Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Jeux contemporains

 

 

LES JEUX OLYMPIQUES CONTEMPORAINS

 

Le destin tragique

Entre le Vème et le VIIIème siècle ap. J.-C., des vagues successives d'envahisseurs ont détruit Olympie, de violents tremblements de terre achevèrent les destructions tandis que les crues du Kladéos, affluent de l'Alphée, semblent avoir, dans une certaine mesure du moins, sauvé la situation en enterrant les vestiges du site sacré d'Olympie sous sept mètres d'alluvions. Il fallut attendre des siècles pour que les archéologues fouillent le sol d'Olympie. Leurs découvertes ont fait germer à nouveau, dans l'esprit de l’humanité, la graine de l'Idéal Olympique.

La rénovation

En 1829, une commission scientifique française organisa des fouilles à Olympie, mais ce sont les Allemands qui en 1875, sous l'impulsion de l'archéologue Ernst Curtius, et avec le consentement des autorités grecques, ont effectué un travail systématique de prospection. Les résultats de ces fouilles, publiés régulièrement, ont enflammé l'imagination du baron Pierre de Coubertin (1863-1937), un aristocrate français qui épousa, avec un enthousiasme débordant, l'idéal athlétique de l'antique Olympie. En 1884, de Coubertin adresse une lettre aux organisations sportives de tous les pays où il souligne la valeur éducative du sport pour l'homme moderne, s'il est pratiqué conformément aux idéaux de la Grèce antique. Il donne sa propre explication sur les conditions requises pour qu'une rénovation de l'Idéal Olympique devienne possible :

Il est d'ordinaire assez difficile de savoir pourquoi et comment une idée naît -se dégage du flot des autres idées qui attendent leur réalisation- prend un corps et devient un fait. Mais tel n'est pas le cas pour les jeux Olympiques. L'idée de leur rétablissement n’était pas une fantaisie : c'était l’aboutissement logique d'un  grand mouvement. Le XIXème siècle a vu partout renaître le goût des exercices physiques : à son aurore en Allemagne et en Suède; à son midi, en Angleterre; à son  déclin, aux Etats-Unis et en France. En même temps, les grandes inventions, le chemin de fer et le télégraphe, ont rapproché les distances et les hommes se sont mis à vivre une existence nouvelle [...] peu à peu l'internationalisme s'est glissé sous le sport, avivant  l'intérêt, agrandissant la sphère d'action. Le rétablissement des Jeux Olympiques devenait possible [...] le nom s'imposait ; il n'était pas possible même d'en trouver un autre. Leur rétablissement fut décidé à l'unanimité. Nous proposions de les inaugurer en 1900; on préféra devancer cette date. Celle de 1896 fut adoptée et Athènes désignée, sur la proposition de M. Dimitrios Vikélas, comme le lieu où les Jeux seraient célébrés tout d'abord.

Athènes 1896

C'est le Baron Pierre de Coubertin qui, à l'occasion d'une réunion du Congrès International Athlétique, en 1892, proposa de rétablir les Jeux Olympiques. Deux ans plus tard, le 16 juin 1894, les Jeux furent officiellement rétablis lors d'une réunion du Congrès à Paris : le Comité International Olympique fut fondé et Dimitrios Vikelas élu président. Dimitrios Vikelas proposa que les premiers Jeux Olympiques modernes aient lieu où l'idéal olympique était né, c'est à dire à Athènes. 

Un magnifique stade, aux gradins recouvert de marbre, avait été construit, pour l'occasion, par un grand mécène, un Grec de Roumanie, Georges Averoff. Treize pays y étaient représentés par 310 athlètes dans 44 épreuves. De nombreuses épreuves avaient été conservées des Jeux antiques tandis que d'autres y avaient été ajoutées.  

Arrivée de S. Louis au Stade le jour de la Course de Marathon

Une des nouvelles épreuves était celle du Marathon. On l'avait ajouté pour commémorer l'exploit de Philippidès, un guerrier athénien qui, en 490 av. J.-C., avait couvert en armes les 40 km qui séparent Marathon d'Athènes, en 4 heures de course, pour annoncer aux Grecs leur victoire sur les Perses. A son arrivée, il put juste murmurer : "Nenikikamen", nous avons gagné, avant de s'écrouler, mort d'épuisement. La distance actuelle de la course est de 42,195 km. Le premier vainqueur olympique du Marathon a été un berger grec, Spyros Louis, qui couvrit la distance en 2 heures, 58 minutes et 50 secondes.  

 

(sources : Acropolis)

Citius, altius, fortius

Depuis leur rénovation à Athènes, en 1896, les Jeux Olympiques ont été officiellement célébrés tous les quatre ans, à l'exception des interruptions provoquées par les deux guerres mondiales. En hommage à la Grèce c'est toujours l'équipe grecque qui marche en tête du défilé des athlètes qui marque l’ouverture des Jeux.  

Tous les deux ans, bien avant l'ouverture des Jeux, a lieu dans le site sacré d'Olympie la cérémonie au cours de laquelle la Flamme Olympique est rallumée aux rayons du soleil.

Le flambeau est porté, de mains en mains, en une gigantesque course de relais, d'Olympie jusqu'à la ville qui accueille les Jeux.  

Cérémonie de la flamme olympique à Olympie

La Flamme et l'Idéal Olympique sont toujours vivants

 


Remonter Jeux antiques Jeux contemporains

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : 04/12/2012