Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Nouveau Musée de l'Acropole

 

 

Le nouveau Musée de l'Acropole

 

site du musée

 

Lu dans la presse française :

"Archi au top, Bernard Tschumi" - Madame Figaro - 19/09/2009

"L'Acropole s'offre un nouveau musée" - Connaissance des Arts - 09/2009

"Acropole, Lumières de marbre" - L'Express - 16/07/2009

"L'Écrin moderne des trésors de l'Acropole" - Les Echos - 26/06/2009

"Les Grecs en campagne" - Le Point - 25/06/2009

"Light, air and old issues at the Acropolis" - International Herald Tribune - 24/06/2009 

"Lumière et histoire ont rendez-vous au nouveau musée de l'Acropole" - La Croix - 23/06/2009

"Le nouveau Musée de l'Acropole inauguré en grande pompe" - Le Figaro - 22/06/2009

"Athens, new Acropolis Museum" "A visionof the future in ancient Athens" - International Herald Tribune - 20/06/2009 

"A home for the marbles" "Majestic in exile" - International Herald Tribune - 19/06/2009 

"Le Musée de l'Acropole, bouleversant et maudit" - Le Monde - 20/06/2009

"La Grèce dévoile son nouveau Musée de l'Acropole" - Le Figaro - 18/06/2009

"Athènes, antique et moderne. Le nouveau musée de l'Acropole sera inauguré samedi" - Métro - 16/06/2009

"Parthénon : La Grèce prête à tout pour récupérer ses frises" - Le Figaro - 29/01/2008

"L'Angleterre doit-elle rendre les marbres du Parthénon?" - Connaissances des Arts - 04/2008

 

* * * * * * *

Nouveau Musée de l'Acropole

Grèce hebdo - 25/06/2009

Samedi 20 juin 2009 : un nouveau musée se dévoile  

Le nouveau musée de l’Acropole a été inauguré, lors d’une cérémonie solennelle, le samedi 20 juin. Des personnalités du monde politique grec, ainsi que des personnalités étrangères, ont assisté à cet événement fastueux, qui comprenait une projection sur les dieux, les héros et les mortels de la frise que le British Museum refuse de restituer à la Grèce. L'animation numérique a marqué l'ouverture d'un musée ultramoderne posé parmi des immeubles et des maisons néoclassiques au pied de la colline de l'Acropole, connue aussi comme ‘Rocher Sacré’.

La cérémonie d'ouverture a réuni quelque 400 invités, parmi lesquels le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, le DG de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement étrangers, la ministre de la Culture de France Christine Albanel, ainsi que des ministres des affaires étrangères et de la Culture de partout dans le monde. Les officiels ont été accueillis dans le hall d'entrée par le président du nouveau Musée de l'Acropole, le professeur Dimitris Pantermalis, qui, après une brève introduction, a donné la parole au ministre de la Culture, Antonis Samaras.

Selon Samaras, le Nouveau Musée de l’Acropole est un rêve de tous les grecs qui s’est enfin réalisé. ‘’Bien que vous visitiez le musée pour la première fois, je suis sûr qu’il vous est familier. Tout autour de vous, dans le musée, mais aussi sur le ‘Rocher Sacré’ de l’Acropole, symbolise des idées, des principes, des valeurs et des idéaux, qui sont nés ici mais, aujourd’hui, sont partagés par toute l’humanité’’, a-t-il ajouté.

A son tour, le président de la République, Carolos Papoulias, a indiqué que le monde entier peut voir aujourd'hui, réunies, les sculptures les plus importantes du Parthénon. "Quelques sculptures sont absentes. Il est l'heure de cicatriser les plaies du monument avec le retour des Marbres qui lui appartiennent", a souligné Papoulias, adressant dans toutes les directions le message de la restitution des frises exposées au British Museum à Londres.

Le Premier ministre, Costas Karamanlis, a déclaré que le Musée de l'Acropole est un ouvrage de tous les Grecs pour l'humanité toute entière, et a rappelé que "tous les gouvernements grecs, tous les ministres de la Culture après la dictature, ont travaillé à la promotion et à la finalisation de cet ouvrage".

Selon le DG de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, le Musée de l'Acropole est ‘‘un lieu de grande importance pour l'humanité", et a souligné le rôle que jouent les musées, comme des espaces gardiens du patrimoine culturel, pour le transmettre aux générations futures.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a parlé d'un événement très important pour la culture grecque et pour l'Europe, saluant l'inauguration du nouveau Musée comme "quelque chose qu'attendaient depuis longtemps tous les peuples d'Europe et du monde". "L'attente valait la peine", a affirmé Barroso, soulignant que le Musée est en pleine harmonie avec le ‘Rocher Sacré’ et constitue un point de rencontre de l'histoire antique, de l'architecture moderne et de la technologie de pointe, associant de manière exemplaire l'ancien et le nouveau. Barroso s'est dit "très fier" du fait que l'Union européenne a pu participer au projet de ce Musée, dès les premiers pas, "encore un exemple majeur d'investissement dans la culture, soutenu par l'UE".

Après les discours, le président du musée, professeur Pantermalis, a procédé à une visite guidée du nouveau Musée pour ses hôtes.

La conception  

L’ancien musée de l’Acropole a été fondé en 1874 pour abriter les oeuvres provenant du site de l’Acropole. Au fil du temps, de nouvelles fouilles ont mis en lumière de nombreuses trouvailles, qui ont dû être gardées dans des dépôts ou dans d’autres musées d’Athènes, à cause de l’espace limité de l’ancien bâtiment. Cependant, la construction d’un nouveau musée plus spacieux a été jugée nécessaire, non seulement pour donner de la place au grand nombre des anciens trésors trouvés, mais aussi pour les mettre à l’abri de la pollution atmosphérique.

La construction du nouveau musée a été confiée à l'architecte franco-suisse Bernard Tschumi et son collègue grec, Michalis Fotiades. Le résultat est un édifice ultramoderne de trois niveaux, d’une hauteur de 23 mètres, avec une superficie de 14.000 mètres carrés. La lumière est un élément fondamental dans sa conception. De larges baies vitrées, ainsi que les 50 lucarnes permettent à la lumière naturelle de pénétrer dans toutes les salles pour illuminer pleinement les antiquités exposées et mettre en valeur les sculptures de la meilleure façon possible.

Au cours des travaux pour la construction du nouveau musée, de nouvelles antiquités ont été découvertes. Pour les protéger, mais aussi pour les exposer, de grandes ouvertures et des planchers en verre, qui les rendent visibles, ont été construits au rez-de-chaussée.

Au nouveau musée, le visiteur a l’opportunité d’admirer l'ensemble des antiquités de l'Acropole, de la préhistoire au Moyen Age, en passant par les époques classique, hellénistique et romaine. Plus de 4.000 objets lèvent le rideau sur la vie des anciens Athéniens.

Parmi les 330 statues, on trouve cinq de six caryatides (la sixième se trouve au British Museum) et d’autres fragments des frises, de temples de l’Acropole. Les panneaux de la frise du Parthénon sont présentés dans la salle centrale, tandis que ses fragments détenus au British Museum, sont reproduits en plâtre.

Sans doute, la visite au musée arrive à son apogée quand on pénètre dans la Galerie du Parthénon, l’une de plus belles salles d'exposition de l'architecture moderne, selon "The Times" . Elle est orientée vers l'ancien ‘rocher sacré’ de l'Acropole et à travers sa façade en verre, elle permet la liaison optique entre les objets exposés et le Parthénon, le symbole mondial de la démocratie.  

Le Parthénon et ses marbres  

Le Parthénon, le plus grand et le plus impressionnant bâtiment de l’Acropole, a été édifié par Ictinos et Phidias, au 5e siècle avant J.-C. C’était ‘le siècle d’or de Périclès’, une période pendant laquelle la ville d’Athènes a atteint son plein épanouissement. Au fil du temps, le Parthénon est devenu un symbole mondial éternel de cette civilisation, de l'évolution de la politique, de la philosophie, des arts et des sciences. En effet, ce temple, dédié à la déesse Athéna, n’a jamais cessé de rappeler le prestige de la démocratie d'Athènes et de l’esprit grec classique, qui ont tant influencé la culture occidentale. C’est ce symbolisme unique qui est à la base de l'exigence grecque pour la restitution des Marbres du Parthénon à l’Etat grec et la restauration de l'unité du Parthénon. Les Marbres du Parthénon, également connus sous le nom de ‘Marbres d’Elgin’ sont des antiquités enlevées du site de l’Acropole, il y a 200 ans, par l’ambassadeur anglais, Lord Elgin, et vendues par la suite au British Museum. Les marbres, entre autre une partie de la frise du Parthénon et de ses métopes, forment une partie indissociable du monument et leur restitution reconstituera l’unité de sa décoration et de sa cohésion architecturale. La restitution des Marbres du Parthénon est une cause à laquelle l’ancienne ministre de la Culture, Melina Mercouri, a dédié sa carrière, jusqu'à sa mort en 1994. Comme le président de la République, Carolos Papoulias, a souligné, il y a un an, le nouveau musée ‘renforce les arguments de la Grèce pour la restauration de l'unité de la frise du Parthénon’.  

Informations pratiques  

Des centaines de personnes, des grecs mais aussi des touristes étrangers, se sont précipités pour visiter le Nouveau Musée de l’Acropole, un jour après son inauguration officielle. Jusqu’au 23 juin, l’accès au musée était permis seulement à ceux qui avaient réservé leur billet en ligne. A partir du 24 juin, les visiteurs pourront se procurer de leur billet d’entrée soit en le réservant en ligne, soit en l’achetant à l’entrée du musée. Le prix de l’entrée pour l’année 2009 est symboliquement fixé à 1€. Le musée est situé à 300 mètres au sud-est du rocher de l’Acropole, dans le quartier historique de Makriyanni, près de Plaka. L’accès y est facile grâce à une station de métro, située à côté du musée. Il est ouvert de 8h à 20h du mardi au dimanche. A partir de 2010, le prix de l’entrée au musée sera fixé à 5 euros. Le projet de la construction a été financé par l’Etat grec et l’Union européenne. Pour plus d’informations sur les collections permanentes du musée, les horaires d’ouverture et les moyens d’accès, rendez-vous au site du nouveau Musée de l’Acropole:

http://www.theacropolismuseum.gr  

* * * * * * *

THE ACROPOLIS MUSEUM

 GreekNewsAgenda - 18/06/2009

Making it as good as new… 

Three days remain until the grand opening of the new Acropolis Museum, on June 20.

Both the Museum’s organisation team and the Ministry of Culture are working closely to put the final touches on the surrounding area and of course, the Museum itself.

The Acropolis Museum Website: www.theacropolismuseum.gr

THE OPENING: June 20, a night to remember…. 

Fulfilling the core philosophy the ancient monument represents, the official inaugural event will not indulge in excessive or ostentatious displays, but will become a moderate festivity with artistic infusions.

The guest list is long and comprises heads of state and government, royalties, top level officials, eminent academics and presidents of other museums.

New technologies will be used to showcase the antiquities, acting as the "artistic event" of the evening. A dinner on the museum’s terrace will close the event and a cruise of the Saronic Gulf has been organized for the day after the inauguration ceremony for the heads of state and government attending.

Tune online and watch the opening ceremony on June 20th

New Acropolis Museum Organising Committee: Preparing the museum (video) 

The Museum 

A Museum of Sculpture and Light….

The New Acropolis Museum is a purpose built museum by architects Bernard Tschumi and Michalis Fotiades to house the archaeological findings related to the Acropolis Hill.

It is located at the foot of the Acropolis (300 metres -980 feet-southeast of the Parthenon) and the total cost of the museum was €130 million.

The first Acropolis Museum was completed in 1874. Successive excavations on the Acropolis have uncovered many new artifacts which needed additional space for their housing. 

The initiative for a new museum coincided with Greece’s campaign over the return of the Elgin Marbles. Greece claims that the new museum offers both a technically and historically unparalleled shelter for the Acropolis’ treasures.

Quoting the architect, "the museum appears effortless and almost undesigned." The goal of the orchestrated simplicity is to focus the viewer’s emotion and intellect on the extraordinary works of art. Thus, the extensive use of glass in the Museum.

The design allows for the free flow of natural lights into the museum spaces through 50 skylights, while the Parthenon gallery is flooded by light. 

Digital Parthenon 

The museum’s crown jewel is the Parthenon gallery, where the entire frieze is exhibited in the same order and with the same directional orientation as when it adorned the monument.

Visual contact from the gallery to the monument was set as a prerequisite and as a result, the visitor can now relish a breathtaking view of the Acropolis, the surrounding historic hills and contemporary Athens. 

Speaking to the Financial Times (June 4), the President of the museum, professor of archaeology Dimitris Pandermalis said that the "arrangement and labelling of sculptures, from the freize of the Parthenon to the dozens of free-standing pieces is designed so that people can wander around, stop and look, feel they are engaging directly with the antiquities." 

Culture Minister Antonis Samaras stressed the importance of digital technology. "It has a big role to play in explaining not just the ancient world but modern Greek history. We would like to have visitor centres at the main sites that would use virtual reality to recreate scenes from daily life as well as the big battles," he said.

Ministry of Culture: www.parthenonfrieze.gr &  Play with the Frieze 

Acropolis Restoration Service: Let's Go to the Acropolis! - Kits

A Symbolic Entrance Fee  

Samaras announced that entrance to the museum will cost €1 for the first six months. 2,200 tickets will be on sale online (e-ticketing) for the first three days, while about 2,5 million visitors are expected every year. 

The Acropolis Museum was recently selected as the main motif for a high-value euro collectors coins: the Greek Acropolis Museum commemorative coin, minted in 2008.

This coin was issued to commemorate the re-opening of the museum. On the obverse, a panoramic view of the Acropolis can be seen; the museum resides in the base of it. 

THE SIZE: The largest and finest one of all…  

The words describe the famous sanctuary of ancient Athens, the Acropolis, as it so happened that the Acropolis of the fifth century BC was the most accurate reflection of the splendour, power and wealth of Athens at its greatest peak. 

The New Acropolis Museum is 25,000 square metres with exhibition space of over 14,000 square metres- ten times more than that of the old museum.

The glass encased Parthenon Gallery is 7.5 metres high and has a floor space of over 3,200 square metres. It hosts approximately 4,000 artefacts.

The museum will offer all the amenities of an international museum of the 21st century. 

THE TECHNOLOGY: The Old Masters; how well they understood…  

Just as the ancient masterpiece prevailed upon its contemporary monuments worldwide in craftsmanship and technology, the New Acropolis Museum is also designed and constructed based on environmental friendly and functional novel techniques, becoming that as well a monument of dexterity and grace. 

In particular, the Museum’s novelties focus on a shell of glass covering the Parthenon gallery which allows natural light, while protecting contents from radiation and maintaining a normal temperature. 

The floors of glass - 5 centimetres thick - are designed to provide the visitor with a view to the 2.5 acre area of underground excavations. The special soundproofing materials and the anti- seismic construction standing on 92 pillars are designed to endure a quake measuring up to 10 on the Richter scale.  

ACROPOLIS: The lance of Athena’s statue was visible from miles away…  

At the entrance of the Acropolis once stood an immense statue sculptured by Phidias, that of goddess Athena fighting in the frontline (Athena Promachos).

The colossal bronze statue is lost, but according to descriptions it was so large that ships approaching the coast of Attica could see Athena’s lance.

For the first time after 200 years of archaeological excavations at the on the rock of the Acropolis, all the significant findings will be displayed together in the one museum, telling the complete story of the Athenian Acropolis and its foothills.

Rich collections dating from prehistoric times through to the Archaic, Classical, Hellenistic and Roman periods and up to late antiquity (700 AD) will provide visitors with a comprehensive picture of the centuries-old human presence on the sacred site. 

The sculptural decoration of the Parthenon, the Erechtheion, and the Temple of Athena Nike, (the four major monuments built on the Acropolis under Pericles), together with the Propylaea (entrance, the gates) comprise some of the most important Classical architectural sculptures. 

Among these, the Parthenon frieze with the splendid portrayal of the Panathenaic procession, the metopes and the pediments, the famous Erechtheion caryatids and others.

Ministry of Culture: The Archaeological site of the Acropolis of Athens & The Acropolis Restoration Project

National Geographic Channel: The secrets of the Parthenon 1/5 (video), 2/5(video), 3/5(video), 4/5(video), 5/5(video) 

WORLD MEDIA ON THE MUSEUM

The media report on the museum making references to the historic resonance of the event, the artistic superiority of the museum’s building, as well as to the problems which emerged during its construction.

The Press also emphasises the international campaign over the repatriation of the Parthenon marbles showcased in the British Museum and Melina Mercouri’s personal contribution to the cause of the marbles' reunification.  

PROMOTION AROUND THE GLOBE 

The new museum has helped revive the interest in Greece’s classical heritage.

The achievement of creating a new home for something which is considered part of Greece’s supreme legacy has sparked a series of cultural events almost in every continent. 

From the United States to China, and from Athens to Helsinki foreign audiences have been offered a vivid, detailed and comprehensive presentation of both the Acropolis treasures and the new museum.

Secretariat General of Information: Press Center for the inauguration of the New Acropolis Museum & The Acropolis Museum: Press Kit 

PARTHENON MARBLES: THE INTERNATIONAL CAMPAIGN  

“In the name of the world’s cultural heritage…” 

The movement to reunify the Parthenon Marbles, which are situated at the moment in the British Museum, has been gathering remarkable support worldwide over the years and especially during the last months.

In fact, in view of the New Acropolis Museum’s opening, Greece’s claim for the restitution of the Marbles has grown all the stronger.

"Parthenon international"- an association of various national committees from different countries, the "American Friends of the New Acropolis Museum" organisation or the British campaign group "Marbles Reunited" are part of the international campaign sharing the same vision of the marbles’ return. 

On June 15, Parthenon International sent a letter to both the British Museum and the British Government, communicating their view on the matter. 

Melina Mercouri: “Culture is Greece’s heavy industry”

Internationally renowned Melina Merkouri (1920-1994) was a towering figure of Greece’s cultural life of the 20th century.

Daughter of an MP and grandchild of Spyridon Mercouris, a former mayor of Athens, the actress, singer and politician Melina Mercouri was an ardent supporter of the Parthenon’s Marble repatriation. As minister of Culture, Mercouri openly claimed the Parthenon Marbles and devote herself to it. 

Together with her husband Jules Dassin president of the Melina Mercouri Foundation until his passing away (2008), Melina Mercouri led a successful campaign, a fruit of which could be considered the New Acropolis Museum.

Melina Mercouri Foundation: www.melinamercourifoundation.org.gr

You Tube: Melina Mercouri describes the Parthenon Marbles (video)

[Footage screened on the Greek television programme "Erevna" (Research)]

 

Extraits des bulletins de ANA/MPA
22/06/2009

Papoulias appelle au retour des Marbres du Parthénon à leur environnement naturel

Le président de la République, Carolos Papoulias, a affirmé que le monde entier peut voir aujourd'hui les sculptures les plus importantes du Parthénon réunies ensemble, s'adressant à l'inauguration samedi soir du nouveau Musée de l'Acropole.

"Certaines manquent. Il est l'heure de cicatriser les plaies du monument avec le retour des Marbres qui lui appartiennent", a souligné M. Papaoulias, adressant dans toutes les directions le message de la restitution des frises exposées au British Museum de Londres.

M. Papoulias a insisté qu'avec le nouveau Musée de l'Acropole, la Grèce "prouve son respect de l'histoire". "La Grèce, aujourd'hui, ne présente pas au reste du monde simplement un musée moderne et un monument universel. Elle prouve son respect de l'histoire. Et elle essaie de rendre, par un ouvrage exceptionnel, l'extase et l'émotion qui naissent dans l'âme de toute personne, lorsqu'elle lève son regard et voit le Parthénon. Le Parthénon est un monument grandiose qui a été construit pour honorer les plus nobles des vertus, celles de l'adoration de la déesse Athéna. Il est imposant, mais il est un hymne à la mesure. Ses marbres rayonnent dans le soleil grec, comme le savoir et la sagesse. Et l'harmonie dans sa construction montre que la simplicité peut rencontrer la perfection", a déclaré le chef de l'Etat, soulignant que les messages et les symbolismes du Rocher sacré de l'Acropole appartiennent à l'humanité toute entière.

Caramanlis: Le Musée de l'Acropole, un ouvrage de tous les Grecs pour l'humanité toute entière

Le Musée de l'Acropole est un ouvrage de tous les Grecs pour l'humanité toute entière, a déclaré le premier ministre, Costas Caramanlis, soulignant que c'est le patrimoine de la civilisation universelle.

Dans son allocution prononcée à la cérémonie d'inauguration du nouveau Musée de l'Acropole, M. Caramanlis a rendu hommage à Constantin Caramanlis qui "a eu l'inspiration et a mis en route depuis 1976 les procédures initiales" et à Melina Mercouri qui "a donné depuis les années '80, une grande impulsion à l'effort commun", sans omettre de mentionner tous ceux qui "ont déposé ici leur inspiration, leur passion et leur travail", les scientifiques, les architectes, les ingénieurs, les archéologues, les ouvriers.

"Tous les gouvernements grecs, tous les ministres de la Culture après la dictature ont travaillé à la promotion et à la finalisation de cet ouvrage", a conclu le premier ministre.

Le DG de l'UNESCO M. Matsuura salue "un lieu de grande importance pour l'humanité"

Le DG de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a déclaré voir dans le Musée de l'Acropole, un "lieu de grande importance pour l'humanité", soulignant le rôle des musées comme des espaces gardiens du patrimoine culturel pour le transmettre aux générations futures.

La gestion du patrimoine est une priorité de l'UNESCO, a insisté M. Matsuura, mentionnant à ce titre que la Grèce a signé un grand nombre des conventions culturelles de l'Organisation et est engagée dans la sauvegarde du patrimoine culturel pour l'avenir.

Le DG de l'UNESCO a applaudi la contribution de la Grèce dans les efforts pour la restitution des biens culturels et surtout, a-t-il noté, son fervent soutien aux activités du Comité intergouvernemental pour la promotion du retour des biens culturels à leurs pays d'origine ou la restitution en cas d'acquisition illégale.

"Le Comité a approuvé la recommandation soumise conjointement par la Grèce et la Grande-Bretagne, enjoignant l'UNESCO à aider et à convoquer les rencontres nécessaires entre les deux pays dans le but de parvenir à une solution mutuellement satisfaisante dans la question des Marbres du Parthénon", a affirmé M. Matsuura, qui a précisé que l'UNESCO est disposée à le faire.

Barroso: Un événement très important pour la culture grecque et l'Europe

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a parlé d'un "événement très important pour la culture grecque et l'Europe", saluant l'inauguration du nouveau Musée de l'Acropole comme "quelque chose qu'attendaient depuis longtemps tous les peuples d'Europe et du monde".

"L'attente valait la peine", a affirmé M. Barroso, soulignant que le Musée est en pleine harmonie avec le Rocher sacré et constitue un point de rencontre de l'histoire antique, de l'architecture moderne et de la technologie de pointe, associant de manière exemplaire l'ancien et le nouveau.

M. Barroso s'est dit "très fier" du fait que l'Union européenne a pu participer dès les premiers pas de ce Musée, "encore un exemple majeur d'investissement dans la culture qui est soutenu dans le cadre de l'UE".

"A long terme, la culture est plus importante que l'économie, ce qui fait de la Grèce un des pays les plus riches et les plus importants au monde", a insisté M. Barroso, pour conclure son allocution en grec et féliciter la Grèce pour la création du nouveau Musée de l'Acropole.

Le président du Musée de l'Acropole M. Pantermalis lance la cérémonie d'inauguration

Les officiels - dont les chefs d'Etat et de gouvernement de Chypre, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Serbie, Slovaquie, Finlande, Monténégro, Vietnam et Chine, onze ministres de la Culture du monde entier, ainsi que côté grec, les anciens présidents de la République, MM. Stephanopoulos et Sartzetakis, l'ancien premier ministre, M. Simitis, le président du Parlement, M. Sioufas, le président du PASOK, M. Papandréou, et les anciens ministres de la Culture, MM. Voulgarakis, Pangalos, Mikroutsikos, Vénizélos et Benos - avaient été accueillis dans le hall d'entrée par le président du nouveau Musée de l'Acropole, le professeur Dimitris Pantermalis, qui, après une brève introduction, avait donné la parole au ministre de la Culture, Antonis Samaras.

Après la fin des discours des officiels, M. Pantermalis a procédé à une visite guidée du nouveau Musée pour ses hôtes.

20/06/2009

Samedi Jour-J de l'inauguration du Musée de l'Acropole

Le nouveau Musée de l'Acropole sera inauguré officiellement samedi 20 juin, un événement qui aura une diffusion mondiale, alors que la classe politique et des personnalités étrangères assisteront à un spectacle audiovisuel à partir de 20h.

Jeudi, au 2e jour de la pré-inauguration du Musée, ce fut au tour de personnalités des lettres et des arts qui eurent l'opportunité de visiter l'oeuvre de l'architecte franco-suisse, Bernard Tschumi, alors que vendredi soir des journalistes de la presse étrangère suivront le même parcours à l'invitation du ministre de la Culture, Antonis Samaras.

Le président de la République reçoit des personnalités politiques en marge de l'inauguration du Musée de l'Acropole

Le président de la République, Carolos Papoulias, recevra samedi 20 juin en début d'après-midi le président de la République chypriote, Dimitris Christofias, puis ensuite le DG de l'Unesco, Koïchiro Matsuura, et enfin le président de la République bulgare, Georgi Parvanov.

C'est vers 19h50 que M. Papoulias sera conduit au nouveau Musée de l'Acropole pour assister à la cérémonie d'inauguration.

Sioufas: Les Frises du Parthénon, symboles de la civilisation grecque

Les Frises du Parthénon constituent des "symboles de la civilisation grecque" et non de simples objets d'exposition, a affirmé vendredi le président du Parlement, Dimitris Sioufas, soulignant que "l'appropriation des sculptures n'est ni légalisée dans la conscience des Grecs ni dans la conscience de l'humanité".

A propos de la construction du nouveau Musée de l'Acropole, M. Sioufas a insisté que cette réalisation appartient au peuple grec, alors qu'en réponse à une intervention du député du PASOK, Evanghelos Venizelos, se référant "au rêve universel de Melina Mercouri", le président du Parlement a déclaré que ce projet de construction du musée remonte à 1976 sous le mandat du ministre de la Culture de cette époque, M. Trypanis, et sous le mandat de premier ministre de Constantin Caramanlis, et qu'il a été poursuivi par tous les gouvernements qui se sont succédés depuis lors.

Entre temps, les 17 membres des comités pour la restitution des Frises du Parthénon, qui représentent 15 pays, ont dans une conférence de presse vendredi lancé d'Athènes un appel pour que le British Museum accepte finalement la demande de la Grèce à l'occasion des Jeux Olympiques de 2012 à Londres.

Le président des comités, David Hill, a par ailleurs annoncé entre autres qu'il s'efforce d'instituer une Journée du Parthénon chaque année en juin et qu'a été lancée une grande campagne de soutien intitulée "Pourquoi pas?" ("Why not?").

16/06/2009

Samaras: Tout est prêt pour l'inauguration du nouveau Musée de l'Acropole

L'inauguration samedi en présence de nombreux officiels du nouveau Musée de l'Acropole, et son ouverture au public pendant trois journées spéciales, seront suivis avec beaucoup d'intérêt à l'étranger, les médias internationaux ayant déjà commencé à se faire l'écho de cet événement, ce musée devenant, comme l'a souligné le ministre de la Culture, Antonis Samaras, un lieu unique de civilisation pour le monde entier.

M. Samaras a été reçu au Palais Maximou, en même temps que le président du nouveau Musée de l'Acropole, Dimitris Pantermanlis, pour informer le premier ministre, Costas Caramanlis, des derniers préparatifs pour la réception des officiels. Tout est prêt pour cet événement exceptionnel, le ministre se déclarant confiant que tout se passera bien, M. Pantermanlis qualifiant à l'avance la cérémonie pour les officiels comme brillante, et rappelant que les trois jours suivants le musée accueillera le public, la visite devant être exceptionnellement guidée par M. Pantermanlis et son équipe d'archéologues.

Invité à préciser si le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, sera parmi les invités, le porte-parole du gouvernement, Evanghelos Antonaros, n'a pas souhaité pour le moment faire connaître la liste des officiels.

15/06/2009

Ouverture lundi du Musée de l'Acropole ... sur Internet

A quelques jours de son ouverture officielle au public, le Musée de l'Acropole peut être d'ores et déjà visité sur Internet à partir de lundi 15 juin à l'adresse suivante: www.theacropolismuseum.gr

Par ailleurs, et pour la première fois en Grèce, les visiteurs pourront s'assurer à l'avance de leur entrée dans le nouveau musée grâce à un dispositif de e-ticketing, cette initiative devant notamment permettre de mieux gérer les heures d'ouverture, le nombre de visiteurs, et d'éviter un temps d'attente à l'entrée. Rappelons que sur décision du ministère de la Culture, l'entrée a été fixée cette année à un euro.

Aux trois premiers jours, seules les personnes ayant un e-ticket auront accès au Musée (dimanche 21, lundi 22 et mardi 23 juin). Les heures de visites sont établies à 9h, 11h et 18h, les visiteurs ne pouvant dépasser le nombre de 250 par visite, alors que les visites seront guidées exceptionnellement pendant ces trois jours par le président du Musée, le prof. D. Pandremalis et son équipe d'archéologues.

Samedi 20 juin, la cérémonie officielle pourra être suivie en direct sur le site du Musée.

21/05/2009

Des chefs d'Etat et de gouvernement à l'inauguration du Musée de l'Acropole

Le ministre de la Culture, Antonis Samaras, a annoncé officiellement la date du samedi 20 juin pour l'inauguration du nouveau Musée de l'Acropole, un événement historique, auquel ont été invités des chefs d'Etat et de gouvernement, des personnalités internationales, alors que les chaînes de télévision dans le monde entier diffuseront les images d'antiquités, qui seront présentées pour la première fois.

Pas de feu d'artifice, pas de manifestation éphémère, le ministre a choisi de faire partager le plaisir pendant 5 jours dans tout Athènes - et pas seulement - la ville revêtant ses couleurs de fête pour célébrer ce grand événement culturel, a souligné M. Samaras.

La révélation des acquisitions du Musée sera faite de manière inattendue, et le moment-phare aura lieu le soir avec l'utilisation des nouvelles technologies projetant la lumière sur les chefs d'oeuvres exposés.

La sécurité de ces manifestations a été confiée au ministère de l'Intérieur, alors qu'est programmée de plus une croisière pour les chefs d'Etat et de gouvernement dans le golfe Saronique au lendemain de l'inauguration.

Notons qu'en 2009, et pour tout le monde, le billet d'entrée ne sera que de 1 euro, les années suivantes de 5 euros.

14/02/2009

L'inauguration du Musée de l'Acropole prévue pour le 20 juin

Le premier ministre, Costas Caramanlis, a eu un entretien de travail vendredi matin avec le ministre de la Culture, Antonis Samaras, qui a annoncé d'emblée que l'inauguration du Musée de l'Acropole aura lieu le 20 juin et souligné que la culture grecque est une source de richesse pour le pays et "nous devons -notamment en ces moments difficiles et critiques pour l'économie - la promouvoir plus encore et la valoriser au maximum".

Répondant aux questions de la presse sur les fonds pour la culture, M. Samaras a observé que "bien entendu nous procédons aux coupures et réductions nécessaires, mais d'autre part les besoins fondamentaux seront satisfaits entièrement".


Page précédente

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 11/02/2015