Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Trahana

 

 

Un aliment ancien se réapproprie le devant de la scène

Le trahana peut être considéré comme la plus ancienne soupe instantanée !!!

Les origines de cette brillante invention sont difficiles à déterminer, on rencontre différentes variantes du trahana de l’Iran jusqu’à la Hongrie, du Caucase à la Syrie. Quelques historiens pensent qu’il ressemble à la bouillie servie aux soldats Grecs et Romains. D’autres trouvent des similitudes avec le tractae, un agent épaississant dont il est fait mention dans un livre de recettes de Apicius datant du 1er siècle, tandis que des experts en linguistique sont remontés à la racine du mot tarkhaneh en Perse médiévale et soutiennent que les tribus nomades turques à l’est en transportaient dans leur sacoche, puis l’ont disséminé à travers les Balkans. A l’opposé au Moyen Orient, les Arabes consommaient du kishk, un plat fait à partir de boulghour depuis le 9e siècle. Peu importe son origine, toutes les hypothèses sont vraisemblables. Selon la manière dont il est préparé, les petits grains ont un goût unique, aussi bons consommés seuls ou bien agrémentés avec du bouillon, des légumes ou de la viande pour apporter un petit quelque chose de plus et vous attire vers une seconde portion ! Plat idéal en hiver, on peut y ajouter aussi quelques morceaux de feta, des croûtons de pain…

Préparé avec du lait ou du yaourt dans lequel on verse du blé concassé puis porté à ébullition, par la suite on laisse la préparation sécher au soleil jusqu’à ce qu’elle devienne dure comme de la pierre, puis on l’émiette. Le trahana combine les bienfaits du pain et des produits laitiers dans une forme extrêmement compacte. Non seulement il a une durée de vie quasiment infinie mais il est léger comme une plume, idéal pour les voyages. Il est très facile à préparer, il suffit d’ajouter de l’eau, de cuire quelques minutes et vous obtenez une bouillie épaisse ou une soupe nourrissante que vous soyez dans votre cuisine ou dans les montagnes à garder vos moutons !

Consommé sous forme de soupe, il était jusqu’à peu, un aliment rustique associé au monde rural, absent des tables urbaines et des restaurants. Dans la redécouverte des produits traditionnels menée par les chefs et les cuisiniers réputés, il a trouvé très récemment ses lettres de noblesse dans la gastronomie grecque, il est de plus en plus utilisé en cuisine où les chefs se le sont appropriés pour confectionner de nombreux plats qui sont au menu des meilleures tables d’Athènes entre autres.

En Grèce, il existe quatre variétés de trahana – aigre, doux, maigre (pour la période du Carême) et xinohondros (littéralement aigre-gros) spécialité de Crète, Cythère et Lesvos. En Crète, de nombreux foyers ruraux possèdent encore une pierre à moudre manuelle dont ils se servent pour écraser les grains de blé grossièrement, tel que le faisaient déjà leurs ancêtres minoens au 2e siècle av. J.C., on appelle ce blé concassé hondros, on y ajoute du lait de chèvre et on met à bouillir puis on laisse refroidir, le mélange devient compact, on fait des boules creusées qu’on laisse sécher au soleil puis réduit en grosses miettes.

En Macédoine orientale et en Thrace, on ajoute au trahana maigre des épices et des poivrons rouges pour le rendre plus piquant.

Le trahana aigre est fait avec de la farine ou de la semoule et du yaourt ou du babeurre, le trahana doux quant à lui est fabriqué avec du blé concassé et du lait, le trahana maigre est fait sans lait ni yaourt.

 

 


page précédente

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 03/02/2015