. Étroitement lié aux réfugiés du désastre d’Asie Mineure, le rebetiko fut particulièrement populaire après la Seconde Guerre mondiale, connaissant son heure de gloire dans les années 1970.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les jeunes compositeurs s’inspirent beaucoup de la musique traditionnelle rurale et urbaine. Parmi eux, citons Dionysis Savvopoulos, qui compose un mélange original de rebetiko, la musique des campagnes, et de musique pop et rock occidentale.

Les troupes de danse populaire sont profondément enracinées dans la culture régionale grecque. Il en existe cinq cent quatre-vingts, surtout en Épire, qui possède une longue tradition culturelle.

Styles de musique les plus appréciés

Les styles de musique les plus appréciés du moment sont au nombre de quatre : la musique de danse, qui s’inspire essentiellement de la musique orientale ; la musique artistique avec, par exemple, l’auteur-compositeur Haris Alexiou qui a enregistré un concert avec l’auteur-compositeur italien Paolo Conte (1987), ou encore le chanteur Yiorgos Dalaras, dont l’album de musique latine est sorti la même année, avec la participation du guitariste de jazz Al Di Meola ; la musique pop, qui contient des éléments de musique occidentale, comme chez l’auteur-compositeur Stefanos Korkolis, qui a écrit un album en italien (1996) ; et enfin le rock, particulièrement présent à Thessalonique depuis les années 1960, avec notamment l’auteur-compositeur Nikos Papazoglou, le groupe Trypes, qui a donné des concerts à Londres, et Xylina Spathia. Certains groupes, comme Socrates, sont bien connus à l’étranger. Les clubs de rock, surtout ceux d’Athènes et de Thessalonique (comme le Mylos, installé dans un ancien moulin), ont beaucoup contribué à l’essor du rock en Grèce.

Par ailleurs, le jazz s’est également fait une place en Grèce. La sortie du premier album de jazz grec, par le groupe Sphinx, date de 1979. Certains musiciens ont produit des albums sous des labels étrangers. C’est le cas du pianiste Sakis Papadimitriou, du clarinettiste-saxophoniste Floros Floridis et de la guitariste Nana Simopoulos. Nombreux sont ceux qui ont travaillé avec des musiciens étrangers pour des concerts ou des albums. Par exemple, Pandelis Karageorgis a fait partie du groupe avant-gardiste Deep Listening avec Pauline Oliveiros. Actuellement, la tendance est au jazz ethnique (jazz mêlé de world music). C’est au dynamisme des petits clubs d’Athènes que le jazz grec doit son évolution.

Chanteurs célèbres

Les chanteurs grecs les plus connus au niveau international vivent et travaillent à l’étranger : Vicky Leandros, Nana Mouskouri (ancienne députée européen), Demis Roussos (membre du célèbre groupe grec Aphrodite’s Child). L’une des chansons du groupe Annabouboula est même entrée au Hit Parade aux États-Unis. En 1987, Agnès Baltsa, mezzo-soprane, a sorti un album de musique pop contenant des chansons de Hatzidakis, Theodorakis, Tsitsanis et Xarhakos, sous la direction de Xarhakos, également directeur de l’Opéra national de musique grecque.

Athens Music Hall

Agnès Baltsa

De nombreux chanteurs grecs ont travaillé avec des musiciens étrangers, comme Maria Farandouri, qui a collaboré avec le célèbre guitariste John Williams (1971) et le musicien turc Zolfo Livaneli (1982). Plus récemment, Nena Venetsanou a collaboré avec l’auteur-compositeur catalan Lluis Llach pour un album intitulé Un pont de Mar Blava (1993), tandis que, en 1997, le chanteur populaire Yiota Vei participait à l’album des Mammas, le célèbre groupe multi-éthnique.

En outre, la musique grecque est représentée par les chanteurs de Blues américains d’origine grecque Nick Gravenites et Johnny Otis, par l’anglo-chypriote George Michael et par le guitariste et compositeur américain Nicky Skopelitis. Ce dernier joue souvent avec Bill Laswell, l’un des pionniers de la musique contemporaine.

Musique classique

La musique classique occidentale n’a fait son entrée en Grèce qu’après la fondation du royaume indépendant en 1832. Au XIXème siècle, les compositeurs de "l’École ionienne" Nikolaos Mantzaros, Spyridon Xyndas et Pavlos Carrer ont essentiellement puisé leur inspiration de la musique italienne. En 1871, la fondation du conservatoire d’Athènes marqua une étape fondamentale dans la création d’une école de musique nationale.

En Grèce, la musique classique attire une minorité croissante de la population, qui se rend principalement à la salle de concert d’Athènes. Depuis, une seconde salle a été inaugurée à Thessalonique. Il existe plusieurs orchestres de renom, tels que l’orchestre national d’Athènes et l’orchestre national symphonique de la radio et de la télévision grecques, mais aussi la Scène lyrique nationale, fondée en 1939, qui se produit au théâtre de l’Olympia depuis 1957.

La salle de concert d’Athènes a été inaugurée en mars 1991. Son rôle va bien au-delà de la musique. Depuis son ouverture, la salle a permis d’accueillir et d’organiser 602 activités culturelles, 957 événements artistiques, 197 programmes éducatifs, 24 expositions et conférences et 118 congrès. Elle a commandé 59 oeuvres grecques et publié 338 livres. La salle possède son propre orchestre (l’Orchestre des amis de la musique ou Camerata), composé d’artistes issus de nombreux pays. Le chef d’orchestre est Alexander Myrat.

Outre Athènes, Thessalonique et Patras, d’autres villes se distinguent par leur héritage musical (Ermoupolis, sur l’île de Syros) ou par le dynamisme de leur vie musicale (Larissa et Volos en Thessalie, Corfou et Calamata).

Le nombre d’amateurs de musique classique allant croissant, les magasins spécialisés se sont multipliés à Athènes et, de manière générale, la musique classique est de plus en plus présente dans le commerce.

Chefs d’orchestre et solistes

La Grèce a vu naître de nombreux solistes et chefs d’orchestre d’envergure internationale, tels que les pianistes Gina Bachauer, Vasso Devetzi et Rena Kyriakou, ou les chanteurs Irma Kolassi, Yannula Pappas, Elena Souliotis et Nicola Zaccaria. En outre, deux artistes sont des références incontournables sur la scène musicale internationale : la chanteuse soprano Maria Callas et le chef d’orchestre, pianiste et compositeur Dimitris Mitropoulos.

Depuis quelques années, d’autres artistes perpétuent cette tradition : les pianistes Nicholas Economou, Aris Garoufalis, Christodoulos Georgiades, Cyprien Katsaris, Elena Mouzalas, Dimitris Sgouros et Yannis Vakarellis, les violonistes Tatsis Apostolides et Leonidas Kavakos, le 

Leonidas Kavakos

violoncelliste Yannis Vatikiotis, les guitaristes Kostas Kotsiolis et Eleftheria Kotzia, les chanteurs Agnès Baltsa, Aris Christofellis, Jenny Drivala, Daphne Evangelatos, Dimitris Kavrakos, John Modinos, Vasso Papantoniou, Costas Paschalis, Jeannette Pilou, Spiros Sakkas et Teresa Stratas, et enfin les chefs d’orchestre Dimitris Agrafiotis, Nikos Athindos, Miltiades Caridis, Dimitris Chorafas, Byron Fidetzis, John Georgiades et Alexander Myrat. Les oeuvres de la plupart de ces artistes sont disponibles en 33 tours ou en CD. 

Nikos Skalkotas Maria Callas

Compositeurs du XXème siècle

Plusieurs compositeurs d’envergure internationale ont écrit leurs oeuvres au XXème siècle. La première moitié du siècle est marquée par les noms de Manolis Kalomiris, Petro Petridis, Spiros Samaras et Nikos Skalkotas, et la deuxième moitié par, entre autres, Theodoros Antoniou, Georges Aperghis, Yani Christou, Dimitris Dragatakis, Yannis Konstantinidis, Aghyris Kounadis, Yiorgos Kouroupos, Anestis Logothetis, Nikos Mamangakis, Yannis Papaioannou, Jean Prodromides, Yiorgos Sicilianos, Dimitris Terzakis et Yannis Xenakis. En général, ces compositeurs sont, ou ont été, de véritables pionniers en matière de création musicale. Certaines de leurs oeuvres sont disponibles en disque vinyle ou en CD. Les plus éminents compositeurs du XXème siècle sont Skalkotas et Xenakis, ce dernier était, par ailleurs, architecte et collaborateur du Corbusier. Aperghis a composé la bande originale, très moderne, du film Enumerations (1989) et a reçu, en mars 1996, le Diapason d’or du magazine français Diapason (une référence en matière de musique classique) pour son sextuor intitulé l’Origine des espèces.

Yani Christou

Manos Hatzidakis

Ces compositeurs d’avant-garde se sont montrés très éclectiques, ils ont d’ailleurs écrit des chansons populaires (c’est le cas de Konstantinidis, de Kounadis, Kouroupos et Mamangakis) ou des musiques de film. Citons trois exemples sur la scène internationale : Antoniou pour le film anglo-allemand The Girl from Mani (1986), Mamangakis pour Heimat (1985), un film allemand de 15h qui est diffusé sous forme de série télévisée, ou encore Prodromides, qui a composé la musique du film franco-polonais Danton, en 1982. A l’inverse, des compositeurs devenus célèbres dans le monde entier pour leurs bandes originales sont également des auteurs de chansons populaires ou de morceaux de musique classique. Manos Hatzidakis en est une bonne illustration : célèbre pour son oeuvre dans Sweet Movie (une coproduction yougoslave, française et allemande de 1974), il a, jusqu’à sa mort en 1994, dirigé son propre orchestre (l’Orchestre des couleurs, créé en 1989, et qui existe toujours). Citons de même Mikis Theodorakis, mondialement connu pour la musique de Zorba le Grec (1964), le film qui permit au monde entier de connaître le bouzouki. Autres compositeurs de renom connus pour leurs musiques de film : Stavros Xarhakos (Rembetiko, 1983), Yannis Markopoulos (Who Pays the Ferryman, 1978, série de la BBC), et Yiorgos Hadjinassios (Shirley Valentine, film Britannique de 1989). Plus récemment, Eleni Karaindrou a fait son entrée sur la scène internationale. La musique qu’elle a composée pour le dernier film de Theo Angelopoulos est diffusée par le label allemand ECM. Pour L’apiculteur (1986), elle a travaillé avec le saxophoniste norvégien Jan Garbarek. De plus, c’est elle qui a écrit la musique du film de Margarethe von Trotta, L’Africana (1990).

Yannis Xenakis Mikis Theodorakis

En 1995, les studios britanniques Silva Screen ont publié un album intitulé Classic Greek Film Music, avec des musiques de film célèbres écrites par des compositeurs grecs. Par ailleurs, depuis 1971, Basil Poledouris s’est forgé une réputation auprès du public. Il travaille à Hollywood, mais il est d’origine grecque, tout comme John Cacavas, compositeur moins connu mais néanmoins très productif vivant aux États-Unis.

Yanni et Vangelis sont deux personnages incontournables de la musique électronique mondiale. Yanni a écrit, entre autres, l’album Live at the Acropolis en 1995, ainsi que de nombreuses bandes originales de films. Vangelis, qui a fait partie, lui aussi, du groupe Aphrodite’s Child, est encore plus célèbre. Il a travaillé avec Jon Anderson, le chanteur du groupe Yes, et il a composé des oeuvres classiques (Invisible Connections, 1985) ainsi qu’un nombre considérable de musiques de film. Il a gagné l’Oscar de la meilleure bande originale pour Les Chariots de feu, en 1981. Plus récemment, il a reçu un prix spécial du jury aux World Music Awards en tant que compositeur grec le plus vendu dans le monde. Autres prix gagnés par des compositeurs grecs : l’Oscar de la meilleure chanson (Hatzidakis pour Ta Pedia tou Pirea (Les enfants du Pirée) dans Pote tin kyriaki (Jamais le Dimanche), en 1960, et le British Academy Award de la meilleure musique (Theodorakis pour le film franco-algérien Z, en 1969).

Le compositeur Thanos Mikroutsikos ( ancien ministre de la Culture de 1994 à 1996) a sorti un album, en 1995, dans lequel le célèbre chanteur italien Milva chante quelques unes de ses meilleures chansons en italien et en grec. Les albums des compositeurs new age Chris Spheeris et Paul Voudouris se sont vendus dans le monde entier. Enfin, évoquons l’auteur-compositeur Demetrio Stratos qui, jusqu’à sa mort, est resté le leader du groupe d’avant-garde italien Area.

Compositeurs étrangers d’inspiration grecque

Trois compositeurs en particulier se sont inspirés de la musique orthodoxe grecque : John Tavener, compositeur anglais de musique classique converti à la religion orthodoxe. Melina est l’une de ses dernières oeuvres disponibles sur CD, composée à la mémoire de Mélina Mercouri. Stephan Micus, compositeur new age allemand et multi-instrumentaliste, est l’auteur d’un album intitulé Athos (1994). Enfin, Soeur Marie Keyrouz chante de nombreuses chansons de tradition orthodoxe du moyen Orient.

Chansons grecques dans des films étrangers

Ces dernières années, beaucoup de chansons grecques ont été utilisées pour des films étrangers. On peut entendre Misirlou (écrite par N. Roubanis aux États-Unis en 1941) dans Pulp Fiction (film de Quentin Tarantino, 1994).

Dans Maudite Aphrodite (1995), film inspiré de la tragédie grecque, Woody Allen a utilisé une chanson de Stavros Xarhakos et une autre de Vassilis Tsitsanis. Le film britannique High Season, tourné à Rhodes en 1998, emprunte une chanson de Tsitsanis, et le film Beautiful Girls (1996) emprunte, lui, une chanson de Hatzidakis (Jamais le Dimanche). Autres exemples : la chanson In the Cool of the Day (écrite par Manos Hatzidakis et chantée par Nat King Cole) dans le film du même nom ; Ti einai afto pou to lene agapi (composée par Takis Morakis et chantée par Sophia Loren) dans Boy on a Dolphin (1957), et enfin, The honeymoon song, composée par Mikis Theodorakis pour les besoins du film "Honeymoon" de Michael Powell, en 1959 qui entrera également dans "Archipelagos" en 1960-61. 

Vassilis Tsitsanis

Cette année-là, cette dernière chanson a connu un succès international. Elle a été reprise par les Beatles et figure dans le best-off Beatles at the BBC (1994).

La célèbre chanson "Strose to stroma sou" de Theodorakis-Kambanelis se retrouve dans le film de Peter Weir "Green card" avec Gérard Depardieu.


Organisation des musiciens grecs

38, Mitropoleos

Athènes 105 57

* * * * *

Fondation Internationale Mikis Theodorakis 

www.mikis-theodorakis.net


 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 11/02/2015