Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Présentation Athènes

 

 

Athènes

Capitale de la Grèce depuis décembre 1834

Préfecture de l’Attique

Maire :

Superficie : 3.808 km2 (Attique) - 383 km2 (Athènes)

Population : 3.827.624 habitants (Attique) - 3.089.698 (Athènes)

Géographie

Athènes est construite dans une cuvette qui constitue la plaine centrale de l’Attique, elle est encerclée par les monts Hymette (1026m) à l’Est, Pentélique (1109m) et Parnès (1413m) au Nord et Egaleo (468m) à l’Ouest, au Sud elle est baignée par le golfe Saronique. Une série de collines la travers dans sa longueur du Nord-est au Sud-ouest, les plus connues sont le Lycabette avec sa petite église dédiée à Saint Georges et l’Acropole couronné entre autre par le Parthénon et un musée. La faible pluviométrie, la composition du sol et enfin la petite taille de la cuvette ne permettent pas le développement de grandes rivières, cependant deux petits fleuves assimilés à des torrents traversent la plaine, le Kifissos qui prend sa source dans le Parnès et se jette à Phalère, il est aujourd’hui en grande partie recouvert par l’avenue Kifissos et l’Ilissos qui prend sa source dans l’Hymette et se jette aussi à Phalère.

Le sous-sol n’offre pas une grande richesse. Les mines d’argent de Laurion ont contribué à la prospérité économique d’Athènes à l’époque Classique et pour un court laps de temps à la fin du XIXe siècle. Du marbre blanc, le plus pur et le plus fin de Grèce, était extrait du Pentélique, du marbre bleu-gris de l’Hymette, du marbre gris d’Eleusis qui était utilisé principalement dans la construction. Différents calcaires et tufs ont été extraits des collines de la ville et des régions environnantes. Pour la céramique antique si réputée dans l’Antiquité, on utilisait une argile locale issue des grès métamorphiques argileux des schistes athéniens.

Athènes jouit d’un climat méditerranéen caractérisé par des étés secs et chauds, des hivers doux et ensoleillés entrecoupés de pluies, des printemps et automnes de courte durée.

En raison des nombreuses constructions effectuées dans la capitale, la végétation s’est réduite, toutefois on rencontre encore de nombreuses places ombragées. Le cœur d’Athènes offre encore d’importants espaces verts comme le mont Likavitos, la colline de l’Acropole avec entre autres de nombreux oliviers, la colline de Filopappou et le Jardin National, véritable oasis verte pour le centre ville regroupant plus de sept milles arbres et quarante milles plantes.

La faune se compose essentiellement de moineaux, hirondelles, merles, tourterelles, colombes sauvages et ramiers.

Mythologie

La légende raconte que deux dieux, Poséidon et Athéna revendiquèrent la possession de l’Attique. Le premier planta son trident dans le rocher de l’Acropole faisant apparaître un puits d’eau salée, la «mer d’Érechtée», à côté, Athéna fit pousser le premier olivier ; ils faillirent se battre en duel. Zeus les sépara en lançant sa foudre. Le roi Cécrops se vit confier la tache de les départager, finalement il fit appel au vote des douze dieux qui octroya la Cité à la déesse Athéna qui lui donna son nom.

L’histoire d’Athènes au fil des siècles (plus...)

Chronologie

Nous vous proposons un petit résumé de présentation de ce que vous pourrez découvrir sur le site Internet de la mairie d’Athènes sous la forme d’une table chronologique retraçant l’histoire d’Athènes.

Le voyage commence à la période Néolithique où l’on estime conformément aux découvertes archéologiques, qu’ont eu lieu les premières tentatives d’organisation de la ville. La fortification du rocher de l’Acropole a été entreprise par ses premiers habitants, les Pelasges en 1400 av. J.C. A l’époque du Cuivre et en 800 av. J.C., l’union absolue de l’Attique en un état unique a été réalisée et c’est également la première fois que se déroulent les Panathénées, fête suprême d’Athènes en l’honneur de la déesse Athéna.

Le voyage se poursuit avec une mention au dernier roi d’Athènes le Kodro (1068 av. J.C), selon les informations précieuses transmises par l’un des plus grands philosophes de toutes les époques, Aristotelis, nous poursuivons ensuite par la présentation des quatre races constituant le peuple d’Athènes aux 8e-7e siècle av. J.C. En 636 av. J.C., Kylon, exploitant le mécontentement des agriculteurs, tente sans succès d’installer la tyrannie par un coup d’état, connu sous le nom de «Kyloneio Agos».

En 624 av. J.C., vous découvrirez la législation de Dracon, en 594 av. J.C., l’élection de Solon par certaines parties adverses du peuple et des riches de l’époque pour gouverner, la tyrannie de Pisistrate au milieu du 6e siècle av. J.C., le meurtre de Ipparxou en 514 av. J.C., les réformes sérieuses de Clisthène en 508 av. J.C., qui ont constitué les fondements de la Démocratie Athénienne.

La Chronologie décrit le courroux du roi de la Perse, en 500 av. J.C. quand Athènes a envoyé de l’aide aux villes insurgées de Ionia. La générosité des athéniens dans les batailles de Marathon en 490 av. J.C. et d’Artemisiou en 480 av. J.C., l’émergence du rôle hégémonique d’Athènes en 478 av. J.C., la célèbre victoire d’Evrymedonta qui a contribué à la libération de l’ensemble des villes grecques de la domination perse.

Le 5e siècle sera le siècle d’or de la Démocratie Athénienne, un peu après la prise du commandement des démocrates par Périclès (490-429 av. J.C.) et la fin de la Première Guerre du Péloponnèse.

C’est à cette époque que furent construits les monuments de l’Acropole.

Epoque où si vous aviez vécu vous auriez pu côtoyer Socrate, les Sophistes, mais également les trois grands hommes pour lesquels chaque été vous vous bousculez aux caisses du Festival d’Athènes, ainsi qu’à celles du théâtre antique d’Epidaure pour assister aux représentations de leurs œuvres.

La Chronologie continue avec l’interruption du rayonnement intellectuel et artistique unique d’Athènes en raison de la Deuxième Guerre du Péloponnèse (431-421 av. J.C. et 416-404 av. J.C.), avec la défaite humiliante des Athéniens en Sicile infligée par les Lacédomoniens, avec la période de l’apogée de la dynastie Macédonienne, avec la domination romaine durant laquelle sous Adrien (117-138 ap. J.C.) le temple de Olympeion Dion a été achevé, l’aqueduc encore préservé a été réalisé et la Bibliothèque a été construite.

En 53 ap. J.C., Apostolos Pavlos enseigne le Christianisme à Areio Pago en présence de philosophes Stoïciens et Epicuriens. Athènes traverse une période difficile en 396 ap. J.C. quand elle est tombe face aux invasions des Goths.

L’ascension sur le trône de Justinien (482-565) a joué un rôle important dans l’éclipse du monde grec antique, et à l’époque de l’Empereur Irakliou (574-640) Athènes connaît une longue période d’obscurité et de brigandage.

En 1204, les Croisés s’emparent de la forteresse de l’Acropole.

L’Empire Franc s’est maintenu dans la ville jusqu’en 1308, tandis que la Société Catalane jusqu’en 1387.

En 1456, Athènes est prise par Constantinople, s’ensuivie une longue période de domination turque.

Au début du 19e siècle, la Chronologie nous rappelle, qu’en 1800 Lord Elgin, nommé ambassadeur de Grande-Bretagne à Constantinople, a fait procéder à l’arrachage des sculptures des décors des temples du rocher de l’Acropole pour les envoyer à Londres, il demeure le grand responsable des mutilations et dégradations des monuments antiques d’Athènes.

En 1834, Athènes est proclamée capitale de la Grèce par décret de la régence et un an plus tard les premières élections municipales sont organisées, Anargyros Petrakis est élu maire de la ville.

En 1843, nous découvrons les discussions secrètes organisées dans la maison du grand homme grec Makrygianni, la grande révolte du peuple et de la garde d’Athènes, qui aboutira à la proclamation de la Constitution.

En 1862, nous assistons à la chute du roi Othon, un an plus tard Georges I lui succèdera.

En 1896, les premiers Jeux Olympiques modernes se déroulent à Athènes.

Entre 1899 et 1908, Spyros Merkouris, maire de la ville fait réaliser de grands travaux.

Aux évènements de la période moderne se mêlent aussi des actions menées par la plus grande personnalité politique du 20e siècle Eleftherios Venizélos, dont l’œuvre et les réalisations remarquables sur l’intégration nationale et la réussite intérieure du pays sont visibles comme la lumière qui nous entoure.

De nombreuses avancées technologiques voient le jour durant l’entre deux-guerres, notamment avec l’aide d’une société anglaise pour la production d’électricité dans la capitale et sa périphérie. Le téléphone qui fonctionnait via des centres téléphoniques passe à l’automatique.

En 1928, le premier aéroport civil a été inauguré dans le Delta du Phalère et l’aéroport de Hellinikou a été ouvert en 1934.

Le voyage se termine avec la narration de nombreux faits historiques de l’époque moderne comme le coup d’état de Ioannis Metaxas qui a conduit à une dictature en 1936, la Seconde Guerre Mondiale, l’Occupation, la Guerre Civile, les Accords de Varkiza, la dictature du 21 avril 1967, la révolte étudiante de 1973, le rétablissement de la démocratie en 1974 et enfin le succès des Jeux Olympiques de Athènes 2004.

L’Attique

L’Attique occupe la région centrale méridionale du continent grec dont Athènes est la préfecture. Elle est la région la plus peuplée et la plus industrialisée de Grèce. Elle est bordée au Nord par la préfecture de Grèce Centrale et baignée au Sud par le golfe Saronique. Le Pirée, considéré comme le port d’Athènes, est le principal nœud commercial et le centre de l’industrie maritime du pays. Les deux villes principales sont Athènes et le Pirée mais de nombreuses agglomérations se sont développées autour de zones touristiques et commerciales. La population de la région s’élève à 3.762.000 habitants, représentant 34% de la population totale du pays et contribuant à 36% du PIB. La plaine de l’Attique est une grande région agricole et vinicole. Les montagnes de l’Hymette, Parnitha et Pendeli constituent des remparts verts pour cette région industrialisée tandis que les stations balnéaires s’égrenant du Cap Sounion jusqu’au port de Rafina proposent des lieux de dépaysement pour les citadins. La production agricole de la région se compose d’huile d’olive, blé, agrumes, tomates et pommes de terre.

La région la plus peuplée de Grèce est réputée pour ses infrastructures très développées. Environ 1.550.000 habitants sont employés par des entreprises publiques et privées, 1,3% dans l’agriculture, 24,18% dans l’industrie alimentaire, l’industrie chimique, la production de coke, les raffineries pétrolières, l’industrie de biens de consommation, la communication et les médias et 74,49% dans le secteur touristique qui comprend 692 sociétés.

Au Nord, la région dispose d’un nouvel aéroport international ultra-moderne implanté à Spata, véritable plate-forme du trafic aérien mondial. Un excellent réseau routier dessert la région de l’Attique, de nombreuses liaisons autoroutières reliant le Nord au Sud de la Grèce traversent l’Attique. Le port du Pirée est l’un des plus utilisés dans le monde, il dispose d’une infrastructure maritime complète répondant à tous les critères d’exigence du transport maritime international. Il existe un approvisionnement direct et continuel de carburants humides ainsi que de gaz naturel. De nombreuses zones industrielles sont implantées dans l’Attique.

Le secteur de l’Education est très développé, l’économie, le droit, les sciences, la médecine, la politique, les relations internationales, l’agriculture, l’agronomie, entre autres sont enseignés dans différentes universités. Des instituts technologiques de haut niveau assurent des formations dans différents domaines comme la comptabilité, le tourisme, les arts, le design, la gestion, entre autres.

Dans le secteur économique, de nombreuses possibilités d’investissements se développent dans différents secteurs comme l’agriculture biologique, l’industrie agroalimentaire et les boissons, le raffinage de produits pétroliers, la marine, les médias et la communication, et surtout le tourisme. La région de l’Attique appartient pour les investissements aux zones A et C.

Culture

Une histoire longue de plusieurs siècles et une situation géographique particulière imposent la capitale de l’état grec, carrefour de nombreuses grandes cultures, comme un lieu idéal pour l’organisation de manifestations et l’accueil d’évènements à portée internationale. Le visage moderne de la ville, tel qu’il a été façonné suite à des interventions et des travaux réalisés pour les Jeux Olympiques, est particulièrement enchanteur pour les visiteurs grecs et étrangers et renouvelle l’intérêt de ses citoyens et de ses habitants.

Ces dernières années, Athènes a fait son entrée dans le cercle culturel mondial, en ayant réalisée des infrastructures que de nombreuses capitales européennes lui envient. Des salles de concert et d’expositions, des centres de congrès et musicaux, des centres culturels et des monuments, qui sont mis en valeur par l’unification des sites archéologiques de la capitale, constituent le nouveau décor culturel d’Athènes. Un décor particulièrement enchanteur, qui participe à l’augmentation de la production culturelle nationale, tandis qu’elle attire, en même temps, des artistes de renommée internationale désireux de présenter leurs œuvres à Athènes.

L’axe principal autour duquel s’articule la politique culturelle de la Municipalité est « l’esquisse d’une politique pour la culture et le choix de stratégies pour sa réalisation, il s’appuie sur l’association indissociable des notions : Politique – Culture – Citoyen – Ville ». La mise en valeur de l’identité culturelle d’Athènes, mais aussi l’expression artistique des créateurs jeunes et moins jeunes, constituent les objectifs des actions culturelles d’Athènes qui sont menées dans toute la ville. L’ambition du maire d’Athènes, Dora Bakoyanni, est que chaque coin de la ville se transforme en foyer de production culturelle.

Cela a été obtenu jusqu’à présent avec l’organisation de manifestations dans tous les quartiers, les places, les rues, partout où bat le cœur de la ville.

Les célébrations des fêtes de Noël, du Carnaval, de la Journée mondiale de la Musique, le programme culturel organisé pour les Jeux Olympiques, la continuation du Cercle des Spectacles 2005, mais aussi les manifestations à plus petite portée qui sont organisées tout au long de l’année, sont des exemples concrets de la politique culturelle de la Mairie.

« Toute la ville une fête » tel est le titre donné aux manifestations organisées à l’occasion des Jeux Olympiques, tandis que pour le programme culturel 2005, le slogan central est « Toute une ville une bande d’amis » et c’est exactement l’axe autour duquel s’articule la politique culturelle de la Municipalité. La culture a cependant besoin d’infrastructures et d’institutions pour trouver un terrain d’expression. C’est pour cette raison que la mairie d’Athènes conçoit un programme le plus large possible de mise en valeur des nouveaux espaces culturels, qui vient s’ajouter à ceux déjà existants. Parallèlement, elle crée de nouvelles institutions et revalorise les plus anciennes qui sont ancrées dans la conscience des citoyens et des visiteurs de la ville.

Manifestations culturelles – institutions à Athènes

La Mairie d’Athènes organise tout au long de l’année des manifestations dans ses propres espaces, mais également dans des différents lieux publics (places, rues…). Parallèlement, elle a créé des institutions culturelles qui font dorénavant parti de la conscience de tous. Ces dernières années, les manifestations qui sont organisées par la Mairie atteignent un niveau très élevé, les Athéniens ayant apprécié cette très haute qualité ont des espérances et réclament à chaque fois quelque chose d’encore mieux. Le succès des célébrations des fêtes de Noël et du programme offert à l’occasion des Jeux Olympiques a été tel qu’il oblige la Mairie à être digne des attentes du monde pour les manifestations qui seront organisées à l’avenir.

Principales manifestations culturelles organisées à Athènes :

Fête Européenne de la Musique

Fêtes de Noël

Carnaval d’Athènes

Festival européen du Jazz

Festival international de Danse

Festival international du Cinéma d’Athènes

Festival d’Athènes à Herode Atticus


Haut de page Page précédente
 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 11/02/2015